Les journalistes français-e-s en Israël-Palestine : trajectoires, carrières et entre-soi (2010-2017)

Par Hélène Servel

 

« C’est comme un petit écosystème, un microcosme, appelez ça comme vous voulez, au sein duquel les informations circulent. Parce que c’est sûr que, en tant que journaliste, quand vous allez à la plage le dimanche à Tel Aviv avec vos enfants avec un conseiller politique du consulat de France et ses enfants, c’est difficile de faire abstraction… »

 

Ces mots sont ceux du correspondant d’un grand quotidien national français qui vit à Jérusalem depuis quelques années. Plus de 400 journalistes étranger-ère-s couvrent aujourd’hui l’espace israélo-palestinien en y vivant au quotidien (Bourdon, 2013), sans compter les centaines d’envoyé-e-s spéciaux-ales qui sont dépêché-e-s par les rédactions lors d’événements particuliers.

C’est ce genre de discours qui informent sur le mode de vie quotidien de ces acteurs ainsi que sur les processus de fabrication de l’information sur cette région qui m’ont conduit à m’interroger sur le rôle, le positionnement et la nature des pratiques sociales et professionnelles de ces acteurs dans l’espace israélo-palestinien. En effet, en tant qu’espace très médiatisé, Israël et la Palestine constituent une région prisée et réputée pour les journalistes étranger-ère-s qui y vivent et y travaillent en nombre. Les journalistes français-es sont donc exposé-e-s, non seulement dans la couverture médiatique qu’ils.elles offrent aux médias pour lesquels ils-elles travaillent mais aussi aux critiques politiques qu’ils-elles reçoivent, autant des pro-Israélien-ne-s, que des pro-Palestinien-ne-s sur leur traitement médiatique.

Ces interrogations sur les pratiques quotidiennes de ces acteurs étrangers m’ont d’autant plus interpellée que, sur place aussi, les critiques sont nombreuses. En effet, j’ai moi-même assisté à de nombreuses reprises à des réactions, plutôt négatives de la part des Palestinien-ne-s sur la présence, le rôle et l’attitude des journalistes étrangers-ères sur place : leur position politique pro-israélienne, leur seul intérêt pour les actualités « chaudes » et « vendeuses » ou encore leur non-maîtrise de la langue arabe figuraient entre autres parmi la longue liste des reproches qu’ils.elles leur adressaient. La critique qui ressortait le plus souvent était leur absence physique en Palestine et le fait qu’ils.elles évoluaient dans des cercles relativement fermés, entre expatrié-e-s et qu’ils-elles ne vivaient pas dans la société palestinienne sur laquelle ils-elles écrivent pourtant quotidiennement.

Cette dimension d’ « entre-soi » social paraît d’autant plus importante qu’elle semble aussi avoir un impact non seulement sur la manière dont les journalistes fabriquent et transmettent l’information sur l’espace israélo-palestinien dans leur pays d’origine mais aussi sur la manière dont ils-elles évoluent au quotidien dans cet espace. Les critiques concernant ces individus proviennent aussi de leur lectorat et de leur audience qui leur reproche la nature et les biais politiques – tantôt pro-palestinien, tantôt pro-israélien – de leur traitement médiatique.

Moi-même journaliste indépendante et étrangère (ajnabia en arabe), je me sentais concernée au premier plan par ces interrogations et ces remarques auxquelles j’ai été – et suis toujours – confrontée quotidiennement lors des différents moments où j’ai vécu en Palestine, pendant environ un an au total, ainsi qu’au Liban pendant un peu plus d’un an. En effet, dans une région du monde aussi polarisée politiquement et fragmentée spatialement, les interactions avec les gens qui m’entouraient, qu’ils soient Israélien-ne-s, Palestinien-ne-s, Français-es, jeunes, plus âgé-e-s, hommes, femmes, universitaires/étudiant-e-s ou non m’ont poussée à porter un regard réflexif et critique sur mes propres pratiques sociales et spatiales. J’ai donc décidé d’essayer de comprendre plus précisément les pratiques sociales de ces acteurs avec lesquels je partageais a priori un certain nombre de caractéristiques.

