La transition VIe-Ve millénaire au Levant sud à travers les tombes de la fin du Néolithique/Chalcolithique ancien du site d’Ein Zippori (Israël)

Aliénor Lepetit, Ianir Milevski, Nimrod Getzov, Alla Yaroshevich, Aurore Schmitt et Fanny Bocquentin.

Introduction : Ce sujet a fait l’objet d’un mémoire de master 2 d’Anthropologie Biologique, effectué à l’Université d’Aix-Marseille sous la direction d’Aurore Schmitt et de Fanny Bocquentin. L’étude a été réalisée au Centre de Recherche Français à Jérusalem et a bénéficié du soutien matériel, technique et financier de l’Israel Antiquities Authority.          

  1. Contexte chrono-culturel:
  1. Des sociétés en mutation

            A la fin du VIe millénaire cal. B.C. et au début du Ve millénaire cal. B.C., une transition majeure s’opère dans les sociétés du Levant sud (Israël, Jordanie, Palestine, sud de la Syrie) : l’agriculture et l’élevage, qui sont apparus quelques millénaires plus tôt, font désormais partie intégrante des sociétés et l’exploitation nouvelle des ressources métallifères va induire des changements profonds dans pratiquement tous les secteurs des sociétés : économie, pratiques funéraires, occupation domestique ou représentations symboliques (Gopher, Gophna, 1993 ; Gilead, 1988 ; Rowan, Golden, 2009). Certaines activités, comme le travail de l’ivoire, de la poterie et la métallurgie du cuivre, semblent désormais réservées à des spécialistes et un régionalisme plus fort est observé dans la culture matérielle. Néanmoins, il subsiste une certaine continuité culturelle avec les périodes antérieures au niveau de la céramique, de l’iconographie et des pratiques funéraires (Yizraeli-Noy, 1999 ; Gopher, Eshed, 2012). Les sociétés du Levant sud vont se transformer progressivement, en adoptant une emprise plus importante sur le territoire et en multipliant les contacts avec le Levant nord (Gilead, 1988 ; Rosenberg et al., 2010), bien que ceux-ci aient eu lieu durant toute la Préhistoire et la Protohistoire levantines (Milevski et al., 2016). La hiérarchisation va se renforcer, faisant apparaître de nouveaux rapports sociaux entre les individus (Garfinkel, 2000 ; Levy, 2012). Il est admis que différents systèmes socio-économiques ont vu le jour à cette époque et ont amené, au cours de l’Âge du Bronze, à la construction de sociétés urbaines complexes (Gopher, Gophna, 1993). Le Chalcolithique ancien semble donc marqué par une organisation sociale et économique bien plus hiérarchisée qu’auparavant. Le niveau de hiérarchisation de la société, voire la hiérarchisation elle-même, sont néanmoins débattus par plusieurs auteurs (e.g. : Banning, 2007). Cette période, connue pour la culture archéologique du Wadi Rabah (Kaplan, 1958) et quelques autre cultures pré-Ghassouliennes, constitue la transition entre la fin du Néolithique et le Chalcolithique.

            D’autres événements majeurs ont lieu dans le Levant sud à partir du IVe millénaire cal. B.C. Cette période, qui voit l’avènement de l’Âge du Bronze, est celle du premier processus d’urbanisation de la région, qui ont induit des évolutions majeures au niveau socio-culturel et économique (Gopher, Gophna, 1993 ; Gilead, 1989 ; Milevski et al., 2014 ; Bocquentin et al., 2016a). On passe d’une prédominance de l’économie agro-pastorale à une économie qui développe des branches secondaires, avec la mise en place de sociétés urbaines (Milevski, 2012). Une continuité est observée dans la culture matérielle, mais des changements se sont opérés dans la technologie et dans l’organisation de la production et de la distribution. La circulation de matières premières et de produits manufacturés s’est accrue, les pratiques funéraires et les expressions iconographiques associées aux croyances religieuses et à la société apparaissent complètement transformées (ibid.). D’autres auteurs soulignent néanmoins une continuité culturelle et technologique entre les deux périodes (Golani, Nagar, 2011).

