“La stratégie communicationnelle et informationnelle de Daesh: Zoom sur les messages vidéos d’exécutions d’otages (2014-2020)”

Dr. Alexandra Herfroy-Mischler – Chercheure associée au CRFJ et au Harry S. Truman Research Institute for the Advancement of Peace (Hebrew University of Jerusalem).

https://www.researchgate.net/profile/Alexandra_Herfroy-Mischler

a.mischler@mail.huji.ac.il

Qui suis-je?

Mes activités de recherche portent sur le rôle des narratifs dans la construction sociétale, culturelle et mémorielle d’un “nous” et d’un “eux” collectif. Mes travaux de recherche en doctorat et post-doctorat ont abordé le rôle du narratif et de son silence dans la couverture d’événements relatifs au renseignement et au contre-terrorisme. Depuis 2014 je travaille sur le rôle du narratif transhistorique dans la justification de la violence terroriste, notamment celui de Daesh. Suite à l’appel “attentats-recherche” lancé par le CNRS aux lendemains des attentats de 2015 en France, j’ai été sélectionnée et je suis devenue chercheure associée au centre de recherche français de Jérusalem (CRFJ) rattaché au CNRS (UMIFRE 7 CNRS-MAEDI, USR 3132 CNRS). Ce statut me permet de conduire avec mon co-auteur Andrew Barr une analyse des narratifs utilisés dans les vidéos de Daesh pour justifier et mettre en scène plus d’une centaine d’exécutions, immolations, noyades ou décapitations.

 

  1. L’appel CNRS Attentats-Recherche (2015-2016)

Depuis les attentats du 11 septembre 2001, la relation problématique entre les medias occidentaux et les activités terroristes est devenue un thème central pour la recherche anglophone en sciences de l’information et de la communication, les études sur le terrorisme et le contre-terrorisme, l’intelligence et les relations internationales (Blondheim and Liebes, 2002). En effet, de nombreux medias ont diffusé des vidéos produites par Al-Qaeda, attribuant, de facto, le même statut à une source terroriste et à une source officielle ou experte. Cette non-distinction a provoqué une vaste polémique au sein du corps professoral des journalistes sans pour autant aboutir à une réponse claire à la question pourtant toujours au cœur de l’actualité: comment appréhender les informations produites par des sources terroristes/assaillantes ?

 

  • Justification de la recherche

La recherche en stratégie de communication et de contre-terrorisme, notamment grâce aux travaux de Archetti (2012, 2015), a établi que les médias occidentaux ont chercher à contrecarrer ce phénomène en citant exclusivement des sources occidentales lorsqu’ils couvrent des attentats terroristes. Un autre courant de recherche (Hammond, 2003; Atran, 2005; Bunt, 2003) argumente que c’est cette attitude qui a poussé les djihadistes à se tourner exclusivement vers les médias online et le Dark Web. Des chercheurs arabophones travaillant pour des laboratoires américains ont pu retracer la circulation de ce type de production se situant à mi-chemin entre propagande et communication (Awan, 2007; et Salem et.al, 2008; Al-Ghazzi, 2014). Néanmoins, concernant Daesh, aucune étude systématique de contenu et de circulation n’a été conduite au moment où nous commençons cette recherche en 2015. Le phénomène Daesh étant récent, les études précédentes abordent de manière sporadique les vidéos de décapitations qui sont pourtant la principale production des organisations de communication appartenant à Daesh (à savoir Al-Furqan Institute for Media Production, Al-I’tisam Media Foundation, Al-Hayat Media Center ou une des 20 agences régionales de production lui appartenant).

La décapitation consiste, pour Daesh, à mettre en scène une purge à la fois religieuse et politique permettant de diffuser leur idéologie auprès de différentes audiences. Notre recherche vient pallier cette lacune en codifiant systématiquement les vidéos d’exécution produites au cours de la première année d’existence du Califat. Comme le démontre la recherche d’Al-Ghazzi (2014) sur la couverture du conflit syrien par Al-Jazeera et Al-Arabiya, ces vidéos sont diffusées en séquences longues montrant l’intégralité des exécutions pour les audiences locales et régionales. Notre recherche démontre que les vidéos de décapitation destinée au public occidental répondent aux critères de sélections de l’information en suggérant le début de la décapitation (sans le tranchement de la gorge) puis la tête est posée sur le cadavre à la fin de la vidéo. Cette différence informe la recherche sur la compréhension présumée de Daesh concernant l’agenda setting (Entman, 2007) des médias occidentaux révélant une fragmentation des audiences (Webster and Ksiazek, 2012): un produit de propagande, marketing, “clés en mains”, calibré selon les critères propres à chaque media et leurs audiences.

