Quelques éléments de réflexion sur les lames cananéennes du Levant Sud : Analyse et interprétation de Fazael 4, un petit site de la vallée du Jourdain

Par Francesca Manclossi, Postdoctorante au CRFJ

 

Mots clés/Keywords

Lames cananéennes, Bronze Ancien, Levant Sud, technologie lithique, débitage par pression au levier, spécialisation, tailleurs itinérants

Canaanean blades, Early Bronze Age, Southern Levant, Lithic Technology, Lever-pressure technique, craft specialization, itinerant knappers

 

Résumé

Au Levant Sud, les lames cananéennes sont une des productions lithiques caractéristique de l’âge du Bronze Ancien. Etudiées par les archéologues depuis le début du XXème siècle, elles ont été rarement l’objet d’une étude technologique détaillée visant à reconnaître les méthodes et les techniques de taille utilisées pour les produire. L’analyse de l’assemblage de Fazael 4 offre des données nouvelles concernant le débitage cananéen, notamment la possibilité de fracturation accidentelle de ces lames pendant leur détachement par pression au levier. La concentration de déchets liés à un ou deux épisodes de taille, enfin, représente une autre pièce dans la reconstruction de l’organisation de cette production, notamment la présence de spécialistes itinérants qui, pendant leurs trajets, s’arrêtaient dans plusieurs sites et débitaient des lames cananéennes en les échangeant avec les habitants locaux

Abstract

In the southern Levant, Canaanean blades are one of the characteristic components of the lithic industries of the Early Bronze Age. Studied since the beginning of the 20th century, they have rarely been the subject of detailed technological studies aimed at recognizing the methods and techniques used to produce them. The analysis of the assemblage from Fazael 4 offers new data concerning the Canaanean technology, including the possibility of accidental breakage of these blades during their detachment by the lever pressure technique. The concentration of waste related to one or two knapping episodes, finally, represents another piece in the reconstruction of the organization of this production, notably the presence of itinerant specialists who, during their journeys, stopped at several sites producing and exchanging Canaanean blades with the local inhabitants.

 

Introduction

Au Proche Orient, les industries lithiques ont traditionnellement un rôle marginal dans l’étude des sociétés de l’Age des Métaux. Bien que reconnues comme une composante de la culture matérielle, les archéologues ont toujours préféré d’autres matériaux considérés comme plus significatifs. Les outils en silex sont, en effet, vus comme un simple héritage de traditions préhistoriques qui ne serait pas pertinent pour aborder des problématiques à caractère socioéconomique et politique, prééminentes dans la recherche sur les 4ème 3ème millénaires av. J.-C.

Malgré ces réticences, l’analyse des outils en silex de l’Age du Bronze Ancien s’est avérée une source de plus en plus riche d’informations. L’étude des productions lithiques offre effectivement des aperçus complémentaires des aspects traditionnellement privilégiés (Rosen, 1997 ; 11). Elle peut contribuer à la réflexion sur la variété et la complexité des mécanismes socioéconomiques et culturels sous-jacents aux grandes transformations et changements dont témoigne le premier cycle d’urbanisation de la région (i.e. De Miroschedji dir, 1989 ; De Miroschedji, 2006, 2009) .

Parmi les diverses industries lithiques, la production spécialisée de grandes lames, communément appelées cananéennes, se prête bien à observer la relation entre mutations sociales et innovations techniques, un argument crucial pour comprendre la complexification socioéconomique des périodes protohistoriques. Reconnues depuis le début du 20ème siècle (Macalister, 1912), les lames cananéennes sont une des composantes principales des industries lithiques du 4ème et 3ème millénaire av. J.-C. dans plusieurs régions du Proche Orient, de la Mésopotamie (Chabot, 2002) au sud de l’Anatolie (Hartenberger et al., 2000), et à l’ensemble de la région levantine (Rosen, 1983).

 

Les lames cananéennes : l’état de la question

Les thématiques de recherche principales qui gravitent autour de ces lames intéressent à la fois les lithiciens qui s’occupent des technologies concernant la taille de la pierre, et les archéologues qui travaillent sur l’Age du Bronze au Proche Orient. Dans les débats les plus récents, les chercheurs se sont de plus en plus focalisés sur leur définition, leur origine et diffusion, et leurs fonctions.

 

Définitions : Identifiées par la première fois en Palestine, les « lames cananéennes » ont été définies  comme des lames larges à bords parallèles et réguliers, et à section trapézoïdale (Neuville, 1930). Cette définition a été par la suite modifiée et la configuration du talon facetté et du bulbe proéminent ont été considérés comme d’autres caractères distinctifs (Crowfoot J., 1935). Cependant, cette définition typo-morphologique s’est révélée trop vague, au point que le terme « cananéen » a fini pour designer toutes lames régulières, voire simplement prismatiques du 4ème 3ème millénaire av. J.-C. Pour cette raison, plusieurs auteurs ont souligné l’importance d’intégrer dans leur définition des caractères technologiques, en préférant parler de débitage cananéen plutôt que de lames cananéennes (Coqueugniot et Geyer, 1994). En effet, en reconnaissant que l’aspect général de ces lames devait être lié à leurs modalités de fabrication, plusieurs chercheurs ont affirmé la nécessité de caractériser la production de ces grandes lames en termes de techniques et méthodes de taille. A ce propos, les lames cananéennes ne sont qu’une des manifestation du phénomène des « grandes lames » débitées par percussion indirecte et/ou par pression dont la technologie a capturé l’attentions des lithiciens depuis quelques décennies (i.e., Pelegrin, 2012a).