  1. La diversité des pratiques funéraires

La période Chalcolithique au Levant sud est caractérisée par des pratiques funéraires complexes (Faerman, Smith, 2008). Cette période voit le développement important d’un traitement funéraire particulier pour les enfants en bas âge, dans le Levant sud : l’inhumation dans des contenants céramiques, au sein des sites d’habitat (Gopher, Orrelle, 1995 ; Faerman, Smith, 2008 ; Orrelle, 2008, 2011 ; Eshed, Bar, 2012 ; Streit, 2016). Il pourrait s’agir d’un changement d’attitude sociale envers les enfants décédés pendant la période périnatale et les jeunes enfants (Gopher, Orrelle, 1995). Les inhumations d’individus très jeunes immatures en contenant céramique sont devenues courantes au cours du Bronze moyen (Orrelle, 2008). Ce type d’inhumation est néanmoins connu dès l’apparition de la céramique.

            Les inhumations du Néolithique céramique et du Chalcolithique sont généralement primaires et individuelles, sans mobilier. Les positions de dépôts sont variées et les crânes, contrairement aux périodes antérieures, ne font l’objet d’aucun traitement particulier. En effet, au cours du Néolithique pré-céramique, les crânes pouvaient faire l’objet d’un prélèvement, généralement une fois le corps décomposé, puis ré-inhumés après une phase d’exposition plus ou moins longue (e.g. : Bocquentin et al., 2016b). Le schéma funéraire classique pour la transition VIe-Ve millénaire B.C. au Levant sud est le suivant (Gopher, Eshed, 2012) :

  • Zone funéraire distincte de la zone d’habitat
  • Typologie variée pour l’architecture funéraire
  • Premières inhumations en contenant céramique
  • Sépultures individuelles et primaires
  • Positions variées, mais nombre de squelettes sont sur le côté gauche
  • Généralement, pas de prélèvement et de traitement des crânes
  • Pratiquement jamais de mobilier

            Durant le Bronze ancien, les enfants et les adultes étaient généralement inhumés en sépultures primaires avec du mobilier, parfois dans des sépultures secondaires et toujours à l’extérieur des sites d’habitat (Golani, Nagar, 2011). C’est à cette période que les pratiques mortuaires apparaissent de moins en moins individualisées. Les sépultures plurielles et leur regroupement semblent ainsi se multiplier. Ce phénomène est à corréler avec celui de l’urbanisation, qui implique une intégration sociale commune de groupes initialement distincts (Sebag, 2005 ; De Miroschedji, 2009). Il n’est pas rare de retrouver plusieurs individus inhumés dans des grottes, à proximité des sites d’habitat. Ce phénomène s’intensifie à partir du Bronze moyen (De Miroschedji, 2009). Les sépultures secondaires sont également fréquentes (ibid.).

  1. Le site archéologique d’Ein Zippori:

Le site d’Ein Zippori se situe à 2km à l’ouest de Nazareth, en Basse Galilée, sur les pentes nord et nord-est de Giv’at Rabi, dans un bassin créé par l’oued de Nahal Zippori, qui se situe au Sud (Figure 1) (Milevski et al., 2014).

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 1-500x375.png.

Figure 1 : Localisation du site d’Ein Zippori (Barzilai et al., 2013 ; Milevski et al., 2014)

Entre 2011-2013, le Département des Antiquités Israéliennes (Israel Antiquities Authority) a entrepris une fouille de sauvetage à Ein Zippori, sous la direction de Ianir Milevski et Nimrod Getzov, dans le cadre de l’élargissement de l’autoroute 79 (Figure 2). Une surface totale de 5000m2, découpée en onze zones, a été fouillée, des deux côtés de l’autoroute (Milevski et al., 2014). La fouille a été reprise en 2014, sous la direction d’Alla Yaroshevich, amenant à la découverte d’un autre dépôt funéraire (Yaroshevich, 2016).  

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 2-500x311.png.

Figure 2 : Vue aérienne du site en cours de fouilles et de l’autoroute 79, regard vers l’Est (Milevski et al., 2014)

            Les fouilles d’Ein Zippori ont révélé que le site avait été occupé durant le Néolithique précéramique B et C (PPNB et PPNC ; 9e-7e millénaires), le Chalcolithique ancien (Wadi Rabah et autres cultures ; 6e-5e millénaires) et l’Âge du Bronze ancien IB et II (fin 4e-début 3e millénaires). Quelques découvertes sporadiques sont associées aux périodes romaine et byzantine (Milevski et al., 2014). Il s’agit d’un site d’occupation domestique auxquelles sont associées plusieurs inhumations (ibid.).