Cette stratégie fait partie de la “bataille médiatique” définie par Ayman al-Zawahiri d’Al-Qaeda en 2001[i]. Elle consiste à mettre fin au boycott présumé des medias occidentaux envers l’idéologie djihadiste; ce qui était pour Al-Qaeda et Daesh tout aussi important que la bataille militaire et le djihad. Ce triangle stratégique, (bataille médiatique, bataille militaire et djihad) dont les buts sont clairement édictés depuis le 11/09, n’est pas pour autant pris en compte par la recherche européenne. Il est donc nécessaire de comprendre en amont comment ces videos sont produites, quels narratifs politiques et religieux elles véhiculent ce qui nous renseignera sur la conception que se fait Daesh des medias occidentaux et des notions clés telles que la sélection de l’information, la valeur informationnelle, et le rôle des medias dans un état démocratique. Car c’est bien en s’emparant de la liberté d’expression et en brouillant la distinction entre témoignage, reportage et lobby (Al-Ghazzi, 2014) que Daesh communique son narratif et son idéologie. Ces prises d’otages humaines et médiatiques, récemment observées lors des attentats à Paris en janvier et novembre 2015 font partie de la stratégie terroriste permettant d’instaurer ce qui a été conçu comme un “marathon du désastre” (Blondheim et Liebes, 2002; Liebes, Kampf et Blum-Kulka, 2008) au cours duquel la couverture médiatique est condamnée à accumuler en continu des informations factuelles autour d’une crise. L’atmosphère devient alors totalement anxiogène et les terroristes peuvent imposer non seulement leur violence, mais aussi le sens qu’ils voudraient voir attribué à l’évènement. Ce sens peut-être analysé comme une dictature du narratif où les bourreaux imposent à leurs victimes à la fois la souffrance et la signification qu’ils veulent lui attribuer.

Il est donc indispensable de comprendre dans le détail ce phénomène, en vue de réajuster de manière circonstanciée les pratiques journalistique en cas d’attentats terroristes. Il s’agit sur le long terme de trouver un juste milieu entre le droit de savoir des citoyens, la prédominance des medias sociaux dans ce type d’événement et le besoin de silence lors d’opérations anti-terroriste (comme celles conduites par le RAID ou la BRI). Ce réel défi pour les démocraties occidentales (Herfroy-Mischler, 2015) pourrait trouver une solution à mi-chemin entre le tout chaotique et l’autocensure (comme l’ont fait les medias belges à la suite des attentats de Paris en 2015).

 

  • Champs disciplinaire

Notre recherche croise plusieurs champs disciplinaires tels que les sciences de l’information et de la communication, les nouveaux médias, les pratiques journalistiques et le contre-terrorisme.

 

  • Méthodologies de recherche

La recherche effectuée dans le cadre de l’appel “attentats-recherche” (CNRS 2015) proposait de conduire une analyse de contenu des 62 vidéos d’exécutions produites par une des trois branches de production médiatique de Daesh (Al-Furqan Institute for Media Production, Al-I’tisam Media Foundation et Al-Hayat Media Center) entre aout 2014 (date de la proclamation du califat/Etat Islamique) et juin 2015. Ces vidéos ont été rassemblées via la base de données de veille informationnelle IntelCenter.[1]

L’analyse de contenu de l’ensemble des 455 minutes filmées se base sur l’étude du ‘framing‘ (cadrage) du narratif politique et religieux (Entman, 2007; Mc Combs, 2001, 2005) présent dans les vidéos, ainsi que sur l’étude de la représentation visuelle de l’exécution (Gitlin, 1980) : mise en scène de l’exécution, uniformes utilises, mention de la production, langues utilisées, sous titres, drapeaux. La méthodologie utilisée est celle de la théorie ancrée (Glaser et Strauss, 2007) ayant donné naissance à 17 variables et trois catégories de codage pour l’ensemble des vidéos. L’utilité de cette méthode de recherche a été précédemment démontrée pour décoder les données relatives à des événements liés au contre-terrorisme et au renseignement (Herfroy-Mischler, 2015) ainsi que pour tracer l’évolution d’un narratif sur une longue période de latence et de pic informationnel (Herfroy-Mischler, 2016).