Lors de mon dernier terrain de recherche à Jérusalem pendant lequel j’ai été accueillie pendant deux mois entre janvier et mars 2017 au sein du CRFJ, j’ai décidé de me concentrer plus particulièrement sur le cas des journalistes français-es. Effectivement, il me semblait que ce phénomène d’entre-soi était d’autant plus prégnant chez mes compatriotes et qu’on me le faisait souvent remarquer. En plus, l’importance du conflit israélo-palestinien y est d’autant plus exarcerbée que les liens historiques qu’entretient la France à la fois avec Israël,  le monde arabe et le Proche-Orient en particulier sont forts et anciens. Cela explique en partie le nombre très important de journalistes français-es qui vivent et travaillent en Israël-Palestine par rapport à d’autres pays européens.[1] De plus, ma propre position de Française me faisait accéder de facto à ces cercles ou en tout cas très facilement, avec une langue, des codes, voire des connaissances en commun. J’ai donc commencé un travail de recherche à partir de personnes et de phénomènes que je connaissais déjà un peu mieux et de questions qui me concernaient directement. Ainsi, durant cette recherche, je me suis en quelque sorte confrontée à moi-même et à mes propres pratiques sur place puisque faisant partie d’une certaine manière de mon objet d’étude. Cet exercice n’a pas toujours été facile parce qu’il m’a fallu déconstruire mes propres préjugés sur des individus, des logiques de fonctionnement, me confronter à des milieux dans lesquels je ne suis pas habituellement pas très à l’aise, précisément parce qu’ils me ressemblent. J’ai donc procédé en même temps à une auto-analyse de ma posture et de mes représentations.

Me pencher sur les journalistes français-es en Israël-Palestine m’a également menée à m’intéresser à d’autres expatrié-e-s français-es avec lesquel-le-s les journalistes ont des liens réguliers et partagent des pratiques sociales similaires. En effet, lors de mon premier terrain en 2015, la maison que je partageais avec des amis palestiniens dans le village de Bir Zeit m’a mise dans une position de témoin du défilé incessant d’étrangers et d’étrangères et donc d’interactions entre eux/elles et mes amis Palestiniens. Plus tard, pendant ma période de travail dans la bande de Gaza, j’ai également été confrontée quotidiennement à la spécificité des conditions de vie quotidienne de mes collègues français-es, d’autant plus quand je les comparais à celles de mes collègues gazaoui-e-s. Enfin, à Jérusalem où j’ai effectué  mon dernier terrain de recherche académique, j’ai également fait la connaissance d’une ville très internationale, qui représente un épicentre politique, géographique, social et médiatique du conflit où la plupart des journalistes étranger-ère-s et français-es sont basé-e-s. En tant que témoin privilégiée de ces interactions, j’ai tour à tour été exaspérée, choquée, en colère et parfois seulement amusée et touchée par les comportements et les discours que j’observais et que j’entendais de la part des étranger-ère-s qui m’entouraient. C’est probablement à l’observation et l’immersion dans ces interactions, qu’est née l’envie de mener une recherche sur le rôle et la présence des internationals comme on les appelle en anglais ou encore les ajaneb  اجانب ou  »ajnabiât »   اجنبيات en arabe (littéralement étrangers et étrangères). Dans l’étude des pratiques sociales quotidiennes des journalistes étranger-ère-s et français-es en particulier, il m’a semblé indispensable de me pencher sur la nature de leurs interactions et de leurs liens avec les autres étranger-ère-s vivant et travaillant sur place et d’avoir un regard plus global sur leur environnement social sur place.

De plus, il m’a semblé primordial, en tant qu’étrangère et en tant que journaliste, de me pencher sur les pratiques sociales et spatiales de ces journalistes français-es, qui, de fait, me « ressemblaient » ; en effet, selon moi, ça engage également en creux la question la question de rapports de pouvoir et de domination liées à la présence de ces acteurs étranger-ère-s en Israël-Palestine.

En effet, du côté palestinien, il est souvent évoqué le phénomène de la « double occupation » qui sous-entend que l’occupation israélienne serait complétée par une deuxième représentée par l’importante présence d’étranger.ère.s. À travers cette expression, c’est surtout l’extrême dépendance de la Palestine à l’aide internationale et aux financements étrangers notamment depuis la période des accords d’Oslo qui a favorisé un phénomène de forte internationalisation, qui est évoquée et qui fondent cette allégation. Pourtant, la neutralité et l’objectivité qu’affichent souvent la plupart des journalistes étranger-ère-s qui vivent et travaillent en Israël-Palestine, parait en contradiction avec le système dans lequel ils-elles sont impliqué-e-s. En effet, il semble que leur seule présence sur place et la nature même de leur métier engagent des transformations de cet espace et des représentations qui lui sont associées.

En cela, s’intéresser aux enjeux qu’impliquent leur présence et l’exercice de leur métier sur place relève de la nécessité plus générale de dégager des pistes de réflexion sur la place des acteurs étranger-ère-s et des dispositifs sociaux et matériels dans lesquels ils/elles évoluent au quotidien. Cela permet dans le cas des journalistes d’initier la déconstruction de l’impératif de neutralité et d’objectivité auquel ils-elles sont assigné-e-s ou s’assignent eux.elles-mêmes pour resituer leur présence et leur organisation sociale dans des rapports de domination complexes et multiples à la fois localement mais également propres à leur profession déjà en France.