Au moins deux autres campagnes de fouilles ont eu lieu à Ein Zippori, à proximité du site de fouille de 2011-2013 (Barzilai et al., 2013 ; Milevski et al., 2014) : des fouilles, en 1995, qui ont révélées une occupation de l’Âge du Bronze, les fouilles de Tel Ein Zippori et la campagne de 2007, qui a également permis de mettre au jour des vestiges architecturaux du Chalcolithique (Wadi Rabah) et de l’Âge du Bronze (EB II) (Barzilai et al., 2013). En revanche, aucun reste humain n’a été découvert lors de ces campagnes de fouilles.

            III. Problématiques et pertinence du sujet :

            Peu de données archéo-anthropologiques sont disponibles pour ces périodes charnières au Levant sud. Les restes humains pour la Protohistoire sont rares dans le Levant sud, même sur les sites qui ont fait l’objet d’un décapage extensif (Gopher, Eshed, 2012).

            Le premier objectif de cette recherche a été d’identifier et caractériser les gestes mortuaires. Il est ainsi nécessaire de comprendre la relation des structures d’inhumation avec les vestiges architecturaux et l’environnement archéologique général. Ces structures doivent également être caractérisées. Une analyse archéo-thanatologique des squelettes a été réalisée, en tenant compte de la documentation de fouille disponible, ce qui a permis de restituer ces gestes et ainsi comprendre comment les vivants traitaient et géraient leurs morts. L’intégration de ces données au contexte général des pratiques funéraires au Levant sud durant la Protohistoire permet de relever des tendances générales, ou, au contraire, des disparités, sur le traitement des morts, en relation avec les données biologiques.

            La stratigraphie du site ayant révélé quelques inhumations datant du Bronze ancien, il est apparu nécessaire d’aborder la transition Ve-IVe millénaire (Chalcolithique/Âge du Bronze), bien que l’objet premier reste la transition VIe-Ve millénaire (Néolithique céramique/Chalcolithique).

            Le second objectif de ce travail a été de procéder à la caractérisation biologique des individus inhumés à Ein Zippori. En effet, aucune étude anthropologique n’a été menée sur ces restes humains et il apparaît nécessaire d’établir un profil biologique de cette collection, afin de comprendre la fonction du site et envisager la relation des vivants avec les défunts. La mise en évidence de l’inhumation préférentielle d’individus appartenant à un sexe ou à une classe d’âge spécifique, ou, au contraire, la représentation globale d’une population permet ainsi de répondre à des questionnements sur l’utilisation et le fonctionnement du site et notamment à la raison de la présence de morts à proximité, voire au sein, des structures d’habitation. Grâce à l’étude de l’état sanitaire bucco-dentaire, il est possible de s’interroger sur les conditions de vie et les habitudes alimentaires et culturelles de la population.

            Il s’agit donc d’une approche archéo-anthropologique, c’est-à-dire l’étude conjointe des restes osseux humains et de leur contexte archéologique.

  1. Résultats:
  1. Caractéristiques des inhumations

             Vingt-quatre loci ont délivré des os humains sur le site d’Ein Zippori (Tableau 1).

 

Locus

Stratigraphie

Âge

345

Early Chalcolithic

> 20 ans

1077

Early Bronze IB

38-40 SA

1412

Early Chalcolithic 1

Adulte

1578

Early Chalcolithic

4-6 ans ± 24 mois

> 18 ans

1579

Early Chalcolithic 1

< 11 ans

5,75-9,75 ans

15-21 ans ± 30 mois

TJI

1690

Early Bronze I

9 mois-2 ans

1867

Early Bronze IB

Immature

Adulte

1981

Early Chalcolithic

≥ 3 ans

3099

Hellenistic

14-25 ans

3123

Early Bronze II

4-6 ans

3131

Early Chalcolithic

8,5-13 ans

3145

Early Chalcolithic 1

26 SA-4 mois

3233

Early Chalcolithic 1

> 20 ans

3239

n.c.