 

  • Premiers résultats présentés au Reuters Institute of Journalism, Université d’Oxford, Septembre 2015
  1. Le Framing (cadrage) intervient à la fois au niveau du narratif et de l’image afin d’établir un agenda politique et religieux systématiquement entremêlés en se servant des médias occidentaux pour le relayer.
  2. Le rôle des media occidentaux en tant que relais passif de l’idéologie djihadiste s’opère parce que les vidéos produites par Daesh satisfont les critères de sélection de l’information occidentaux et parce que “l’état islamique” est considéré comme une source d’information valide et légitime par les médias occidentaux.
  3. Ceci est conditionné à une fragmentation des audiences qui permet à Daesh de produire un message à la fois visuel et idéologique en fonction de leurs audiences cibles.

 

Ce qui restait à faire….

Les données devaient être ensuite recoupées avec la littérature spécifique à l’Islam sunnite, salafiste et au narratif religieux messianique relatif au Califat. En effet, comme le témoigne le communiqué envoyé aux medias en français pour revendiquer les attentats, le but ultime de Daesh est l’établissement du califat et la punition des “impies”, “apostats” et “croisés”. Ainsi chaque décapitation est justifiée par un narratif politico-religieux hybride à savoir d’une part le lien présumé de tel ou tel pays avec les “impuretés” commises en tant que “croisés”, et d’autre par le fait que les djihadistes sont missionnés pour exercer une purge divine en vue de renforcer l’autorité politique du “Califat” comme annonçant une ère messianique.[ii]

 

  1. Journées d’études CRFJ-The Harry S. Truman Research Institute for the Advancement of Peace, The Hebrew University of Jerusalem 26 et 27 septembre 2016

Ce but a été atteint lors des journées d’études que j’ai organisées avec le soutien du Prof. Julien Loiseau entre le CRFJ et le Harry S. Truman Research Institute for the Advancement of Peace. J’ai œuvré pour le rapprochement scientifique entre l’Institut Harry S. Truman pour l’avancement de la paix et le CRFJ/CNRS en organisant deux journées d’études internationales les 26 et 27 septembre 2016. Ces journées se sont tenues à Jérusalem et rassemblaient des chercheurs de France (Prof. Isabelle Garcin-Marrou et Dr. Abbes Zouache), d’Israël, de Palestine et des USA. Voici la communication complète via le site ‘IFRE’ (Instituts Français de Recherche à l’Etranger): http://www.ifre.fr/c/65592

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est poster-CONF-CRFJ-HUJI-2-pdf-353x500.jpg.

Les compétences des équipes respectives ont permis de conjuguer l’analyse du narratif de Daesh avec les perspectives historiques et politiques indispensables à la compréhension de ce phénomène.

 

  1. Visibilité de la recherche affiliée au CRFJ 2016-2020
  • Publications académiques en anglais dans des revues à comité de lecture: 

Herfroy-Mischler, A and Barr, A (2018). “Jihadist Visual Communication Strategy: ISIL’s Hostage Executions Video Production”. Visual Communication, Online First 19/10/2018 https://doi.org/10.1177/1470357218803396