 

Origine et diffusion : La question de l’origine et de la diffusion des lames cananéennes a été traitée en considérant les dates de leurs premières attestations dans les différentes régions du Proche Orient. Certains chercheurs en regardant l’antériorité des lames cananéennes dans des sites anatoliens et syriens  ont suggéré que ce débitage était originaire de l’Haute Mésopotamie à la fin du Chalcolithique, et que pendant le Bronze Ancien il s’était répandu vers le sud (i.e. Hennessy, 1967). Cette interprétation a été partiellement revue sur la base des nouvelles dates issues du Levant Sud qui ont réduit l’écart chronologique avec la Mésopotamie du Nord où, toutefois, ils n’existent pas de dates précises associées stratigraphiquement au débitage cananéen (Edens, 1999). Au Levant Sud, la découverte de lames cananéennes dans des contextes datés du Chalcolithique Final a ouvert le débat de leur première apparition, mais l’hypothèse d’une industrie cananéenne pendant le Chalcolithique (Bar et Winter, 2010) a été rejetée en considérant la nature perturbée des contextes archéologiques où elles ont été trouvées (Milevski et al., 2011 ; contra Braun, 2011). Sans nier l’existence de différences chronologiques par rapport au reste du Proche Orient, certains archéologues ont suggéré la possibilité que le débitage cananéen se soit développé de manière autonome dans le Levant Sud en reconnaissant des affinités avec certaines productions laminaires chalcolithiques, notamment la morphologie des lames (Rowan et Levy, 1994), et la configuration des nucléus (Shimelmitz, 2009).

 

Fonctions : La fonction des lames cananéennes a été le sujet de plusieurs débats. La présence du lustre sur la majorité des lames indiqua aux premiers chercheurs que ces lames étaient utilisées comme des éléments de faucille (Neuville, 1934). Dès les années quatre-vingt, les études de microtraces d’usure et les répliques expérimentales ont suggéré la possibilité d’autres fonctions, notamment l’insertion comme des éléments de tribulum (Anderson et Inizan, 1994), ou d’autres utilisations plus opportunistes (Groman-Yaroslavsky et al., 2013). Dans tous les cas, il s’agit d’outils ordinaires qui montrent souvent une utilisation prolongée dans le temps, et qui très rarement ont été découverts en association à des contextes rituels ou funéraires (Oshri et Schick, 1998).

 

En suivant l’histoire des études sur les productions lithiques, les lames cananéennes ont été principalement analysées selon une approche typologique fondée sur la comparaison de formes et dimensions. De plus, la découverte de lames isolées de leurs contextes de production, et la rareté de déchets de taille a conditionné la recherche qui ne semblait pas permettre d’autres types d’analyse. Malheureusement, cette démarche a souvent conduit à des erreurs d’identification, à des malentendus qui se répercutent sur la compréhension du phénomène cananéen. En effet, malgré des analogies morphométriques, le débitage de grandes lames peut présenter plusieurs variantes, d’autant plus si l’on considère l’extension spatiale et temporelle de cette production.

A ce propos, ce sont les analyses technologiques basées sur l’étude des méthodes et des techniques de taille qui, aujourd’hui, permettent de mieux apprécier les différentes productions, et semblent les plus prometteuses. En effet, au-delà de leur importance dans la compréhension des modalités de fabrication, l’approche technologique s’est démontré un outil d’analyse fondamental pour englober la production et circulation d’outils en silex dans des scénarios historiques et socioculturels plus vastes, et proposer de nouvelles questions.

 

 

L’approche technologique : potentialités et résultats

Le développement des analyses technologiques fondées sur le concept de chaîne opératoire a montré que l’organisation spatiale et temporelle des activités techniques, les méthodes et les techniques de taille impliquées dans le processus de production, ainsi que les connaissances et les savoir-faire requis dans les opérations de fabrication, peuvent contribuer à la reconnaissance de comportements et traditions techniques (Inizan et al., 1995 ; Pelegrin et al., 1988 ; Karlin et al., 1991). En particulier, ce sont ces caractérisations techniques qui permettent de distinguer entre diverses productions et de les situer au sein de contextes historiques, économiques et socioculturels plus amples. Bien que l’approche technologique connaisse une longue tradition, son application dans l’étude des industries protohistoriques et historiques est encore très peu développée. En ce qui concerne les lames cananéennes, l’essentiel de ces analyses s’est concentré sur la région de la Haute Mésopotamie. Ici, la caractérisation technologique a permis de reconnaître que ces lames étaient produites en utilisant deux techniques différentes. Même si typologiquement similaires, certaines lames étaient produites par pression au levier, tandis que d’autres étaient débitées par percussion indirecte (Chabot, 2002).  Au sein des mêmes assemblages, la coprésence de ces deux techniques ne se réfère pas forcement à deux étapes distinctes du processus de fabrication, mais peuvent renvoyer à des ateliers dont les pratiques techniques différaient. A ce propos, par exemple, certains auteurs ont proposé l’existence d’ateliers hautement spécialisés qui utilisaient la pression au levier et échangeait leurs produits sur la longue distance, tandis que des imitations locales concurrentes mobilisaient des connaissances moins sophistiquées (Coqueugniot, 2006).

En ce qui concerne le Levant Sud, il y a encore peu d’attention à la caractérisation technologique des lames cananéennes, et les méthodes et les techniques de taille ne sont que rarement prises en considération. Leur production est interprétée comme réalisée à la percussion indirecte et/ou à la pression au levier, mais ces conclusions sont dépourvues d’arguments détaillés, et se basent simplement sur des analogies avec d’autres productions. Cependant, ces dernières années, l’approche technologique s’est développée, et a fourni des éléments nouveaux capables de contribuer aux débats concernent l’apparition des lames cananéennes à la fin du 4ème millénaire av. J.-C., et la structure socioéconomique et culturelle liée à cette production.

