Israël/Palestine : les nouvelles armes de la « guerre douce »

Amélie Férey (AMI – CRFJ)

Au cours de ma formation académique et de mon début de carrière, j’ai développé un double profil spécialisé en théorie politique et en relations internationales. Mon travail participe d’une approche pluridisciplinaire de la théorie politique, combinant les perspectives des relations internationales, du droit, de l’histoire, de l’éthique, de la sociologie.

Ma thèse de doctorat portait sur les assassinats ciblés, soit l’élimination extraterritoriale par des États de personnes soupçonnées d’être une menace imminente pour la sécurité nationale. Comme cela a encore été le cas récemment avec l’élimination par les États-Unis du général iranien Ghassem Soleimani, les assassinats ciblés provoquent des controverses qui fournissent aux États une plateforme pour renégocier la légitimité du recours à la force. J’ai identifié quatre types de légitimité : historique, juridique, conséquentialiste (soit l’analyse des assassinats ciblés à l’aune de leur efficacité) et substantielle (soit l’analyse des assassinats ciblés à l’aune des valeurs morales démocratiques). J’ai testé pour cela une méthodologie basée sur le croisement de sources primaires, d’entretiens avec des acteurs clés et de textes théoriques sur les normes éthiques de la guerre. Cette approche visait à répondre à un écueil de la discussion universitaire contemporaine de l’éthique de la guerre, qui se limite soit à des exemples purement hypothétiques appartenant à la philosophie morale, soit à des analyses de cas cantonnées au niveau empirique dans le cadre des sciences sociales.

Après ma thèse, j’ai effectué un post-doctorat au CERI dans le cadre du programme « Ambassadeur » (DGRIS/IRSEM), au cours duquel j’ai pu être détachée à l’université de Tel Aviv. Sur l’initiative de Sylvaine Bulle, chercheuse affectée au CRFJ en 2017-2019, nous avons organisé à Jérusalem le colloque « Democracy now ! » dans le cadre de la saison croisée France-Israël, en partenariat avec l’Institut Van Leer et l’université hébraïque de Jérusalem. J’ai alors découvert les activités scientifiques du CRFJ. Cette recherche postdoctorale m’a amenée à formuler un projet d’ouvrage portant sur les « guerres douces » d’Israël, dans lequel j’interroge les outils d’influence utilisés pour réaliser des objectifs politiques ou militaires sans recourir à la violence dite « cinétique ». Afin d’avancer dans la réalisation et l’écriture de cette recherche, j’ai eu la chance de bénéficier d’une aide à la mobilité de quatre mois.

* * *

La littérature universitaire s’attachant à l’étude des normes éthiques de la guerre a pris une importance considérable au cours des quinze dernières années. Elle rassemble aujourd’hui un nombre important de chercheurs, principalement aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Suède et en France. Elle se concentre sur la conduite des belligérants lors des conflits dits « ouverts » ou de « haute intensité », dans la tradition de la guerre juste. Or, devant leurs coûts économique et politique, les États sont aujourd’hui réticents à s’engager dans des interventions armées. En conséquence, les agences sécuritaires étatiques se tournent vers des tactiques dites « non armées » (« unarmed ») permettant de parvenir à leurs objectifs politiques et militaires à moindre coût. Elles participent de ce que la littérature spécialisée appelle « soft war », soit la « guerre douce », une formule oxymorique formée à partir de la notion de « soft power » proposée par Joseph Nye[1]. Les guerres douces désignent l’utilisation de tactiques coercitives qui ne correspondent pas à la définition traditionnelle des attaques armées, avec leurs cortèges de bombardements et de morts. Il s’agit d’un concept large qui inclue tous les outils dits « non cinétiques » à la disposition des belligérants, notamment le cyber, les sanctions économiques, les guerres d’information, le boycott et le lawfare. Ces tactiques sont efficaces, et peuvent avoir des effets dévastateurs. Ainsi, le qualificatif de « doux » est à employer de manière critique car il semble euphémiser ce nouveau type de violence. Leurs promoteurs tentent par-là de capter la légitimité associée à la non-violence pour justifier l’emploi ces nouveaux instruments. Il est donc nécessaire de proposer leur analyse critique au regard de normes légales et éthiques qui régissent traditionnellement l’utilisation de la violence étatique.

Cette recherche se propose d’apporter un éclairage sur les transformations des modes de conflictualités contemporains, en examinant la manière dont un discours progressiste mettant en avant la non-violence est utilisé pour légitimer de nouvelles « armes » dans ces « guerres douces ». Je m’intéresse plus particulièrement à l’exemple israélien, qui fonctionne comme un laboratoire de ces pratiques. En effet, l’inscription dans la durée du conflit israélo-palestinien a renforcé la volonté de l’État hébreu de se tourner vers ces tactiques utilisables en l’absence de conflit armé « de haute intensité ». Cette tendance en outre est renforcée par le caractère asymétrique du conflit. Les différentes factions palestiniennes ne disposant des mêmes ressources militaires, légales, symboliques et budgétaires qu’Israël, elles ont également été amené à s’appuyer vers ces modes de conflictualités alternatifs. Enfin, la présence d’organisations de défense de droits de l’homme accomplissant un travail d’alerte sur la situation à Gaza et dans les territoires palestiniens, ainsi que la mobilisation récurrente de l’opinion internationale à ce sujet contribuent à faire de la réputation des belligérants un enjeu militaire à part entière. Pour ces trois raisons, l’étude du développement de la rhétorique de la « guerre douce » dans le conflit israélo-palestinien est riche en enseignements sur les transformations du fait militaire contemporain.

  • Chapitre 1. La guerre du droit : les stratégies de lawfare en Israël

Ce chapitre traite du « lawfare », une contraction des mots de langue anglaise «law» et «warfare» qui a récemment attiré l’attention des universitaires et des armées américaine et israélienne. Ce terme désigne l’utilisation du droit comme un substitut à des moyens militaires traditionnels. Il recouvre des pratiques multiples allant de la tentative d’influencer les médias et l’opinion publique, du lobbying des législateurs et des décideurs politiques, de la pression exercée sur les donateurs à de l’utilisation des tribunaux pour obtenir des gains politiques ou stratégiques. Employé d’abord dans un sens descriptif et confiné aux milieux militaires, le lawfare a acquis un sens péjoratif visant à décrédibiliser l’utilisation du droit dans une lutte politique (I). Israël occupe une place particulière dans l’émergence d’une réflexion globale relative à l’intégration du lawfare dans les stratégies militaires étatiques. Sa stratégie est bâtie sur trois piliers: le département juridique de l’armée israélienne ; les institutions judiciaires et notamment la Cour suprême ; les partenaires privés mobilisant l’opinion publique. Elle est multifacette et se définit par une coordination d’actions simultanées sur les plans diplomatique, médiatique, juridique, militaire et politique. Son efficacité repose sur sa forte adaptation à son environnement spécifique. (II). Aujourd’hui, Israël traverse un moment test de sa stratégie de lawfare. La bataille juridique lancée par l’enquête de la Cour pénale internationale sur la légalité́ de l’occupation israélienne en Cisjordanie et les initiatives légales prises par l’Autorité́ Palestinienne pour contrer la reconnaissance par les États-Unis de Jérusalem comme capitale d’Israël participe de cette guerre par tribunaux interposés (III). La bourse AMI du CRFJ m’a permis de conduire les derniers entretiens sur ce sujet et de terminer la rédaction de ce chapitre.

  • Chapitre 2. De la « hasbara » à la guerre cognitive : l’exploitation israélienne de l’information à des fins militaires et politiques.

Ce chapitre expose la structure des stratégies d’influence contemporaines développées par Israël. Afin de protéger ses intérêts sur la scène internationale, l’État hébreu s’est progressivement doté d’efficaces institutions militaires et politiques formées spécifiquement au maniement stratégique de l’information (I). La traditionnelle « hasbara », visant à « expliquer » le point de vue israélien sur le conflit israélo-palestinien, a été remplacée par des méthodes plus militaires qui participent d’une « guerre cognitive » (II). Cependant, alors même qu’une partie conséquente des ressources étatiques est consacrée à promouvoir une image positive d’Israël, cet État vit paradoxalement ses efforts dans ce domaine comme un échec constant[2]. Chaque intervention militaire est en effet abondamment commentée et critiquée au niveau international, une situation que ne manquent pas de souligner les soutiens de l’État hébreu (III). La bourse AMI du CRFJ m’a permis de conduire les recherches préliminaires (état de l’art, littérature grise et entretien) nécessaires à la rédaction de ce chapitre.

  • Chapitre 3. La lutte contre le BDS

Ce chapitre examine la moralité et les changements de justification dans l’utilisation de l’arme économique, à travers l’exemple de la controverse sur la légitimité du mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) visant à mettre fin à l’occupation israélienne des territoires palestiniens en prônant un boycott économique et culturel. L’État israélien a développé une législation anti-BDS qui questionne les limites de la liberté d’expression.

  • Chapitre 4. Guerre des récits dans les « fictions sécuritaires »

Ce chapitre interroge la manière dont la production de fictions sur le conflit israélo-palestinien permet d’entériner des objectifs militaires et/ou politiques. Les séries TV donnent lieu à une « guerre des récits », qui fait rage dans la production de « fictions sécuritaires ». Ces films et séries diffusés auprès d’un large public représentent l’environnement de sécurité israélien du point de vue de l’État israélien, censé protéger les citoyens contre la violence (Mossad, Shin Beth, forces spéciales comme les duvdevan etc.) Du fait des révolutions actuelles des modes de production, de diffusion et de consommation de ces fictions sécuritaires, elles circulent d’un pays à l’autre et construisent un système commun de croyances, brouillant parfois les frontières entre les faits et la fiction.

 Ce chapitre vise à rendre compte de manière comparative de l’impact de la fiction sécuritaire dans l’analyse du conflit israélo-palestinien à travers deux exemples : Fauda (2015, Yes) et Our boys (2019, HBO). Cette recherche a fait l’objet d’une conférence donnée au CRFJ le 7 janvier 2020 intitulée : « Fauda. Le chaos des subjectivités : guerre des récits dans la série TV ». Cette réflexion s’est également prolongée dans un cycle de conférences données à l’Institut français d’Israël ayant pour thème l’analyse politique des séries TV, regard croisé France-Israël. Quatre thèmes ont été retenus : les fictions sécuritaires, la représentation des minorités, le jeu du vrai et du faux et l’utilisation de la dystopie.

La bourse AMI du CRFJ m’a ainsi permis de construire et de rédiger ce chapitre, et de bénéficier des retours de mes pairs pour l’améliorer.

 

Méthodologie

Le cadre méthodologique de cette recherche est d’abord interdisciplinaire : l’analyse comparative des arguments dans les cas étudiés nécessite une compréhension des enjeux historiques pour chaque période, ainsi qu’une solide armature théorique s’appuyant sur des concepts utilisés en éthique (déontologie, conséquentialisme, éthique des vertus). Il est complétée par une approche participant d’une sociologie des acteurs, visant à produire une théorie politique informée : il s’agit d’enrichir cette analyse historico-normative en conduisant des entretiens.  Ce travail s’appuie sur un corpus constitué de trois matériaux principaux :

Entretiens semi-directifs avec des membres de l’armée israélienne, des défenseurs des droits de l’homme, des avocats impliqués dans le lawfare, les organisations non gouvernementales telles que le « lawfare project » présentes en Israël, des représentants de l’Autorité palestinienne, des producteurs et scénaristes de séries TV ;

Analyse de la littérature grise des rapports parlementaires, des documents doctrinaux et des arrêts de la Cour Suprême israélienne sur les questions du lawfare, du BDS et des guerres d’information;

– Analyse des textes théoriques sur les sujets abordés et rédaction des états de l’art correspondants.

* * *

Au total, cette recherche a pu bénéficier du soutien académique exceptionnel du CRFJ. En plus de la réalisation d’entretiens et du travail de rédaction, j’ai eu la possibilité d’organiser une journée d’étude, en partenariat avec le CRFJ, l’IIAS et l’université de Bordeaux sur la question du lawfare, qui est programmée pour mai 2020. Cette journée d’étude doit donner lieu à la publication d’un numéro collectif de Raisons Politiques traitant de cette question.

 

Amélie Férey, chercheur associé au CERI – Sciences Po. https://sciences-po.academia.edu/amelieferey

 

 

[1] Joseph Nye, Soft Power: The Means To Success In World Politics, 2004.

[2] Gal Hadari; Asaf Turgeman , “Public diplomacy in army boots: the chronic failure of Israel’s Hasbara”, Israel Affairs, Volume 24, 2018 – Issue 3.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.