Résumé : Fondé sur une analyse de contenu quantitative et qualitative de la communication visuelle, verbale et auditive des 62 vidéos d’exécution produites par l’État islamique d’Iraq et du Levant (i.e Daesh) au cours de sa première année d’existence (2014-2015), l’objectif de cette recherche est d’approfondir la compréhension des récits diffusés par les vidéos d’exécution ISIL et d’identifier à quel (s) public (s) elles s’adressent. Ce faisant, cette recherche contribue à la compréhension de la communication multimodale et à son rôle dans la formulation des idéologies fondamentalistes. En outre, l’étude ajoute une perspective aux recherches précédentes sur la communication visuelle djihadiste et aux études d’audiences. Les résultats démontrent à quel point le discours véhiculé par les vidéos lors des exécutions d’otages repose sur des « paquets de cadrage » liés à des valeurs, des normes et des archétypes afin de créer un récit organisationnel récurrent et cohérent visant à segmenter les publics de Daesh. Ces resultats ont un impact quant au raffinement de la compréhension des modes discursifs de recrutement des soldats de Daesh.

 

Herfroy-Mischler, A and Barr, A (2018). “ISIL’s Execution Videos: Audience Segmentation and Terrorist Communication in the Digital Age”. Studies in Conflict & Terrorism, 41(12): 946-967, DOI: http://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/1057610X.2017.1361282

Résumé : Cette recherche a pour but d’identifier les différents narratifs que Daesh veut faire circuler au travers de la mise en scène de ses vidéos d’exécution, dans le but de diffuser l’idéologie djihadiste auprès de différentes audiences et de redéfinir qui peut faire partie de l’Etat Islamique et qui doit en être exclu. En nous basant sur une analyse de contenu des 62 vidéos de décapitations, immolations et tueries produites par l’autorité communicationnelle de Daesh au cours de la première année d’existence de l’Etat Islamique, nous identifions les narratifs se référant au programme politique de Daesh tout en fournissant une réflexion argumentée sur le lien entre la segmentation des audiences et le cadrage. Nos résultats prouvent que les catégorisations d’audience provenant de recherche sur le Djihadisme d’Al Qaeda ne sont pas adaptées à Daesh. Nous identifions quatre catégories narratives (à savoir : les croisades, la ville de ‘Dabiq’, ‘les juifs et les chrétiens’, la loi du Talion) utilisées systématiquement par Daesh pour redéfinir le concept de Oumma (communauté des croyants musulmans). Enfin nous identifions les trois rôles principaux que revêtent ces vidéos à savoir : 1. La vengeance politique, 2. L’exclusion de différentes catégories de populations et de Musulmans 3. L’adresse aux audiences locales, régionales et globales, qui, selon Daesh, ont le potentiel d’agir ou de favoriser leur avancée militaire, politique et religieuse.

 

  • Guest lecturer

Herfroy-Mischler, A. (2018). “Jihadist Visual Communication Strategy: Unveiling ISIL’s Hostage executions videos production”. Second Young Researchers Workshops on Terrorism and Belligerency. The Minerva Center for the Rule of Law under Extreme Conditions, Haifa University. https://www.youtube.com/watch?v=MglNW9rxeqQ (1h05)

 

  • Conférences internationales à comité de lecture

Herfroy-Mischler, A. (2019). Panel Member with Dr. Paul Lashmar (City University of London) and Prof. Vian Bakir (Bangor University): “How to see in the ‘Wilderness of Mirrors’: Educating early career journalists in National Security reporting” International Journalism Festival (XIII Edition), Perugia, Italy, April 3-7.

Herfroy-Mischler, A. (2018). “Religion, politics and Public Discourse: Framing ISIL’s soldiers belief that they carry Allah’s will in the world by executing Muslims, Christians and Jewish hostages”. Oxford Symposium on Religious Studies, University Church in Oxford, December 5th-7th.

Herfroy-Mischler, A (2017) ‘La stratégie de production des vidéos d’exécution de Daesh: narratifs et audiences’ Journée d’études, Terrorisme et Séries TV en Démocratie, Appel CNRS Attentats- Recherche, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Herfroy-Mischler, A and Barr, A. (2016), ‘Execution Videos Production as a strategic tool for Global “Media Battle” and Religious and Political Agenda Spreading’. CNRS, CRFJ and The Harry S. Truman Institute for the Advancement of Peace, The Hebrew University of Jerusalem, 26th September 2016.