L’analyse technologique conduite sur plusieurs assemblage (Manclossi, 2016) a démontré que, au Levant Sud, les lames cananéennes étaient produites par pression au levier[1]. Bien que la possibilité d’une origine locale ait été suggérée (Shimelmitz, 2009), l’absence des étapes évolutives précédentes et intermédiaires, nécessaires pour l’invention locale de la pression au levier (notamment les modalités de pression plus simples), montre que, au-delà des datations différentes, cette technique se serait répandue au Levant Sud à partir d’autres aires d’origine (Manclossi et al., 2016). Les difficultés dans l’apprentissage et la maîtrise de cette technique et l’absence d’un background technologique assez sophistiqué indiquent que l’apparition du débitage par pression (et donc des lames cananéennes) reflète le déplacement de quelques tailleurs, probablement à partir du Nord où la tradition technique de la pression est attestée depuis le Néolithique (Chabot et Pelegrin, 2012).

L’utilisation d’une technique de taille très sophistiquée et complexe a aussi d’autres implications sur l’articulation de cette production hautement spécialisée. En considérant le temps nécessaire pour apprendre et maîtriser la technique de débitage (qui demande des années) et la nécessité de maintenir les habiletés de taille avec une pratique régulière, on peut supposer que la productivité de chaque tailleur était élevée, et que leur nombre total dans la région était faible. En effet, seuls quelques tailleurs experts (probablement moins d’une dizaine) simultanément actifs devaient fournir la consommation en masse des lames cananéennes (Manclossi et al., 2016). Ce nombre limité de spécialistes impliqués dans la fabrication des lames suggère que le « système cananéen » était plus articulé que ce que l’on pensait précédemment (i.e. Milevski, 2013 ; Rosen, 1997). Les lames étaient échangées au sein de territoires plus vastes et/ou des tailleurs itinérants se déplaçaient de leurs ateliers vers d’autres endroits, villages et cités, en échangeant et produisant les lames pendant leurs trajets. A ce propos, la fragmentation spatiale de la chaîne opératoire, indiquée par la distribution de déchets de production dans plusieurs sites (Manclossi et al., 2016), suggère que les spécialistes produisaient une partie des lames dans les sites d’habitat et non seulement dans leurs ateliers, encore inconnus dans la région.

 

Un aperçu sur la production de lames cananéennes : le site de Fazael 4

Fazael 4 est un petit site du Bronze Ancien situé dans la vallée du Jourdain. Il s’agit d’un village agricole occupé pendant la deuxième moitié du 4ème millénaire (ca. 3400-3050 av. J.C.). Pendant les fouilles, une fosse (L41) complètement remplie de matériel lithique et scellée par une construction circulaire en pierre a été découverte (Bar, 2014). L’assemblage compte environ 3600 pièces, dont la plupart semblent être des éclats liés au maintien et/ou réutilisation de nucléus utilisés pour produire des lames cananéennes (Zutovski et Bar, 2017). Parmi ces déchets de taille, il y 185 fragments de lames cananéennes qui ont été l’objet d’une analyse technologique détaillée.

La collection compte 105 segments proximaux, 59 segments médiaux et 21 segments distaux. Bien qu’une seule lame entière ait été trouvée, tous ces segments sont issus d’un débitage cananéen par pression. Même si les dimensions réduites des tronçons ne permettent pas toujours de reconnaître les caractères morphométriques qui caractérisent cette technique de taille (notamment, la régularité des bords et des nervures, la rectitude du profil avec une légère courbure distale, et la légèreté des sections[2]), ceux-ci présentent plusieurs stigmates techniques diagnostiques. L’utilisation de la pression, en effet, est attestée par la configuration des bulbes, des talons, et d’autres détails discrets qui dérivent de la préparation spécifique du détachement des lames et/ou des mécanismes de fracturation[3].

En ce qui concerne la configuration des extrémités proximales, 42.9% ont des bulbes proéminents, courts et très hauts (Fig. 1 : 1, 6). Cet aspect est l’un des stigmates typiques du débitage per pression. Dans les autres cas, ces caractères sont moins marqués, et les bulbes sont plus diffus et allongés (Fig. 1 : 2-4)[4]. Un autre élément typique de la pression est l’angle de bord qui, dans tous les segments, est proche de l’angle droit. En général, l’axe de débitage des lames est aligné avec les nervures dorsales, mais dans plusieurs cas le talon est incliné. Il s’agit d’une configuration caractéristique et exclusive du débitage par pression résultant de la position du nucléus, soigneusement immobilisé pendant le détachement des lames, par rapport à la pointe du compresseur.

En ce qui concerne la préparation du plan de pression, il existe plusieurs variantes (Tableau 1). En général, les talons sont relativement épais et larges, même si environ un quart des lames ont des talons plus étroits et minces, rarement punctiformes.

 

Tableau 1. Aspect du bulbe et dimensions des talons des lames cananéennes.