Adulte

3261

Early Chalcolithic

0-12 mois

3511

Early Chalcolithic 1

6,5-11,25 ans

Adulte

3552

Early Chalcolithic 1

38 SA-6 mois

5062

Early Bronze

Immature

5516

Early Bronze IB

> 20 ans

7612

n.c.

≤ 14 ans

7624

Early Chalcolithic

Adulte

9013

PPNC

15 ans ± 36 mois

9037

Early Chalcolithic

 

9238

Early Chalcolithic 1

11,5-14 ans

Tableau 1 : Attributions chrono-culturelles et âge pour les 24 loci du site d’Ein Zippori : dépôts primaires (blanc), os isolés (rose) et locus mixte (bleu)

            Quatorze d’entre eux ont été attribués au Chalcolithique ancien (5800-5000 cal. B.C.) : onze dépôts primaires et trois loci contenants des os isolés. Six autres dépôts proviennent de l’Âge du Bronze IB et II (3300-2700 cal. B.C.), trois étant des dépôts primaires et trois autres des loci d’os isolés. Enfin, un locus contenant un os isolé a été daté du PPNC (7000-6700 cal. B.C.), une inhumation primaire a été datée de la période hellénistique (400-300 cal. B.C.) et deux loci n’ont pu être attribués à une période chrono-culturelle.

            Les résultats présentés ici ne concernent que les périodes Chalcolithique ancien et Âge du Bronze.

            Les onze dépôts primaires du Chalcolithique ancien ont révélé des caractéristiques communes : il s’agit, à l’exception d’une structure qui contient deux individus, d’inhumations primaires et individuelles. Sur les douze individus, trois sont orientés Nord-Ouest/Sud-Est, tête au Nord-Ouest, deux ont été déposés Nord/Sud, tête au Nord et un Nord/Sud, tête au Sud, deux ont été découverts orientés Est/Ouest, tête à l’Ouest. Il n’a cependant pas été possible de déterminer l’orientation dans quatre cas. En ce qui concerne la position, sur les huit individus qui ont pu être étudiés, cinq sont sur le côté gauche, deux sur le dos et un sur le côté droit.

            En ce qui concerne les structures, deux fosses architecturées ont été observées : une fosse rectangulaire, dont trois des quatre parois sont recouvertes de pierres taillées rectilignes et de forme carrée ou rectangulaire (Figure 3) et une fosse ayant révélé la présence de trois blocs de pierre, probablement des stèles, qui pouvaient marquer la présence de cette sépulture, et qui, par la suite, se sont effondrées (Figure 4). Cette structure est celle qui contenait l’inhumation plurielle.

            Trois inhumations de très jeunes immatures en contenant céramique ont également été mises au jour, dont l’une était située à proximité d’un bol en matériau lithique, contenant de nombreuses petites perles (Figure 5).

            Les autres structures d’inhumation n’ont pas révélé d’architecture ou de contenant visibles. Il convient de noter que les analyses taphonomiques ont été limitées par les informations de terrain partielles, liées aux conditions de sauvetage du site.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 3-332x500.png.

Figure 3 : Structure du locus 345

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 4-500x311.png.

Figure 4 : Structure du locus 3511

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 5-500x202.png.

Figure 5 : Partie supérieure du vase céramique du locus 3145 (à gauche), située à proximité d’un bol et de perles (à droite)

            En ce qui concerne l’Âge du Bronze, les positions et les orientations n’ont pu être déterminées pour aucun des trois individus provenant des dépôts primaires. Un très jeune immature était inhumé en contenant céramique, à proximité d’un mur d’habitat. Aucune analyse taphonomique n’a pu être effectuée sur ces individus.

            Les dépôts attribués au Chalcolithique ancien sont répartis sur cinq des onze zones fouillées et ceux attribués à l’Âge du Bronze sont répartis sur quatre zones. La plupart se situe à proximité des structures domestiques (Figure 6).

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 6-500x276.png.

Figure 6 : Vue aérienne des zones B et E et des loci 1412, 3099, 3233, 3239 et 3552

  1. Profil biologique et état sanitaire bucco-dentaire des individus

            Le profil biologique d’une population archéologique correspond à l’âge, au sexe, aux pathologies et aux caractéristiques métriques et non-métriques des individus inhumés.

            La période Chalcolithique ancien a délivré vingt individus, au sein des dépôts primaires et des loci d’os isolés. Huit d’entre eux étaient des adultes, huit autres étaient des immatures entre 1 an et 19 ans et quatre étaient de très jeunes immatures, c’est-à-dire décédés avant l’âge d’un an. Aucune classe d’âge n’est sur-représentée par rapport à un profil de mortalité attendu pour ces périodes (Buchet, Séguy, 2002). L’un des deux individus adultes était de sexe masculin. Cela a été déterminé en effectuant une diagnose sexuelle probabiliste sur l’os coxal (Murail et al., 2005).

            Parmi les sept individus de l’Âge du Bronze, deux étaient des adultes, dont au moins l’un d’entre eux était une femme, d’après les caractéristiques morphologiques du crâne (Ferembach et al., 1979), quatre étaient des immatures et le dernier était un très jeune immature.

Un état sanitaire bucco-dentaire exhaustif a été réalisé sur la population d’Ein Zippori. A l’inverse de nombreuses lésions osseuses, les lésions dentaires ne sont pas remodelées. Les pathologies dentaires sont donc d’excellents indicateurs de l’état sanitaire des populations anciennes (Waldron, 2008 ; Forshaw, 2014). De plus, un lien clair entre le régime alimentaire et l’état sanitaire bucco-dentaire a été établi (Hillson, 2001 ; Waldron, 2008 ; Forshaw, 2014 ; Nelson, 2015). Les principales lésions dentaires observées en ostéo-archéologie sont les caries et les abcès, les maladies parodontales et les alvéolyses, ainsi que le tartre et l’usure, qui ne sont pas pathologiques mais sont pertinents lors de l’étude de l’état sanitaire bucco-dentaire d’une population archéologique. Les hypoplasies de l’émail dentaire, qui sont un indicateur de stress biologique, ont également été étudiées. Ces observations fournissent des informations pour caractériser une population en appréhendant ses habitudes alimentaires et culturelles (e.g. : Lukacs, 1989 ; Bocquentin, 2003 ; Eshed et al., 2010 ; Forshaw, 2014). 

            Parmi les vingt individus appartenant à la période Chalcolithique ancien, dix dentures étaient conservées et ont livré des informations sur l’état sanitaire bucco-dentaire. L’usure dentaire et le tartre présentent un taux par individu de 80%, l’alvéolyse concerne 55,55% des individus et l’hypoplasie de l’émail dentaire a délivré une fréquence de 60%. Aucune lésion périapicale n’a été observée. En ce qui concerne les lésions carieuses, la prévalence calibrée totale par dents (Erdal, Duyar, 1999) est de 3,57% et le taux non calibré par dents de 5,71% (Figure 7).

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 7-500x249.png.

Figure 7 : Lésions carieuses chez l’individu du locus 9238 : (A) : M1 droite, sur la couronne, face vestibulaire – (B) : M1 gauche, sur la couronne, faces vestibulaire et occlusale

            En ce qui concerne l’état sanitaire bucco-dentaire de la période Âge du Bronze, seuls trois des sept individus étaient observables. Aucune lésion carieuse ou périapicale n’a été relevée. Le tartre et les hypoplasies de l’émail dentaire présentent un taux par individu de 33,33% et l’alvéolyse a délivré un taux de 66,66%. L’usure dentaire, quant à elle, est présente chez deux individus, ce qui correspond également à un taux de 66,66%. Des usures para-masticatrices ont été observées sur l’un de ces individus (Figure 8). Le plan d’usure est oblique, de la face vestibulaire vers la face linguale. Les usures para-masticatrices peuvent être causées par l’utilisation répétée d’un objet sur ou entre les dents, créant ainsi une abrasion artificielle. Cela se manifeste par des surfaces polies, des sillons ou des rainures (Billard, 1996 ; Ravy et al., 1996).

            Les usures para-masticatrices ont été étudiées dans d’autres populations archéologiques de l’Épipaléolithique, du Néolithique et du Chalcolithique, provenant notamment du Proche-Orient (Ravy et al., 1996 ; Billard, 1996 ; Bocquentin, 2003 ; Bocquentin et al., 2005). Une inclinaison importante des dents supérieures est généralement liée au travail d’un matériau d’origine végétale (fibres) ou animale (peau, tendons) (e.g : Leigh, 1925 ; Lous, 1970 ; Lukacs, Pastor, 1988 ; Ryan, Johanson, 1989 ; Alt, Pichler, 1998 ; Bocquentin, 2003). Une analyse microscopique serait nécessaire pour aller plus loin dans l’interprétation des stigmates observés.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 8-500x500.png.

Figure 8 : Usure para-masticatrices sur les dents supérieures de l’individu du locus 5516

  1. Discussion:

            L’occupation funéraire du site d’Ein Zippori s’effectue sur plusieurs siècles. La plupart des restes osseux humains datent du Chalcolithique ancien, mais un os isolé datant du PPNC, huit dépôts datant de l’Âge du Bronze et un dépôt de la période hellénistique ont également été découverts. Des inhumations ont donc eu lieu sur au moins neuf millénaires, bien que l’individu du PPNC et celui de la période hellénistique soient les seuls représentants de leur période, ce qui concentre ces dépôts du VIe au IVe millénaire.

            Les pratiques mortuaires observées pour le Wadi Rabah et les autres cultures pré-Ghassouliennes correspondent à ce qui a été rapporté pour ce contexte dans le Levant sud : les inhumations sont primaires et généralement simples, les individus reposent majoritairement sur le côté, membres inférieurs repliés, au sein de fosses non architecturées et à proximité des structures domestiques, les très jeunes immatures sont inhumés en contenant céramique et les inhumations sont sans mobilier et sans aucun traitement ultérieur des crânes.

            Il n’est pas possible de conclure sur les pratiques mortuaires concernant les individus attribués à l’Âge du Bronze, en raison de leur trop faible nombre. La majeure partie d’entre eux ayant probablement été inhumée dans des nécropoles extérieures, une comparaison inter-sites serait ici plus pertinente.

 

            Le petit nombre d’individus, la diversité biologique et des modes d’inhumation et l’occupation du site sur plusieurs siècles amènent à s’interroger sur la présence de ces inhumations à proximité immédiate, voire au sein, des structures d’habitats. Les sociétés de la fin du Néolithique et du début de la Protohistoire sont, en particulier dans le Levant, des sociétés qui se hiérarchisent (Gilead, 1988 ; Garfinkel, 2000 ; Banning, 2007 ; Levy, 2012). Ces individus ne présentent pas d’affinités biologiques tangibles et les modes de dépôts sont variés. Si la volonté d’honorer le défunt n’est pas toujours démontrable en raison d’une documentation archéologique et ostéologique lacunaire, les inhumations bien documentées sont ici considérées comme des sépultures.

            Les individus retrouvés à Ein Zippori pourraient ainsi avoir été sélectionnés en fonction de leur statut social particulier et inhumés à proximité des structures d’habitat. La diversité des pratiques observées pourrait être expliquée par une différence de statut social ou par les différences de représentation de ces défunts au sein de la société. Cependant, ces différences peuvent également s’expliquer par le fait que le site ait probablement été occupé sur une longue période, ce qui induit des variations dans les modes d’inhumation et dans les pratiques mortuaires.

            Conclusion :                                

            Cette recherche a permis d’apporter une certaine contribution à la connaissance du profil biologique des individus inhumés et au système de gestion de la mort dans les sociétés du Levant sud entre le VIe millénaire et le Ve millénaire cal. B.C. Une meilleure compréhension du fonctionnement du site d’Ein Zippori est désormais disponible. De plus, il s’agit de la première étude archéo-thanatologique pour cette période en Israël. Ce corpus pourrait ainsi s’intégrer à un nombre plus important de sites et de collections du Levant sud, de la fin du Néolithique au début de l’Âge du Bronze, afin de comprendre les enjeux de ces périodes à travers l’étude des restes squelettiques et des structures mortuaires. Des comparaisons avec les sites contemporains d’Hagoshrim (Kuperman, 2010) et Nahal Zehora II (Gopher, Orrelle, 1989) ont déjà été effectuées, révélant un programme funéraire semblable. En effet, il s’agit d’un petit nombre d’inhumation au sein de l’occupation domestique, avec des gestes mortuaires similaires. Le fruit de ce travail sera intégré à la monographie du site archéologique d’Ein Zippori.