Herfroy-Mischler, A. (2016), “Les narratifs du “smart narrowcasting” de Daesh: Les tenants et les aboutissants de la mise en scène, la production et la diffusion des vidéos d’exécution, CNRS, CRFJ and The Truman Institute for the Advancement of Peace, The Hebrew University of Jerusalem, 27th September 2016.

Herfroy-Mischler, A (2016) ‘Daesh Information and Communication Strategy’. Annual Conference, Comite Attentats-Recherche, CNRS, Paris.

Herfroy-Mischler, A and Barr, A. (2015) ‘Execution as a Strategic Tool: Fear and Legitimization in Daesh’s Media Agenda-Setting’. First annual Conference of the International Journal of Press/Politics, hosted by the Reuters Institute for the Study of Journalism, the University of Oxford, England.

 

  • Interviews données à la presse nationale et internationale

« Wir neigen dazu, Attentäter als Psychopathen einzustufen », Die Welt, 5.08.2019, par Ibrahim Naber, https://www.welt.de/politik/deutschland/plus197984515/Expertin-Wir-neigen-dazu-Attentaeter-als-Psychopathen-einzustufen.html

« Sind die Täter Psychopathen? », Bell Tower, 24/01/2019, par Stefan Lauer https://www.belltower.news/terrorismus-sind-die-taeter-psychopathen-80537/

« Ce que révèlent les vidéos d’exécutions de Daech », 25.01.2017, Radio CNRS, par Daniel Fiévet, online version: https://lejournal.cnrs.fr/nos-blogs/face-au-terrorisme-la-recherche-enaction/ce-que-revelent-les-videos-dexecutions-de-daech

« Pour Daech, les vidéos d’exécution font office de purge politico-religieuse », Interview, L’Humanite, 15/011/2016, pp.53-68, par Ixchel Delaporte, Online Version: http://www.humanite.fr/alexandra-herfroy-mischler-pour-daech-les-videos-dexecution-fontoffice-de-purge-politico-religieuse

« Le terrorisme disséqué: La recherche au CNRS en France », 11/12/2016, par Yannick Villedieu, Radio CANADA, online version: http://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/lesannees-lumiere/episodes/369931/audio-fil-du-dimanche-11-decembre-2016

« Les médias face au “marathon du désastre” », Interview, Edito, Le Magazine des Medias, 6/15, , p.21 par Aline Jaccottet, https://www.edito.ch/fr/wpcontent/uploads/2015/12/2015_Edito_06_F.pdf

 

  1. Horizon 2018-2020

Les directeurs successifs du CRFJ (Julien Loiseau, Francois Bon et actuellement Vincent Lemire) ont tenu à perpétuer un soutien financier, logistique et académique à mes recherches de manière systématique depuis 2017. Ce soutien m’a permis de régler les droits d’accès (onéreux) à la production intégrale des vidéos d’exécutions de Daesh de 2014 à 2019 ­– soit 147 vidéos et pas moins de 15h de visionnage.

En collaboration active avec mon co-auteur Andrew Barr et un chercheur de l’institut Weizman (Rehovot), les objectifs de notre phase actuelle de recherche (2019-2020) sont les suivants:

  1. Comprendre le cycle de vie d’une organisation terroriste djihadiste en prenant pour cas pratique Daesh.
  2. Analyser comment Daesh supprime, ajoute et/ou adapte sa stratégie de communication via les vidéos d’exécutions, en réponse – ou par anticipation – aux mesures antiterroristes initiées par différents pays, qu’elles soient militaires, politiques ou économiques.
  3. Évaluer à l’aide d’un algorithme quelles mesures anti-terroristes (attaque au sol, drone, Target killing, infiltration de l’intelligence, cyber veille) ont le plus d’influence sur l’exécution d’otages et la production de vidéos de ces exécutions, à des moments clés tels que la création de l’Etat Islamique (2014), le climax (2016) et la mort du chef de Daech Abou Bakr al-Baghdadi le 26.10.2019.

 

 

 

[1] https://intelcenter.com/icd/

[i] “We must get our message across to the masses of the nation and break the media siege imposed on the Jihad movement. This is an independent battle that we must launch side by side with the military battle” (quoted in Calvert, 2008: 233).

[ii] http://orientxxi.info/magazine/le-califat-imaginaire,0689


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.