Bulbe proéminent Bulbe diffus Total
N % N % N %
Talon large (>12 mm2) 33 31,4 49 46,7 82 78,1
Talon petit (<12mm2) 12 11,4 11 10,5 23 21,9
Total 45 42,9 60 57,1 105 100

Les talons sont généralement abrasés (Fig. 1 : 1 ; 3 : 6), quelquefois seulement partiellement (Fig. 1 : 2 ; 3 : 2), et très rarement peuvent être qualifiés comme « facettés ». Les enlèvements qui modifient la surface de pression, en effet, dérivent d’un frottement de la corniche du nucléus, du front vers la partie plus interne. Bien que moins fréquentes, d’autres préparations sont attestées aussi : 11.4% des talons sont lisses (Fig. 2 : 3), 3.8% dièdres (Fig. 2 : 1) et 4.8% punctiformes (Fig. 2 : 4). Malgré ces variantes, les préparations des talons créent une surface de pression appropriée pour positionner le compresseur et contrôler le détachement de chaque lame.

 

 

Crédit: Francesca Manclossi

Figure 1. Segments proximaux de lames cananéennes (Fazael 4) : 1. Bulbe haut et proéminent, talon large et abrasé ; 2. Bulbe diffus et allongé, talon large partiellement abrasé ; 3. Bulbe diffus, talon abrasé, fissure très marquée ; 4. Bulbe diffus, talon large et abrasé, fissuration ; 5. Bulbe diffus, talon petit abrasé, fissuration indiquant l’utilisation d’une pointe en cuivre ; 6. Bulbe haut et proéminent, talon large et abrasé, lèvre indiquant l’utilisation d’une pointe organique.

 

Les dimensions des surfaces de contact et leur aspect semblent suggérer la coprésence de deux types de compresseurs respectivement armés d’une pointe organique (vraisemblablement en bois de cervidé) ou en cuivre. Les répliques expérimentales ont montré qu’en utilisant un compresseur à pointe en bois, la surface de contact avec le plan de frappe du nucléus ne peut pas être trop réduite et, pour éviter de dégrader l’outil, la surface minimale doit atteindre une douzaine de mm2.  En revanche, l’utilisation d’une pointe en cuivre, plus dure et incisive que le bois, non seulement permet d’utiliser des surfaces de contact plus petites (les talons punctiformes), mais aussi des « aspérités » (les talons dièdres). La pointe en métal ne se dégrade pas au contact avec le silex et, si la pression exercée cause une distorsion de la pointe, elle peut être facilement remise en forme par martelage. Cependant, il n’est pas possible d’établir une corrélation systématique entre dimension/ aspect du talon et la nature des pointes du compresseur. Si les talons minces peuvent être un bon argument pour exclure l’utilisation d’une pointe en bois, les talons larges peuvent également résulter de l’utilisation d’une pointe en cuivre, surtout si le point de contact est placé en retrait, à quelques millimètres du front.

A ce propos, il existe d’autres détails discrets, notamment la présence de fissures et de lèvres, qui peuvent offrir des indices complémentaires et précieux pour distinguer les deux types de compresseurs. Bien que ces caractères diagnostiques ne soient pas toujours visibles, il est important de noter que 4 65.7% des lames présentent des fissurations sub-circulaires ou transversales selon la morphologie des talons (Fig. 1 : 3-5), tandis que 30.5% se caractérisent par une lèvre assez nette à l’arrière du talon (Fig. 1 : 6 ; 2 : 3). La présence de ces traits diagnostiques est particulièrement importante car les propriétés physiques des matériaux provoquent des effets différents sur les mécanismes d’initialisation de la fracturation, et donc sur l’aspect des parties proximales des lames. Dans le cas de l’utilisation d’une pointe en cuivre, la fracturation initiale s’accompagne souvent d’une fissure. La présence d’une lèvre en regard du point d’initialisation de la fracture, en revanche, est un bon indice de l’utilisation d’une pointe en bois, plus élastique.

L’analyse croisée du type du talon, de ses dimensions et des caractères discrets (Tableau 2) semble indiquer que l’abrasion (complète ou partielle) était le procédé technique le plus utilisé pour créer des talons relativement larges et épais. Cette préparation permettait de contrôler le détachement des lames qui, en générale, étaient débitées en utilisant un compresseur armé d’une pointe métallique. Cependant, l’emploi du cuivre n’étaient pas exclusive et environ un tiers des lames ayant un talon abrasé semblent avoir été produites en utilisant une pointe organique. Les lames avec un talon lisse (bien qu’il soit toujours relativement large), en revanche, semble avoir été débitées de préférence avec une pointe en bois de cervidé, bien que l’utilisation du métal ne soit pas exclue. Le cas des lames à talon punctiforme est différent car la préparation d’une surface de contacte très réduite est associée presque exclusivement à l’utilisation d’un compresseur en cuivre. Plus difficile, enfin, est l’association entre les talons dièdres et le type de pointe utilisée. Le nombre réduit de pièces et la répartition des caractères discrets, en effet, semblent suggérer que les deux matériaux étaient utilisés, sans toutefois pouvoir reconnaître aucune tendance générale.

 

Tableau 2. Aspect des talons et détails discrets des segments proximaux des lames cananéennes (Fazael 4).