Je propose donc dans ce travail d’étudier des acteurs non seulement étranger-ère-s mais dont la raison d’être est de transmettre des informations sur l’espace israélo-palestinien en France et plus largement en Europe et dans le monde où le conflit a une résonance très importante encore jusqu’à aujourd’hui. Pour ce faire, j’ai eu envie de comprendre la manière dont la vie sociale de ces individus s’organisait au quotidien et, ce faisant, me pencher sur la valeur et les représentations qu’ils-elles donnaient à leur présence et à l’exercice de leur métier sur ce terrain israélo-palestinien qui jouit d’une notoriété politique et médiatique particulière.

La question centrale qui constitue le cœur et l’intérêt de ma recherche est donc la suivante :

De quelle(s) position(s) spatiale(s) et sociale(s) parlent les journalistes français-es qui vivent et travaillent dans et sur un espace israélo-palestinien fragmenté, polarisé et polarisant ?

En répondant à cette question, je m’appuie d’abord sur un certain nombre d’hypothèses qui permettent de poser les bases de mes interrogations.

Tout d’abord, les journalistes français.es qui vivent et travaillent en Israël-Palestine évoluent souvent dans des milieux relativement restreints aux autres expatrié.e.s français.es qui vivent dans l’espace israélo-palestinien et notamment les humanitaires, les chercheurs.euses et les diplomates entre autres.

Ensuite, les formations qu’ils.elles ont pu suivre en France sont souvent les mêmes (écoles de journalisme, science politique) et induisent des trajectoires très similaires qui conditionnent des réseaux de relations sociales parfois déjà constitués et/ou qui se recroisent en Israël-Palestine. Ces liens pré-existants renforcent des réseaux nationaux sur place qui fonctionnent déjà de manière relativement autonome.

Ce type de socialisation entre nationaux peut aussi s’expliquer par le partage d’intérêts et de besoins réciproques et communs à l’ensemble de ces acteurs. Dans ces cercles, l’information constitue donc une ressource commune qui s’échange entre ces différents acteurs et qui place les journalistes au cœur de ces interactions.

Pour les journalistes, ce contact quasiment quotidien avec les autres expatrié.e.s français.e.s – qu’il prenne la forme de rapports purement professionnels ou qu’il se mêle à des relations plus privées – repose aussi sur des logiques de positionnement dans le champ journalistique national, à la fois dans l’espace national d’accueil (l’espace israélo-palestinien) mais aussi dans l’espace national d’origine (la France) puisque le retour en France est anticipé à la lumière de son expérience israélo-palestinienne et en fonction des opportunités professionnelles glanées sur place. Conséquemment, je  suppose que l’étape israélo-palestinienne peut représenter un tremplin dans la carrière d’un journaliste français-e.

Malgré la similarité de ces trajectoires et l’entre-soi qui se forme entre eux.elles, je pose aussi l’hypothèse que les journalistes français.e.s ne constituent pas un groupe professionnel homogène mais que ce groupe est traversé par des lignes de clivages multiples et multi-positionnées : à la fois par le statut économique et social entre pigistes et correspondant.e.s fixes, le genre ou encore l’âge.

Les hiérarchies qui existent entre les journalistes français.es sont une reproduction des clivages préexistants dans le champ journalistique national. Ceux-ci sont même renforcés dans le contexte israélo-palestinien puisqu’il constitue une destination médiatique très prisée et placée plutôt haut dans la hiérarchie des journalistes à l’échelle internationale.

 

Méthodologie

 

Cette recherche s’appuie sur une enquête ethnographique menée sur deux terrains, conduits respectivement pendant trois mois au en 2015 en Cisjordanie (Ramallah) et deux mois en 2017 (Jérusalem), ainsi qu’une période de trois semaines dans la bande de Gaza à l’été 2015 durant laquelle je travaillais comme consultante pour un laboratoire de recherche en sciences sociales (le LASDEL) et l’ONG Médecins du Monde. Le caractère multi-situé de mon terrain m’a permis d’appréhender d’un peu plus près sa fragmentation et les différences de perception de mes enquêté.e.s.

Pour cette présente recherche, j’ai donc analysé le matériel collecté pendant des entretiens semi-directifs menés auprès de treize journalistes français.es mais aussi avec des diplomates et des discussions informelles avec des humanitaires et des journalistes locaux-ales (palestinien.ne.s et israélien.ne.s). Lors de mon premier terrain, j’avais rencontré et interrogé douze autres journalistes, pas seulement français.es mais aussi américain.e.s, allemandes, belges…

Pendant cette dernière période de terrain à Jérusalem, j’ai donc choisi de rencontrer à nouveau des journalistes que j’avais déjà interrogé.e.s lors de mon premier terrain en Cisjordanie en 2015. Ainsi, j’ai pu observer les évolutions de leur parcours et voir les transformations de leurs perceptions et de leur carrière professionnelle sur un temps long. Ce faisant, j’ai également pu suivre la trajectoire de ceux et celles qui étaient reparti.e.s en France entre-temps et ainsi voir dans quelles conditions ils.elles étaient revenu.e.s sur le marché journalistique français. À travers ces réseaux dont je disposais déjà, je me suis aussi laissée guider par mes premier.ère.s enquêté.e.s vers d’autres personnes selon une méthode « itérative » (Olivier de Sardan, 1995). Cela m’a permis d’étudier les réseaux de relations entre les personnes et de voir quels types de liens les reliaient.

Les journalistes français-es que j’ai pu rencontrer ont entre 26 et 45 ans. Certain.e.s d’entre eux.elles ont la double nationalité, française et israélienne et sont donc en Israël depuis plusieurs décennies, mais la plupart ne vivent en Israël ou en Palestine que pour quelques années au maximum, voire parfois seulement quelques mois. Les diplomates, humanitaires et chercheur-e-s avec lesquel.le.s j’ai pu m’entretenir étaient eux.elles aussi dans la région pour une durée déterminée qui correspond globalement à celle du séjour des journalistes sur place.[2]

J’ai également mené des observations dans des lieux que les acteurs étranger-ère-s (journalistes,  diplomates, humanitaires, chercheur.euse.s entre autres) fréquentent quotidiennement dans leurs pratiques sociales : des cafés, des bars, des restaurants ou encore des lieux culturels comme les instituts français, des églises ou des centres culturels locaux où j’ai assisté à des colloques, des conférences ou encore des concerts où ils.elles étaient présent.e.s. J’ai également pu me rendre plusieurs fois au domicile de certain.e.s d’entre eux.elles où ils.elles m’avaient conviée pour mener l’entretien pour lequel je les avais sollicité.e.s. J’ai également assisté à des conférences de presse dans des hôtels de luxe ou encore à des déjeuners de presse dans des institutions de recherche françaises.

Dans un premier moment, je me suis intéressée à la structuration de ce « monde social » et son inscription dans l’espace israélo-palestinien. Je me suis notamment posée la question de la forte hiérarchisation qui le caractérise et qui organise le fonctionnement des relations sociales en son sein. J’ai également montré en quoi la spatialisation et la nature des mobilités de ces acteurs en Israël-Palestine sont à la fois le signe d’une répartition spatiale plutôt basée en Israël dans un espace fragmenté et polarisé mais aussi d’une « reterritorialisation » de leurs pratiques sociales et professionnelles autour de la communauté d’expatri.é.es français.es présent.e.s sur place. Enfin, je mets en évidence comment ces hiérarchies sont recomposées et réactualisées dans le contexte israélo-palestinien.

 

La construction d’un « monde social »

 

Le monde social des journalistes français.e.s en Israël-Palestine semble caractérisé par une très forte hiérarchisation en son sein. Ceci est d’autant plus vrai dans le contexte de crise du modèle économique que connaît le journalisme en France ainsi qu’en Europe notamment. Il en ressort que seule une très faible part des journalistes exercent leur métier dans des conditions économiques et professionnelles satisfaisantes, constituant une élite journalistique en voie de disparition mais qui protège ses privilèges alors que la plupart de ses consœurs et confrères expérimentent la précarité au quotidien. Ce constat est déjà vrai en France mais cette réalité semble d’autant plus prégnante dans le contexte israélo-palestinien, puisque, en plus des seuls clivages notamment relatifs au statut journalistique (correspondant-e ou pigiste), à la rémunération ou encore à la longévité sur le terrain s’ajoutent des considérations politiques liées à la situation conflictuelle spécifique en Israël-Palestine. En effet, dans le contexte local de fragmentation spatiale, le lieu de résidence peut entraîner une différenciation entre journalistes : les journalistes qui choisissent de vivre à Jérusalem ou à Tel Aviv sont souvent des correspondant.e.s salarié.e.s puisqu’ils.elles doivent disposer de certains moyens pour faire face au coût très élevé du logement et de la vie, alors que les pigistes s’installent souvent à Ramallah où les prix sont beaucoup plus abordables. D’autre part, le lieu de vie peut entraîner des expériences spatiales et sociales quotidiennes très différentes : vivre à Ramallah et expérimenter par exemple quotidiennement les difficultés de déplacements donne une perception particulière de l’espace social et géographique israélo-palestinien. Certain.e.s revendiquent même la nécessité d’une confrontation quotidienne à l’occupation pour pouvoir la raconter et en rendre compte de manière plus juste.

