Des limites pour un district

Vieille ville de Jérusalem depuis le Nord-Est montrant la route vers Bethléem (1931)
Vieille ville de Jérusalem depuis le Nord-Est montrant la route vers Bethléem (1931)

 Ma première venue au CRFJ se fit en juillet 2012. Souhaitant poursuivre des recherches sur les frontières à propos du territoire israélo-palestinien dans le cadre d’une approche historique, j’avais sollicité à cet effet Olivier Tourny, Directeur du CRFJ. Bien que ne me connaissant pas, il avait accepté de m’accueillir me faisant profiter de la structure du Centre pour mener à bien ces recherches. C’est alors que j’avais pu me rendre à Jérusalem pour consulter des documents présents aux Archives Nationales de l’Etat d’Israël, aux Archives Sionistes, et surtout aux Archives Municipales de Jérusalem. Au cours de l’été 2013, le CRFJ m’octroya un financement qui me permit de revenir à Jérusalem afin de poursuivre ce travail.

Mon sujet de recherche portait sur les limites administratives du district de Jérusalem pendant la période du mandat britannique. Mon ambition était de montrer comment certaines de ces limites furent tracées puis adaptées en fonction des nécessités imposées à la puissance mandataire. Des exigences à la fois propres à une meilleure gestion du territoire, mais aussi des souhaits émanant des populations et un contexte changeant ont été l’occasion pour la Grande-Bretagne d’adapter les délimitations administratives afin de les inscrire dans un politique croisant des échelles locales et globales. L’interconnexion des échelles fut une trame utile. Il devenait alors possible de lier des questionnements relatifs aux réseaux dans le cadre d’une inscription du territoire de Jérusalem et de son environnement dans une perspective plus grande, d’un point de vue de l’espace (la Palestine) et du temps (de la gestion du mandat jusqu’à l’entrée progressive d’une puissance en guerre et la création de l’Etat d’Israël). La frontièrisation du territoire palestinien, dont le district de Jérusalem est un exemple, devait donc se comprendre par la concomitance de la frontièrisation de l’ensemble proche-oriental. Ainsi, la partie et le tout se présupposaient pour être compris, et notre approche devait mettre en perspective cette interaction, complétant une démarche entreprise lors d’une thèse d’histoire portant sur les frontières de la Palestine entre 1914 et 1947. Il fallait donc croiser des sources municipales concernant les conséquences du découpage britannique sur les populations locales, et des sources nationales montrant comment ce découpage fut voulu puis entrepris par des acteurs étatiques.

C’est d’abord le choix de la taxinomie retenue par la Grande-Bretagne qui constitua l’amorce de notre étude. Comment une puissance européenne était-elle parvenue à tenir compte de l’héritage ottoman et à composer avec des populations locales pour définir un territoire ? Sans faire une approche post-coloniale qui aurait eu le défaut de reproduire, en l’inversant, une théorie de la compréhension dissociant orientaux et occidentaux, nous avons préféré entreprendre une démarche qui se voulait autant géographique qu’historique.

Les limites furent rapidement tracées dés le début du mandat, mais elles firent l’objet d’une appropriation plus progressive de la part de ceux qui y furent confrontés. D’anciens liens demeurèrent, participant ainsi à l’émergence de nouvelles cohésions territoriales de part et d’autres des frontières, et faisant apparaître des formes de transfrontalités dont les axes de transport devinrent des matérialisations possibles. Ce sont les limites occidentales du district qui ont connu les modifications les plus importantes au cours de l’année 1941. L’implantation de populations juives dans les environs de Jérusalem, la volonté de préserver une cohésion entre des communautés arabes, et le développement du trafic routier et ferroviaire entrainèrent les Britanniques à changer les configurations du district de Jérusalem et donc de ceux lui étant adjacents. Or, la densification des réseaux, qu’il s’agisse de réseaux de transport ou de réseaux sociaux entre des populations locales, participa à une forme d’érosion de l’Imperium britannique. En voulant assurer une meilleure maitrise du territoire, la puissance mandataire favorisa des temporalités et des spatialités palestiniennes qui s’illustrèrent au niveau des frontières. Sans tomber dans un déterminisme frontalier qui nous aurait amené à croire que l’on peut tout comprendre à partir d’une simple limite sur un paysage, il était intéressant de noter que c’est souvent à partir de ces limites que l’on peut voir les permanences et les ruptures d’un paysage politique. La mémoire gardée par un paysage est ici une mémoire des frontières. L’exemple de la Ligne verte de 1948 est à ce titre assez révélateur. Certains villages arabes, comme celui de Beit Safafa au sud de Jérusalem, furent coupés en deux par la Ligne verte, rompant ainsi les anciennes vies de relation entre une même population villageoise. Mais déjà à l’époque du mandat, ce type de villages avait fait l’objet d’un regard attentif de la part de la Grande-Bretagne afin de privilégier les liens entre leurs habitants. L’étalement urbain autour de Jérusalem fut contenu en 1948 alors qu’il n’était que contrôlé jusqu’alors. C’est l’étude de la correspondance entre les maires successifs de Jérusalem en 1944, Mustafa al-Khalidi puis Daniel Auster, et le Commissaire de District, William Ryder McGeagh, qui nous amena à voir les continuités possibles entre la période de la guerre et celle des débuts de la création de l’Etat d’Israël. Alors que Khalidi souhaitait que les Britanniques étendent les limites orientales et septentrionales de la municipalité de Jérusalem car cela aurait permis d’y intégrer des habitations arabes, Daniel Auster, qui fut nommé maire à la mort de son prédécesseur, favorisa la colonisation juive en direction du sud. En regardant ainsi ces négociations conservées aux Archives Municipales, il devenait possible de faire ressortir des éléments de continuité aux frontières entre avant et après 1948.

L’ensemble de ce travail de recherche fut l’occasion d’écrire un article dont l’ambition est de théoriser cette approche par échelles, en croisant des temporalités et des spatialités pour Jérusalem et son environnement proche, mais aussi pour la Palestine mandataire.

***

Guillaume Vareilles est professeur certifié d’histoire-géographie, chercheur associé au C.R.I.S.E.S de l’université de Montpellier 3. Sa thèse soutenue en 2008 porte sur “Les frontières de la Palestine 1914-1947. Pour une approche géopolitique.”


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *