Le CRFJ, ou l’invention d’une pérennité

 

L’équipe du CRFJ rassemblée devant le bâtiment d'Emmaus

L’équipe du CRFJ rassemblée devant le bâtiment d’Emmaus dans les années 1980, Jean Perrot (directeur) au centre du groupe (crédit : @CRFJ).

Frank Alvarez-Pereyre est directeur de recherche émérite au CNRS. Relevant du Muséum national d’histoire naturelle depuis 2011 (UMR 7206 du CNRS, du MNHN et de Paris VII), il est chercheur associé au CRFJ depuis 1996. Linguiste et anthropologue, européaniste durant les années 1970 et 1980, il s’attache ensuite aux langues et aux traditions des communautés juives.

En poste de 1982 à 1986 à l’Université hébraïque de Jérusalem, puis au CRFJ de 1990 à 1996, il a animé durant une trentaine d’années plusieurs programmes franco-israéliens de recherche en linguistique, en anthropologie et en ethnomusicologie.

Ceci étant, ses travaux personnels concernent aussi et fondamentalement les théories et pratiques de la recherche interdisciplinaire. Celles-ci représentent le cœur de ses enseignements, à l’université Paris Descartes durant une quarantaine d’années, à l’EHESS et à l’université Paris I Panthéon Sorbonne également et, dorénavant, au Muséum national d’histoire naturelle.

Diachronie évolutive

Dans deux ans, le Centre de recherche français à Jérusalem célèbrera ses soixante-dix ans d’existence. Une telle longévité est rare, surtout pour des formations de recherche implantées à l’étranger. Or cette longévité, dès qu’on y regarde de près, a de quoi étonner. Nombre des éléments structurels et conjoncturels qui définissent le Centre depuis ses débuts n’ont en effet cessé d’évoluer dans la longue durée. Nombre des facteurs qui en déterminent l’existence au jour le jour varient constamment, dans des proportions qui défient a priori les lois de la stabilité la plus élémentaire. 

Créé en 1952, le CRFJ s’est attaché pendant presque une quarantaine d’années au seul domaine de l’archéologie. Vers la fin des années 1980, il a commencé à intégrer dans son organigramme des programmes de recherche en sciences humaines et sociales. Cette situation sera complètement formalisée dans le courant de l’année 1990, avec l’ouverture de secteurs de programmes en archéologie, en études juives et en sciences sociales. Entre les intitulés d’alors et la charte thématique actuelle, il y aura eu encore plusieurs mouvements d’ampleur variable. Des évolutions plus ou moins profondes et déterminantes seront intervenues également sur bien des segments techniques, administratifs et financiers. En interne, dans une relation toujours très forte aux tutelles que sont le CNRS et le Ministère des Affaires étrangères, dont les modalités d’intervention sont elles-mêmes structurellement bien différentes. Mais aussi dans le cadre des intenses relations au tissu israélien de la recherche et de l’enseignement supérieur, marqué lui-même par ses propres conditions d’évolution et de diversité. Sans parler des incidences plus ou moins directes que peut avoir pour le CRFJ la matérialité des relations diplomatiques entre la France et Israël selon les moments.

Les facteurs que l’on vient de recenser pourraient relever d’une histoire du CRFJ : une dimension à considérer pour elle-même dans toute sa légitimité et qui requiert savoirs et méthodes propres.  Il semble toutefois possible de proposer en parallèle un autre type de questionnement : plus proche peut-être de l’anthropologie autant que de l’analyse institutionnelle, et que sous-entend également une bonne dose d’interdisciplinarité.

Synchronies relatives

En effet, ce qui caractérise le CRFJ, c’est une histoire faite largement d’une succession de synchronies relatives. Chacune de ces synchronies peut relever d’une image qui, de façon trop extérieure ou distanciée peut-être, parlerait pour toutes à la fois, celle de l’auberge espagnole : tant est grande la variété des protagonistes qui se retrouvent pour un temps donné, de façon plus ou moins concomitante au sein de cette synchronie relative. Leurs ancrages institutionnels sont très variables : personnels titulaires du CNRS, chercheurs ou administratifs et techniciens, affectés au CRFJ le plus souvent pour quelques années ; personnels titulaires des universités, en délégation pour deux années au plus. Il en va de même des disciplines, des objets et des préoccupations de recherches. En un temps donné se côtoient linguistes et sociologues, archéologues – préhistoriens ou médiévistes -, géographes, ethnomusicologues et encore bien d’autres. Les uns traitent de l’Israël antique, les autres de traditions liturgiques, d’autres encore du tissu urbain et des populations différentes qui sont recensées dans le pays, de la problématique de l’eau, des communautés juives de la diaspora, etc., etc. Les durées d’affectation se chevauchent et ne font pas l’objet d’une cohérence scientifique a priori, sauf pour ce qui relève des grands thématiques ou axes de recherche qui sont eux-mêmes voués à évoluer. Les modalités des implications avec les partenaires locaux peuvent également différer, dans le nombre et la qualité des partenaires, dans les conditions techniques, financières, administratives et proprement scientifiques.

Et puis il y a les passagers temporaires de ce même bateau, de cette même structure. Ils peuvent être fort nombreux, et leur durée de séjour est souvent relativement courte. Stagiaires, missionnaires encadrés, doctorants, post-doctorants, tous ajoutent à la variété des parcours d’étude, des sujets traités, des socles théoriques, des terrains à investiguer. Ils viennent avec des logiques personnelles, institutionnelles et scientifiques sans grand rapport a priori entre elles. Et nul ne se sait à l’avance si elles ou ils fréquenteront à nouveau le CRFJ, dans quels délais, sur quelles bases, avec quelles attentes. Quant aux évaluations, elles se passent de toute façon à deux niveaux : celui de la formation de recherche qu’est le CRFJ, celui de chacune des personnes (titulaires et non titulaires), qui se retrouve au CRFJ dans ses conditions à elle et selon les logiques variables qui concernent les uns et les autres. Avec tout cela, peut-on parler d’un retour sur investissement, de capitalisation des savoirs et des expériences, de processus cumulatifs ?

Au-delà de l’auberge espagnole

Il s’avère que l’image de l’auberge espagnole, quasi incontournable au premier abord, est quelque peu trompeuse pourtant, insuffisante en tout cas. Les rapports d’activité établis depuis longtemps et en continu démentent en général une telle image. Mais leur vocation n’est-elle pas justement, diront certains, de proposer du lien intrinsèque, au-delà de tout émiettement immédiatement perçu ? On ne doit pourtant pas à ces seuls rapports de démentir ce qui paraît relever d’un émiettement chronique. S’il est vrai que tous les facteurs de variation et d’instabilité potentielle qui ont été signalés interrogent de façon frontale la question de la cohérence d’une structure de recherche comme le CRFJ, tout cela interroge également les conditions dans lesquelles semble bien s’être réalisée au fond une pérennité de la structure : une pérennité qui doit tout à ses différents acteurs, aussi variés soient-ils, aussi peu reliés qu’ils soient les uns aux autres au départ.

Une telle pérennité est-elle alors une simple pérennité de fait, imperceptible certes, bien réelle pourtant ? Devrait-on parler d’un désir de pérennité, où peuvent entrer en ligne de compte des arguments politiques et diplomatiques qui n’ont pas grand-chose à voir avec la connaissance scientifique à proprement parler mais à propos desquels le politique et le scientifique peuvent être conduits à converser explicitement? S’agit-il d’un désir de pérennité où travaillent très certainement, et tout particulièrement, des motifs scientifiques dont la temporalité n’est pas de court terme en général, mais qu’il faut assumer en tenant compte de temps d’affectation ou de passages souvent bien plus courts que ne le veut la résolution des projets et programmes de recherche eux-mêmes ? Faut-il chercher encore d’autres facteurs, et si oui, lesquels ? En bref, comment s’est inventée une pérennité, qui n’était pourtant pas une question posée d’entrée de jeu dans le cahier des charges que chacun trouvait pour lui ou devant lui, au moment d’intégrer le CRFJ ?

Conditions et inventions d’une pérennité

Cette question générale appelle un ensemble de développements convergents, qui pourraient prendre la forme de deux séries de questionnements. La première vise à interroger et à explorer ces fameuses « synchronies relatives ». À savoir, ces périodes pendant lesquelles des personnels statutaires,  et d’autres aussi,  sont regroupés dans une temporalité synchrone toute relative mais effectivement repérable sur le plan administratif et scientifique. La seconde série vise l’identification des ferments possibles, et des conditions avérées d’une pérennité souterraine, qui aurait été mise en actes quand bien même elle n’aurait pas été conçue comme un principe recteur.

Au titre des synchronies relatives, on s’intéressera aux cahiers des charges et feuilles de route (administratifs, scientifiques, financiers, politiques,  etc.) ; aux organigrammes respectifs, à leurs raisons d’être et à leurs effets ; aux traits qui auront déterminé les outils et les logiques de la gestion proprement dite par périodes successives. La notion de période devient elle-même, dans ce contexte, l’objet d’une réflexion frontale.

On s’intéressera bien entendu à ce qui constitue les chapitres les plus décisifs qui déterminent l’identité de la formation de recherche en tout temps : les modalités effectives, administratives, scientifiques, diplomatiques, de la recherche ; les logiques et les modalités de la recherche scientifique, dans sa dimension individuelle et au titre des secteurs de programmes ; les liens aux institutions françaises, aux institutions israéliennes, et au-delà de ces deux pays, selon les modalités les plus formelles mais aussi dans le faire quotidien et moins répertorié. Et on s’attachera aux produits et impacts à court, moyen et long terme, de l’activité multiforme de la structure CRFJ, selon des approches quantitative et qualitative : en mobilisant les regards et bilans venus en interne, mais aussi en interrogeant une large palette de témoins et de cercles extérieurs en terme d’image, de présence et de … pérennité.

Quant aux conditions d’une pérennité, on s’interrogera en tout premier lieu sur les passages de relai, tout autant que sur les raisons, les figures et les effets des retours, et des non retours. On consultera les bilans, les rapports et les évaluations, pour se demander si la pérennité aura été un motif, si elle l’est devenue.  Ou bien si l’évidence d’une pérennité a existé plus ou moins tôt, comme un fait inscrit dans les pratiques, au-delà de toute intentionnalité stratégique posée au plan des institutions. Quels auront été alors les supports d’une telle intentionnalité stratégique, que l’on n’aurait ni constatée ni nommée jusqu’ici, alors qu’elle était bien à l’œuvre ?

Dans ce même contexte, on interrogera cette pérennité supposée au regard des institutions françaises et israéliennes, nombreuses et qui ont joué le jeu d’une collaboration souvent très intense, multiforme, et généreuse ; en comptant aussi toutefois, les moments et les circonstances où se firent sentir des vents contraires.

Et l’on ne négligera pas les basculements fréquents du plan bilatéral au plan multilatéral, en essayant d’évaluer quelle part un tel basculement aura permise. Pas plus qu’on ne négligera les impacts du travail bilatéral ou multilatéral, au sein de chaque pays, impacts induits à partir des partenaires locaux dans leur propre espace national.

Il faudra se demander encore si le CRFJ aura constitué une valeur ajoutée. Si oui, pour qui et comment ? Et comment une telle hypothèse fait-elle effet dans la longue durée ?

On ne sous-estimera pas évidemment les positionnements respectifs de l’activité scientifique et de l’investissement diplomatique. Leurs différences avérées auront-elles été productives, et de quelles manières, dans le contexte de notre interrogation?

Et enfin, on s’interrogera sur les produits, les effets et les capitalisations de l’activité scientifique sur le long terme.

Au fond, la pérennité dont on soupçonne la réalité, aura-t-elle été un objectif, un devoir, un effet induit, un contre-effet ? Cette invention ne datant pas d’aujourd’hui, quelle valeur, quel sens peut-on lui accorder aujourd’hui, à partir du moment où l’on tente de rendre compte de son invention de fait dans la longue histoire du CRFJ.

Toutes ces questions pourraient être utilement mobilisées dans le cadre d’un séminaire interne qui aurait pour triple objectif de contribuer à la socialisation en interne des personnes qui, de près ou de loin, fréquentent et animent le CRFJ en bénéficiant de son infrastructure ; à la définition de l’unité de recherche : sur la base des programmes bilatéraux, des intérêts personnels de recherche, mais aussi d’une réflexion sur les conditions de réalisation d’une identité scientifique plus collective, moins émiettée, et pérenne ; à la projection du CRFJ vis-à-vis de l’extérieur, en interaction avec les organismes de tutelles, avec les partenaires de premier rang en France et avec les chercheurs et institutions locales et régionales, avec tout public potentiellement pertinent également.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.