Ces différenciations confirment donc l’existence de hiérarchies entre correspondant.e.s et pigistes notamment et les termes de « bulle », ou encore de « cour » sont souvent employés par les pigistes pour désigner le milieu des correspondant.e.s. Entre ces cercles et en leur sein, différentes natures de relations se nouent : de concurrence, d’entre-aide et de solidarité, plus ou moins liées à des opportunités et des intérêts ponctuels et circonstanciels, c’est-à-dire une certaine forme de « copinage » comme certain.e.s le décrivent.

Les rapports hiérarchiques existant entre journalistes se traduisent également dans l’espace et dans l’usage qui en est fait par les individus. Si, muni.e.s de leur carte de presse israélienne et de leur visa de travail, les journalistes français.e.s jouissent d’un accès et d’une liberté de mouvement quasiment totaux sur l’ensemble de l’espace israélo-palestinien, contrairement à la plupart du reste des individus qui y vivent et y évoluent au quotidien, ils.elles restent soumis.es aux inégalités qu’entraînent leur statut respectif. L’accès à la bande de Gaza leur est par exemple théoriquement possible et même relativement facile mais compte tenu des frais de séjour très importants (permis, hôtels, fixers…), les pigistes n’y vont pas aussi souvent qu’ils.elles le souhaiteraient.

 

L’hôtel Deira à Gaza City, un des hôtels où les journalistes étrangers-ères étaient réuni-e-s et tenu-e-s au couvre-feu pendant la dernière attaque israélienne en 2014. Photo: Hélène Servel, juin 2015

 

Les rapports de domination et de hiérarchie se transmettent à travers une série de rituels et de comportements qui posent les fondements de relations professionnelles caractérisées par une concurrence acerbe accrue par la précarité générale qui touche le métier de journaliste et la très grande densité de journalistes présent-e-s dans l’espace israélo-palestinien. À leur arrivée, les nouveaux.nouvelles venu.e.s doivent par exemple se présenter, au moins par un simple mail, à leurs désormais collègues pour ne pas risquer de marcher sur leurs plates-bandes déjà étroites. Pendant leur séjour, ils.elles se rendent régulièrement aux nombreuses conférences de presse organisées par les tout aussi nombreux intermédiaires qui travaillent pour la presse étrangère, non tant pas pour l’intérêt journalistique – souvent relativement limité – que cela représente mais plutôt pour entretenir les liens, voir et être vu de leurs collègues et maintenir ainsi leur place et leur légitimité dans le monde social des journalistes étranger.ère.s et français.es en particulier dans l’espace israélo-palestinien.

 

L’étape israélo-palestinienne pourvoyeuse d’un « capital international » ?

 

Dans un second temps moment, j’ai essayé de montrer en quoi une expérience en Israël-Palestine peut constituer un tremplin dans une carrière journalistique malgré les différences de trajectoires des journalistes en présence. En effet, il semble que la manière de se positionner dans cet espace médiatique emblématique et la façon de valoriser cette étape de son parcours peut mener à un repositionnement professionnel dans le champ journalistique français, une fois de retour en France.

Ceci est d’autant plus vrai que le microcosme dans lequel les journalistes évoluent au quotidien se déploie à une échelle beaucoup plus réduite que le marché journalistique en France et qu’il permet donc plus facilement et plus rapidement de « sortir du lot. » La présence sur le terrain israélo-palestinien peut donc servir de tremplin professionnel pour certain.e.s journalistes, à la fois en termes d’acquisition d’une légitimité professionnelle sur place et par le fait qu’il permet un repositionnement dans le champ professionnel dans l’espace national d’accueil et dans l’espace national d’origine, où ils.elles retournent tôt ou tard. En cela, l’espace-temps de l’expérience journalistique en Israël et en Palestine constitue un sas privilégié pour préparer et négocier son retour sur le marché journalistique sur le territoire français.

 

Conférence de presse à l’hôtel cinq étoiles King David, à Jérusalem Ouest.

Photo: Hélène Servel, janvier 2017

 

Les trajectoires des journalistes qui viennent travailler dans et sur l’espace israélo-palestinien sont souvent similaires, malgré des expériences professionnelles relativement hétéroclites. Que ce soit une première expérience de correspondance à l’étranger, qu’ils.elles soient bi-nationaux franco-israélien.ne.s installé.e.s depuis plusieurs années, correspondant.e.s déjà expérimenté.e.s, free-lances, les raisons du choix de venir s’installer et travailler en Israël-Palestine sont par ailleurs multiples. Cependant, malgré cette diversité d’expériences, l’immense majorité d’entre eux.elles sont très souvent passé.e.s par les mêmes écoles de journalisme françaises et font donc déjà partie des mêmes réseaux en arrivant sur place. Il n’est d’ailleurs pas rare qu’ils.elles retrouvent des ancien.ne.s camarades de promotion ou collègues dans leur nouveau secteur d’activité.