Détail discret
Aspect du talon

 

Abrasé Partiellement abrasé Lisse Dièdre Punctiforme Total
N % N % N % N % N % N %
68 64,8 14 13,3 12 11,4 4 3,8 7 6,7 105 100
Large Petit Large Petit Large Petit Large Petit Large Petit Total
N % N % N % N % N % N % N % N % N % N % N %
57 54.3 11 10.5 14 13.3 10 9.5 2 1.9 1 1 3 2.9 7 6.7 105 100
Fissure 39 68.4 8 72.7 10 71.4 3 30 1 2 66.7 6 85.7 69 65.7
Lèvre 14 24.6 3 27.3 4 28.6 7 70 1 1 100 1 33.3 1 14.3 32 30.5
Non visible 4 7 4 3.8
Total 57 100 11 100 14 100 10 100 2 1 100 3 100 7 100 105 100

 

La technique de la pression peut être exercée en utilisant des systèmes différents qui se différencient par la force appliquée. La reconnaissance des diverses modalités se base principalement sur l’évaluation des largeurs des lames (Fig. 2). Deux modalités de pression permettent de détacher des lames avec une largeur comprise entre 11 et 35 mm : la pression à la grande béquille en position debout et la pression au levier. Le « seuil de technicité » se situe, selon le type de pointe utilisée, entre 20 et 21 mm. Toutes les lames les plus larges sont produites nécessairement au levier (Pelegrin, 2012b). La plupart des lames trouvées dans la fosse de Fazael 4 (ca. 53%) présente des caractères métriques qui concordent avec l’utilisation de la pression au levier. Les segments ayant une largeur comprise entre 15 et 21 mm (ca. 40%), en revanche, peuvent être à la fois le produit de la pression à la grande béquille et au levier, une technique qui expérimentalement a permis d’obtenir des lames étroites jusqu’à 15 mm, même si avec difficulté (Pelegrin, com. pers.). L’existence de 13 segments avec une largeur inférieure à cette limite, enfin, suggère l’utilisation de la pression debout. Cependant, le fait qu’il s’agit principalement de segments distaux et que leur nombre soit faible semble indiquer qu’ils correspondent aux parties les plus étroites des lames plutôt qu’à une production indépendante.

 

 

Figure 2. Largeur des lames cananéennes (Fazael 4).

 

L’analyse des sections des lames et de l’ordre des détachements visibles sur leurs faces supérieures (Tableau 3) montre que les lames à section triangulaire représentent 44.3% du total, et celles à section trapézoïdale 55.7%. Parmi ces dernières, l’ordre de détachement plus fréquent (ca. 60%) est celui intercalé, caractérisé par un premier enlèvement central suivi par deux détachements, un à gauche et l’autre à droite. Cet agencement permet un contrôle optimal de la régularité des lames et assure la continuation de la série avec le même module. Toutes les lames à section triangulaire et environ 35% de celles trapézoïdales, en revanche, présentent un rythme adjacent et sont produites l’une après l’autre selon un ordre successif de détachements. Ce rythme, par rapport à l’orientation des détachements, peut présenter deux variantes (gauche-droite [1-2-3] ou droite-gauche [3-2-1]), qui représentent respectivement 60 et 40%. Bien que le nombre élevé de lames à section triangulaire puisse indiquer l’existence de deux méthodes de débitage distinctes (le premier caractérisé par la recherche de lames à deux nervures, et le deuxième par des lames ayant une seule nervure centrale) la possibilité que ces lames à section triangulaire corresponde aux lames latérales, détachées au début de la série ou pour maintenir une convexité adéquate de la surface de débitage semble être le plus probable, comme suggéré par la haute fréquence de lames trapézoïdales à rythme adjacent.

Bien que les lames trapézoïdales soient les plus nombreuses, le pourcentage élevé de lames triangulaires, tout comme la fréquence du rythme adjacent, semble indiquer que la collection comprend seulement une partie de la production, notamment les lames de « maintien » du débitage. Communément utilisées, ces lames sont généralement moins fréquentes que les lames de « plein débitage » (Manclossi et al., 2016) et leur présence au sein de la collection de Fazael 4 confirme qu’il s’agit d’une fosse de déchets de production.

 

Tableau 3. Section et ordre de détachement des lames cananéennes (Fazael 4).

Section triangulaire Section trapézoïdale Total
N % N % N %
82 44,3 103 55,7 185 100
Rythme

adjacent

Rythme

adjacent

Rythme adjacent Rythme adjacent Rythme intercalé
(1-2) (2-1) (1-2-3) (3-2-1) (2-1-2)
N % N % N % N % N %
Segments proximaux 26 31,7 15 18,3 11 10,7 13 12,6 40 38,8 105 56,8
Segments mésiaux 15 18,3 14 17,1 12 11,7 5 4,9 13 12,6 59 31,9
Segments distaux 7 8,5 5 6,1 3 2,9 6 5,8 21 11,4
Total 48 58,5 34 41,5 26 25,2 18 17,5 59 57,3 185 100

 

Au-delà des techniques et méthodes de débitage, l’assemblage de Fazael 4 offre la possibilité de considérer dans les détails la nature des cassures des lames cananéennes.  Dans la plupart des sites, ces lames se présentent sous forme de segments tronqués et/ou fracturés intentionnellement (Manclossi et al., 2016 ; voir aussi Chabot, 2002). Cependant, le contexte particulier de leur découverte suggère de prendre en considération d’autres mécanismes de fracturation, non nécessairement liées aux processus de segmentation intentionnels, mais plutôt à des accidents de taille qui peuvent avoir lieu pendant la production de lames. Il ne s’agit pas d’erreurs dues à l’inexpérience, mais d’accidents contingents et fortuits qui ne dépendent pas forcement de l’habileté des tailleurs (Roche et Tixier, 1982). Ces cassures, relativement fréquentes pendant le débitage de lames, spécialement par pression (Pelegrin, 2012b), peuvent être provoquées par l’imperfection de la matière première, du mouvement accidentel des nucléus ou des compresseurs, ou d’autres causes (i.e., l’application de la force, le positionnement de la pointe, etc.) qui compromettent les mécanismes de flexion, compression et propagation de l’onde de choc nécessaires pour le détachement des lames (Crabtree, 1968 ; voir aussi Tsirk, 2009, 2010).