En tant que professionnel.le.s issu.e.s des mêmes formations élitistes et du même environnement médiatique concurrentiel, ces acteurs poursuivent des objectifs de démarcation similaires pour pouvoir tirer leur épingle du jeu dans un environnement médiatique local très investi par les médias internationaux et dans un champ journalistique français très concurrentiel et hiérarchisé. En effet, il leur semble possible d’acquérir une forme de légitimité professionnelle plus facilement et plus rapidement et d’accéder à certains réseaux professionnels en étant un peu moins confronté-e-s aux hiérarchies qui les structurent habituellement en France. L’exemple de la dernière offensive israélienne sur la bande de Gaza en 2014 montre que certain-e-s journalistes ont bénéficié, à cette occasion, d’une visibilité et d’opportunités de travail beaucoup plus importantes que d’ordinaire.

Le « capital international » qui se dégage d’une telle expérience est dû à la convergence de différents facteurs, à la fois de compétences sociales, relationnelles linguistiques, liées aux conditions spécifiques de mobilité de la région acquises sur place et à un prestige associé presque d’emblée à la réputation de la région. Pour un.e journaliste français.e, si les possibilités de conversion de ce capital sont essentiellement mises en place à l’étranger, elles sont avant tout étroitement reliées au champ journalistique national en France et le tremplin professionnel que peut représenter l’espace israélo-palestinien pour un.e journaliste semble opérer non seulement sur place, pendant leur séjour dans l’espace national d’accueil, mais aussi et surtout de retour dans l’espace national d’origine et sur le marché journalistique français.

Cependant, il semble que les individus ne soient pas égaux devant les possibilités d’accumulation d’un « capital international » ou plutôt d’un capital « journalistique israélo-palestinien » à l’occasion d’une expérience en Israël et en Palestine. En effet, celles-ci dépendent étroitement du statut journalistique initial de la personne, des ressources dont elle dispose à son arrivée et de la réputation et des moyens de son (ses) média(s). Les différents types de représentations qui sont projetées sur l’espace israélo-palestinien contribuent à entretenir une confusion des images qui lui sont assignées et que de nombreux acteurs comme les rédactions, le lectorat et les journalistes eux/elles-mêmes entretiennent au quotidien. D’ailleurs pour que ces savoir-faire et savoir-être soient considérés comme de véritables compétences, il faut que les différentes représentations véhiculées sur l’espace israélo-palestinien puissent être mobilisées par les individus de manière à les transformer en ressources valorisées et valorisables sur le marché journalistique français. La valeur du/de la journaliste ne semble véritablement effective qu’à travers sa présence physique sur place. Ensuite, de retour en France, il.elle redevient potentiellement un.e journaliste parmi d’autres sur le marché journalistique et l’illusion d’avoir pu se démarquer dans le champ journalistique français prend fin. Dans cette configuration, les compétences font l’objet d’une hiérarchisation implicite : si les savoir-faire relationnels dans les réseaux professionnels français sont extrêmement utiles à la valorisation d’un parcours journalistique, la maîtrise des langues locales ne l’est par contre pas du tout.

Les savoir-faire relationnels, les savoir-être et les ressources économiques qui se développent sur place semblent être une des clés de la valorisation d’un parcours journalistique en Israël-Palestine. L’expérience de l’étranger et en particulier de l’espace israélo-palestinien constitue alors une sorte de bulle dans laquelle le.la journaliste est d’une certaine manière épargné.e de la très forte concurrence et pendant un temps limité. Dans cet espace-temps, les clivages et hiérarchies caractéristiques de ce monde social peuvent parfois même être dépassés au moins provisoirement, créant ainsi une illusion provisoire de la plus-value que représente la présence sur le terrain israélo-palestinien.

 

Une « communauté d’expérience » partagée avec les autres Français.es

 

Enfin, dans le dernier moment de la réflexion, je me suis penchée sur la manière dont les journalistes français.es se retrouvent plus largement autour de modes de vie communs et d’intérêts réciproques avec les autres expatrié.e.es français.es au sein de l’espace israélo-palestinien, comme les humanitaires, les diplomates ou encore les chercheur.euses. En effet, si le « monde social » des journalistes français.es dans ce contexte est défini selon des logiques propres et internes, il semble qu’il se construise également vis-à-vis et en interaction avec d’autres groupes avec lesquels il partage certaines caractéristiques.

À l’inverse de nombreux autres expatrié.e.s à travers le monde qui développent une identité « cosmopolite » ou « internationale »[3], on observe plutôt chez les journalistes français.es la formation et la continuation de relations sociales qui vont au-delà des limites circonscrites de leur monde professionnel et qui sont essentiellement orientées vers de cercles nationaux et francophones.