Bien qu’il ne soit pas toujours possible d’identifier la nature exacte des fractures des lames (spécialement quand elles se présentent comme de simples cassures franches), il y a certains caractères typiques d’enlèvements ratés, comme la présence de fractures en nacelle, à languette ou d’extrémités réfléchies (Fig. 3 – 4).

 

Figure 3. Segments proximaux de lames cananéennes (Fazael 4) : 1. Bulbe diffus, talon petit et dièdre, fissuration, cassure en languette dorsale ; 2. Bulbe diffus, talon petit partiellement abrasé, cassure en languette dorsale ; 3. Bulbe diffus, talon large et lisse, lèvre, cassure en languette dorsale ; 4. Bulbe diffus, talon punctiforme, cassure franche avec5. Bulbe diffus, talon large et abrasé, cassure en nacelle ; 6. Bulbe diffus, talon large abrasé, réfléchissement ; 7. Bulbe diffus, talon large abrasé, cassure franche ; 8. Bulbe diffus, talon large partiellement abrasé, fissuration, cassure en nacelle.

 

Parmi les 244 cassures analysées dans la collection de Fazael 4, ces traits diagnostiques ont été identifiés sur environ la moitié des segments (Tableau 4).

 

Tableau 4. Analyse des cassures des segments de lames cananéennes (Fazael 4)

Segments proximaux Segments

mésiaux

Segments

distaux

Total
N % N % N % N %
Cassure franche 16 15,2 1 0,8 2 9,5 19 7,8
Cassure franche avec languette ventrale 9 8,6 4 3,4 1 4,8 14 5,7
Fracture en nacelle 11 10,5 9 7,6 20 8,2
Fracture à languette dorsale 6 5,7 5 4,2 1 4,8 12 4,9
Réfléchissement 10 9,5 11 9,3 21 8,6
Fracture par flexion 9 8,6 23 19,5 3 14,3 35 14,3
Cassure indéterminée 44 41,9 65 55,1 14 66,7 123 50,4
Total 105 100,0 118 100,0 21 100,0 244 100,0

 

Bien que la possibilité d’une segmentation volontaire ne puisse pas être exclue, spécialement en ce qui concerne les tronçons mésiaux et distaux, le pourcentage élevé de cassures typiquement produites pendant le débitage de lames semble étayer l’hypothèse qu’au moins une partie de ces fractures est le résultat d’accidents de taille.

 

Figure 4. Segments de lames cananéennes (Fazael 4) : 1. Segment distal, cassure franche ; 2. Segment distal, cassure irrégulière ; 3. Segments mésial, cassures irrégulières provoquées par une mauvaise propagation de la pression ; 4. Segment mésial avec cassure distale franche avec languette ventrale ; 5. Segment mésial avec double cassure franche, cassure distale avec languette ventrale.

 

Virtuellement absents dans les sites d’habitats, la concentration de ces segments dans une fosse remplie de déchets de production, semble confirmer que Fazael 4 fut une « station de taille ». A ce propos, bien qu’utilisé par d’autres auteurs (Zutovski et Bar, 2017), le terme d’atelier semble être inapproprié. En effet, non seulement aucun nucléus cananéen n’a été découvert, mais l’intensité de la production elle-même semble être relativement faible. Les déchets de taille, et en particulier les segments de lames, semble représenter seulement quelques épisodes de taille concernant un nombre limité de nucléus. Connus dans d’autres sites du Proche Orient, les vrais ateliers de production de lames cananéennes contiennent plusieurs centaines, voire des milliers de nucléus (Hartenberger et al., 2000 ; voir aussi Müller-Neuhof, 2013). Bien que d’autres découvertes dans le site puissent modifier cette interprétation, Fazael 4 semble bien représenter un endroit ou un-deux tailleurs spécialisés produisirent quelques centaines de lames. Cette quantité est facilement comparable au débitage de quelques nucléus réalisable pendant quelques jours de travail (Pelegrin, 2002). Même si l’on ne peut exclure que ces spécialistes aient pu être des habitants de Fazael 4, le contexte de découverte de cette fosse (dans un niveau archéologique antérieur à celui du site d’habitat, et scellé par un bâtiments postérieur), la nature de la collection (absence de nucléus et présence de déchets montrant des accidents de taille), et la quantité relativement limitée de matériel, semble concorder avec l’existence de spécialistes itinérants qui, pendant leur trajets, s’arrêtaient  dans plusieurs sites et débitaient des lames cananéennes en les échangeant avec les habitants locaux. Bien que les évidences archéologiques de ces mouvements soit encore relativement faibles (Manclossi et al., 2016), Fazael 4 ajoute une autre pièce au puzzle de la reconstruction spatiale de la chaîne opératoire de cette production.

 

Remerciements

L’étude du matériel de Fazael 4 a été soutenue par le CRFJ dans le cadre de ses bourses à la mobilité doctorale et postdoctorale. Je remercie Shay Bar de l’University of Haifa qui m’a accordé la possibilité d’étudier la collection de lames cananéennes de ce site,  Valentine Roux, François Bon et Michèle Baussant qui ont gentiment révisé une première version de cet article.

 

Bibliographie

ANDERSON P.C., INIZAN M.-L. (1994) ‒ Utilisation du tribulum au début du IIIe millénaire : des lames « cananéennes » lustrées à Kutan (Ninive V) dans la région de Mossoul, Iraq. Paléorient 20 (2): 85‑103.

BAR S. (2014) ‒The Dawn of the Bronze Age: The Pattern of Settlement in the Lower Jordan Valley and the Desert Fringes of Samaria during the Chalcolithic Period and Early Bronze Age I. Leidan: Brill.

BAR S., WINTER H. (2010) ‒ Canaanean Flint Blades in Chalcolithic Context and the Possible Onset of the Transition to the Early Bronze Age: A Case Study from Fazael 2. Tel Aviv 37: 33‑47.

BRAUN E. (2011) ‒ The Transition from Chalcolithic to Early Bronze I in the Southern Levant: A « Lost Horizon » slowly Revealed, in J. L. Lovell et Y. M. Rowan (dir.), Culture, Chronology and the Chalcolithic: Theory and Trasition, pp. 169‑177. Oxford: Oxbow Books.

CHABOT J. (2002) ‒Tell ‘Atij Tell Gudeda, industries lithiques : analyse technologique et fonctionnelle. Cahiers d’archéologie du CELAT 13, Quebec: Université Laval.

CHABOT J., PELEGRIN J. (2012) ‒ Two Examples of Pressure Blade Production with a Lever. Recent Research from the Southern Caucasus (Armenia) and Northern Mesopotamia (Syria, Iraq), in P. M. Desrosiers (dir.), The Emergence of Pressure Blade Making. From Origin to Modern Experimentation, pp. 181‑198. New York: Springer.

COQUEUGNIOT E. (2006) ‒ Les outillages en pierre taillée et la question de lames « cananéennes »: études préliminaires, in J.-P. Thalmann (dir.), Tell Arqa-I: Les niveaux de l’âge du bronze, pp. 195‑202. Beyrouth: Institut Français du Proche Orient.

COQUEUGNIOT E., GEYER B. (1994) ‒ Compte-rendu de Behm-Blancke M. Hassek Hoyuk. Natarnissenschaflitche untersuchungen und litische industrie. Paléorient 20 (1): 129‑133.

CRABTREE D.E. (1968) ‒ Meso-American Polyhedral Cores and Prismatic Blades. American Antiquity 33 (4): 446‑478.

CROWFOOT J. (1935) ‒ Notes on the Flint Implements from Jericho 1934. Annals of Archaeology and Anthropology 22: 174‑184.

EDENS C. (1999) ‒ The Chipped Stone Industry at Hacinebi: Technological Styles and Social Identity. Paléorient 25 (1): 23‑33.

GROMAN-YAROSLAVSKY I., ISERLIS M., EISENBERG M. (2013) ‒ Potter’s Canaanena Flint Blade during the Early Bronze Age. Medierranean Archaeology and Archaeometry 13: 171‑184.

HARTENBERGER B., ROSEN S.A., MATNEY T. (2000) ‒ The Early Bronze Age Blade Workshop at Titriş Höyük: Lithic Specialization in an Urban Context. Near Eastern Archaeology 63 (1): 51‑58.

HENNESSY J.B. (1967) ‒The Foreign Relations of Palestine during the Early Bronze Age. London: Colt Archaeological Institute Publications.

INIZAN M.-L. et al. (1995) ‒Préhistoire de la Pierre Taillée- t.4 : Technologie de la pierre taillée. Meudon : CREP.

KARLIN C., BODU P., PELEGRIN J. (1991) ‒ Processus techniques et chaînes opératoires. Comment les préhistoriens s’approprient un concept élaboré par les ethnologues, in H. Balfet (dir.), Observer l’action technique. Des chaînes opératoires, pour quoi faire ? pp. 101‑117. Paris: Editions du CNRS.

MACALISTER R.M.A. (1912) ‒The Excavation of Gezer. London: John Murray.

MANCLOSSI F. (2016) ‒ De la Pierre aux Métaux: dynamiques des changements techniques dans les industries lithiques au Levant Sud, IVe-Ier millénaire ac. J.-C. Nanterre: Thèse doctorale, Université de Paris Ouest-Nanterre la Défense.

MANCLOSSI F., ROSEN S.A. (furthcoming) ‒ What We Can Learn from the Flint Industries from Tell es-Safi/Gath. Near Eastern Archaeology.

MANCLOSSI F., ROSEN S.A., DE MIROSCHEDJI P. (2016) ‒ The Canaanean Blades from Tel Yarmuth, Israel: A Technological Analysis. Paléorient 42 (1): 49‑74.

MILEVSKI I. (2013) ‒ The Exchange of Flint Tools in the Southern Levant during the Early Bronze Age. Lithic Technology 38 (3): 202‑219.

MILEVSKI I., FABIAN P., MARDER O. (2011) ‒ Canaanean Blades in Chalcolithic Contexts of the Southern Levant ? in J. L. Lovell et Y. M. Rowan (dir.), Culture, Chronology and the Chalcolithic: Theory and Transition, pp. 151‑159. Oxford: Oxbow Books.

DE MIROSCHEDJI P. (2006) ‒ At the Dawn of the History: Sociopolitical Developments in Southwestern Canaan in Early Bronze Age III, in A. M. Maeir et P. de Miroschedji (dir.), « I Will Speak the Riddle of Ancient Times »: Archaeological and Historical Studies in Honor of Amihai Mazar in Occasion of his Sixtieth Birthday, pp. 55‑78. Winnona Lake, Indiana: Eisenbrauns.

DE MIROSCHEDJI P. dir (1989) ‒L’urbanisation de la Palestine à l’Age du Bronze Ancien. Bilan et Perspectives des recherches actuelles. Actes du colloque d’Emmaus (20-24 october 1986), vol. 1. Oxford: BAR International Series 527.