En effet, l’homogénéité de leurs parcours de formation, l’important turn-over qui caractérise l’ensemble de ces métiers et le fait que la plupart d’entre eux.elles ne parlent pas les (la) langue(s) locale(s) participent de la convergence de modes de vie et des besoins quotidiens. De plus, appartenant parfois à des réseaux pré-existants et liés à leurs formations, les expatrié.e.s français.es sont déjà souvent en lien entre eux.elles avant d’arriver. Une fois sur place, les institutions (culturelles, de recherche, politiques…) et représentations diplomatiques françaises jouent un rôle prépondérant de mise en lien entre expatrié.e.s français.es. J’ai également pu observer le rôle de l’école dans la mise en relation entre expatrié.e.s à travers leurs enfants.

La plupart des expatrié.e.s partagent également des conditions de mobilité similaires et privilégiées dans un espace israélo-palestinien fragmenté où la mobilité est très contrainte pour la plupart des individus qui y vivent et y évoluent au quotidien. Il existe malgré tout des inégalités face à ces conditions de déplacement en fonction des ressources, du statut, de la perception et de l’usage de l’espace que fait chaque individu au quotidien. Dès leur arrivée, des espaces de socialisation entre expatrié.e.s s’ouvrent à eux-elles mais souvent selon un phénomène implicite de cooptation : en effet, les activités sportives et culturelles organisées par des individus ou encore des sites d’accueil pour expatrié.e.s ne sont pas explicitement fermées aux Palestinien.ne.s et aux Israélien.ne.s mais dans les faits, ce sont des espaces uniquement investis par les milieux d’expatrié.e.s. La non-maîtrise des langues locales est également un facteur qui favorise un fonctionnement organisé des cercles nationaux. Pourtant, cet « entre-soi » est un phénomène conscient parmi les expatrié.e.s et chez les journalistes en particulier, sans pour autant que ces cercles s’ouvrent.

 

Capture d’écran de la page d’accueil du Réseau Palestine Accueil. Dernière consultation: mai 2017

 

Pour les journalistes, ce positionnement dans des milieux nationaux se fait aussi en fonction d’opportunités professionnelles et en vue de préparer son retour professionnel en France. Dans cette configuration, l’information est au centre des relations entre expatrié.e.s et devient même une sorte de monnaie d’échange qui façonne la nature des liens entre ces professionnel.le.s. L’entre-soi national se construit donc à la fois dans l’espace national d’accueil (l’espace israélo-palestinien) et en fonction de projections de carrière dans l’espace national d’origine (la France) qui favorisent une « circulation circulaire de l’information » (Bourdieu, 1996) à l’intérieur des réseaux d’expatrié.e.s français.es. La réintroduction d’enjeux locaux liés au conflit israélo-palestinien dans les relations entre expatrié.e.s constitue aussi une pierre angulaire de la reconfiguration des relations interpersonnelles entre individus sur place, même si celle-ci participe également d’une sorte de mise en scène : en effet, les objectifs pratiques et professionnels sont souvent les mêmes et tous ces individus se fréquentent tout de même tôt ou tard dans leur quotidien et dans leurs espaces professionnels.

Il semble que dans le cas des correspondant-e-s français-es à l’étranger, le phénomène de « circulation circulaire de l’information» opère non seulement en France mais a aussi des ramifications dans l’espace national d’accueil : en effet, du fait de l’entre-soi et des contacts très réguliers qui caractérise les relations entre expatrié.e.s français.es – et francophones dans une moindre mesure – les informations circulent non seulement entre les journalistes présent.e.s sur place mais aussi entre l’ensemble des expatrié.e.s qui vivent et travaillent là au quotidien.

 

Conclusion

 

En conclusion, ce travail de recherche a permis de déconstruire les conceptions liées à la position des journalistes français.se et, parallèlement, les représentations attribuées à ces espaces géographiques et sociaux. J’ai ainsi pu décrire certaines des logiques qui président au fonctionnement de ce groupe social et des individus qui le composent et analyser leur posture ainsi que les enjeux de leur présence, souvent peu abordés.

Ce faisant, il a également été possible de déconstruire certaines des images accolées à leur statut et de resituer ces journalistes dans un contexte économique, social et politique bien particulier, lié non seulement à l’espace israélo-palestinien qu’ils-elles couvrent mais aussi au champ journalistique national et transnational dans lesquels ils-elles se placent. Étant donné les conditions privilégiées dans lesquelles ils-elles évoluent au quotidien et les opportunités professionnelles que cette expérience professionnelle leur ouvre, les journalistes ont en effet plutôt intérêt à entretenir l’image fantasmée et allégorique d’une zone de guerre pour valider et valoriser l’attractivité de leur poste en Israël-Palestine.