DE MIROSCHEDJI P. (2009) ‒ Rise and Collapse in the Southern Levant in the Early Bronze Age, in A. Cardarelli et al. (dir.), Reasons for Change: Birth, Decline and Collapse of Societies from the End of the IVth to the Beginning of the Ist Millennia BC, pp. 101‑129. Roma: Università degli Studi La Sapienza di Roma.

MÜLLER-NEUHOF B. (2013) ‒ Chalcolithic/ Early Bronze Age Flint Mines in the Northern Badia. Syria 90: 177‑188.

NEUVILLE R. (1934) ‒ Les débuts de l’agriculture et la faucille préhistorique en Palestine. Bulletin of the Jewish Palestine Exploration Society 3: 17‑42.

NEUVILLE R. (1930) ‒ Notes de préhistoire Palestinienne. Journal of the Palestine Oriental Society 10: 193‑221.

OSHRI A., SCHICK T. (1998) ‒ The Lithics, in T. Schick (dir.), The Cave of the Warrior. A 4th millennium Burial in the Judean Desert, pp. 59‑62. Jerusalem: Israel Antiquities Authority.

PELEGRIN J. (2012a) ‒ Conférence inaugurale: Grandes Lames de l’Europe Néolithique et Alentour, L’Europe, déjà à la fin des temps préhistoriques. Actes de la table-ronde internationale, Tours (Indre-et-Loire, France), vendredi 7 septembre 2007. Revue Archéologique du Centre de la France (supplément) 38: 15‑43.

PELEGRIN J. (2002) ‒ La production des grandes lames de silex du Grand-Pressigny, in J. Guilaine (dir.), Matériaux, productions, circulations du Néolithique à l’Age du Bronze, pp. 131‑148. Paris: Errance.

PELEGRIN J. (2006) ‒ Long Blade Technology in Old World: An Experimental Approach and some Archaeological Results, in J. Appel et K. Knutsson (dir.), Skilled Production and Social Reproduction: Aspects on Traditional Stone-Tool Technology, pp.37‑68. Uppsala: Societas Archaeological Upsaliensis.

PELEGRIN J. (2012b) ‒ New Experimental Observation for the Characterization of Pressure Blade Production Technique, in P. M. Desrosiers dir, The Emergence of Pressure Blade Making: From Origin to Modern Experimentation, pp. 465‑500. New York: Springer.

PELEGRIN J., KARLIN C., BODU P. (1988) ‒ Chaînes opératoires : un outil pour le préhistorien, in J. Tixier (dir.), Technologie Préhistorique, pp. 55‑62. Paris: Editions du CNRS.

ROCHE H., TIXIER J. (1982) ‒ Les accidents de taille. Studia Praehistorica Belgica 2: 65‑76.

ROSEN S.A. (1997) ‒Lithic After Stone Age: A Handbook of Stone Tools from the Levant. Walnut Creek: Altamira Press.

ROSEN S.A. (1983) ‒ The Canaanean Blade and the Early Bronze Age, Israel Exploration Journal, 33, p.p. 15‑29.

ROWAN Y.M., LEVY T.E. (1994) ‒ Proto-Canaanean Blades of the Chalcolithic Period. Levant 26: 167‑174.

SHIMELMITZ R. (2009) ‒ Variability in Specialized Canaanean Blade Production of the Early Bronze Age Levant, in S. A. Rosen et V. Roux dir, Techniques and People. Anthropological Perspectives on Technology in the Archaeology of the Proto-historic and Early Historic Periods in the Southern Levant, pp. 135‑156. Paris: De Boccard.

SHIMELMITZ R., BARKAI R., GOPHER A. (2000) ‒ A Canaanean Blade Workshop at Har Haruvim, Israel. Tel Aviv 27: 3‑22.

STEINER M.L., KILLEBREW A.E. dir (2014) ‒The Archaeology of the Levant: c.8000-332 BCE. Oxford: Oxford University Press.

TSIRK A. (2009) ‒ A knapping dilemma with transverse blade breakage. Lithic Technology 34 (2): 111‑118.

TSIRK A. (2010) ‒ Popouts and related fractures. Lithic Technology 35 (2): 149‑170.

ZUTOVSKI K., BAR S. (2017) ‒ Canaanean Blade Knapping Waste Pit from Fazael 4, Israel. Lithic Technology 42 (2‑3): 109‑125.

 

 

 

[1] En l’état actuel, la seule exception semble être le matériel issu du ramassage de surface de Har Haruvim, identifié comme un atelier de taille où plusieurs dizaines de nucléus ont été collectés. L’étude préliminaire de cet assemblage semble indiquer l’utilisation de la percussion indirecte (Shimelmitz et al., 2000). Bien que les arguments apportés par les auteurs ne sont pas complétement convaincants, l’examen des nucléus publiés caractérisés par des nervures irrégulières, des négatifs réfléchis, et l’absence d’un angle orthogonal entre le plan de frappe et la surface de débitage, semble étayer cette hypothèse (voir aussi Coqueugniot, 2006 ; 197).

[2] Ces caractères sont généralement reconnaissables sur les segments médiaux et distaux des lames. Les parties proximales, en revanche, présentent plus souvent des nervures et des bords plus irréguliers.

[3] Dans notre analyse nos avons fait référence aux études expérimentales de J. Pelegrin qui a discuté en détails les caractères morphométriques et les attributs discrets permettant de reconnaitre la technique de taille par pression et ses variantes (Pelegrin, 2006, 2012a, 2012b)

[4] Comme indiqué par plusieurs séries expérimentales, la présence de bulbes allongés et diffus n’est pas incompatible avec un débitage par pression. Inversement, des bulbes proéminents, hauts et courts sont très rarement attestés parmi les lames produites par percussion indirecte.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.