Enfin, l’étude de leurs pratiques sociales avec leurs confrères et consœurs et compatriotes expatrié.e.s permet aussi de confirmer le phénomène de « circulation circulaire de l’information » et donc l’établissement de hiérarchies journalistiques à l’échelle internationale, comme Dominique Marchetti l’évoque dans son étude sur le journalisme au Maroc (Marchetti, 2015). En effet, ce sont les mêmes types d’informations qui circulent sur Israël-Palestine mais plus encore, le cas des journalistes français.es en Israël-Palestine met en évidence ces cercles spécifiques d’individus qui se ressemblent, qui partagent des intérêts et des besoins communs et qui parlent souvent la même langue. Si les informations circulent dans ce genre de cercles, c’est également dû à des configurations relationnelles, à des intérêts partagés et réciproques et à des logiques de placement professionnelles, dans un cadrage essentiellement national.

Sans surestimer le poids de la presse dans les images qui sont véhiculées et données de l’espace israélo-palestinien, il semble que les Français-es qui lisent les journaux, écoutent la radio et/ou regardent la télévision en France aient une vision relativement caricaturale et tranchée du conflit israélo-palestinien et de ses enjeux. Les journalistes, engagés dans des enjeux professionnels, des relations sociales avec lesquels ils-elles composent et contraints par la spatialité dans laquelle ils-elles s’inscrivent sur place, participent activement à la création de cette image particulière de l’espace israélo-palestinien qui occupe une place très importante dans le flot d’informations sur cette région en Europe. Les conditions dans lesquelles les artisan-e-s de ces informations évoluent au quotidien créent par ailleurs un décalage entre la manière ils dépeignent ce conflit et la région et leurs propres conditions de vie. Comment se fait-il alors que les informations qu’ils délivrent bénéficient d’une légitimité plus grande que d’autres types d’informations ?

Étudier les pratiques sociales des journalistes français-es dans le contexte israélo-palestinien, c’est aussi essayer de comprendre la manière dont ce conflit crée des dynamiques économiques et sociales singulières qui contribuent au statu quo politique autour de la politique d’occupation. En effet, dans ces configurations, un certain nombre d’acteurs étranger-ère-s – ainsi que palestinienne-s et israélien-ne-s – tirent des avantages économiques, symboliques, politiques de la situation d’occupation actuelle qui n’engagent pas à une remise en cause fondamentale de ces mécanismes.

Il me semble enfin que cet état de fait traduit des relations de pouvoir et de domination issues d’un schéma colonial dont la France est une éminente représentante et d’autant plus dans cette région où la question coloniale est centrale et dans le monde arabe en général dans lequel elle a largement déployé son pouvoir et sa domination au XXème siècle. En effet, en étant pour la plupart basé-e-s en Israël et fonctionnant essentiellement dans un milieu d’expatrié-e-s au fonctionnement relativement autonome, on peut se poser la question de savoir d’où ces acteurs tirent-ils/elles leur légitimité de raconter et d’expliquer l’espace israélo-palestinien dans son ensemble ? Pourquoi est-il attendu des journalistes qui travaillent en Amérique Latine ou en Allemagne de parler l’espagnol ou l’allemand et d’avoir un minimum de connaissances sur la région quand ils-elles y arrivent ? Alors que ceux et celles qui viennent travailler en Israël-Palestine et dans le monde arabe de manière générale ne sont pas tenu-e-s de disposer de ces compétences ?

Étudier ces acteurs-là revêt donc pour moi une dimension éminemment politique et permet, je l’espère, de soulever des interrogations et d’ouvrir des espaces de remise en question et de réflexion sur la posture de ces professionnel-le-s et ce, non seulement dans un contexte aussi particulier comme l’espace israélo-palestinien mais aussi dans d’autres contextes, dans la manière dont les journalistes occidentaux permettent l’accès à une certaine vision du monde à travers les médias. Questionner la posture et les conditions dans lesquelles évoluent celles et ceux qui créent l’information dominante, permet d’entrevoir le rééquilibrage de certains rapports de pouvoir internes à la profession et sur le terrain singulier sur lequel ils.elles se trouvent et de mieux penser les conditions de fabrication d’une information incarnée et intègre.

 

 

[1] Officiellement, la France compte plus de treize médias enregistrés à la Foreign Press Association (FPA) contre sept pour l’Italie ou cinq pour l’Espagne ou la Belgique.

[2] Le turn-over des humanitaires en Palestine (mais aussi ailleurs) est souvent beaucoup plus important, et ils/elles ne vivent sur place qu’un an ou deux maximum.

[3]A ce sujet, voir le travail de Séverine Autesserre sur les expatrié.e.s qui participent aux missions de la paix de l’ONU. Peaceland, Autesserre, 2014.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.