            Références bibliographiques :      

Alt KW, Pichler SL (1998) Artificial Modifications of Human Teeth. In: Alt KW, Rösing FW, Teshler-Nicola M (eds.) Dental Anthropology. Fundamentals, Limits and Prospects. Stuttgart: Gustav-Fischer, pp 387-415

Banning EB (2007) Time and tradition in the transition from late Neolithic to Chalcolithic: Summary and conclusions. Paléorient. 33(1): 137-142

Barzilai O, Getzov N, Gubenko N, et al. (2013) Proto-Historic Ein Zippori: The 2007 Excavation Season. Mitekufat Haeven: Journal of the Israel Prehistoric Society. 43: 22-72

Billard M (1996) L’abrasion artificielle des dents comme aspect révélateur d’habitudes culturelles : observation comparée de deux sites du Chalcolithique-Bronze ancien (Drôme et Ardèche). In: Buchet L (ed.) L’identité des populations archéologiques. Sophia-Antipolis. APDCA, pp 330-343

Bocquentin F (2003) Pratiques funéraires, paramètres biologiques et identités culturelles au Natoufien : une analyse archéo-anthropologique. Thèse de Doctorat: Université Bordeaux I

Bocquentin F, Sellier P, Murail P (2005) Abrasion dentaire et travail spécialisé dans la population natoufienne de Mallaha (Israël). Palevol. 4: 351-357

Bocquentin F, Molist Montaña M, Milevski I (2016a) Connections and disconnections in the Late Prehistory and Protohistory of the Levant: discussion and perspectives. Paléorient. 42(2): 203-208

Bocquentin F, Kodas E, Ortiz A (2016b) Headless but still eloquent! Acephalous skeletons as witnesses of Pre-Pottery Neolithic North-South Levant connections and disconnections. Paléorient. 42(2): 33-52

Buchet L, Séguy I (2002) La paléodémographie : bilan et perspectives. Annales de démographie historique. 103(1): 161-212

De Miroschedji P (2009) Rise and collapse in the southern Levant in the Early Bronze Age. Scienze dell-Antichita. Storia Archeologica Antroplogia. 15: 101-29

Erdal YS, Duyar I (1999) A new correction procedure for calibrating dental caries frequency. Am J Phys. Anthrop. 108: 237–240

Eshed V, Gopher A, Pinhasi R, et al. (2010) Paleopathology and the origin of agriculture in the levant. Am. J. Phys. Anthropol. 143(1): 121-133

Eshed V, Bar S (2012) An Innovative Analysis of Infant Burials from the Chalcolithic Site of Fazael 2, Israel. Israel Exploration Journal. 62(2): 129-140

Faerman M, Smith P (2008) Has society changed its attitude to infants and children? Evidence from archaeological sites in the southern Levant. In: Gusi F, Muriel S, Olària C (eds.) Nasciturus, infans, puerulus, vobis mater terra. La muerte en la infancia. SIAP. Diputació de Castelló: 211-229

Ferembach D, Schwidetzky I, Stloukal M (1979) Recommandations pour déterminer l’âge et le sexe sur le squelette. BMSAP. 6(1): 15-20

Forshaw R (2014) Dental indicators of ancient dietary patterns: dental analysis in archaeology. BDJ. 216(9):  529-535

Garfinkel Y (2000) The Levant in the Pottery Neolithic and Chalcolithic Periods. In: Renfrew C, Bahn P. (eds.) Archaeology: Theories, Methods, and Practice. Thames & Hudson, Londres, pp 439-461

Gilead I (1988) The chalcolithic period in the Levant. Journal of World Prehistory. 2(4): 397-443

Gilead I (1989) Chalcolithic Sites in Beit Netofa Valley, Lower Galilee, Israel. Paléorient. 15(1): 263-267

Golani A, Nagar Y (2011) Newly Discovered Burials of the Chalcolithic and the Early Bronze I in Southern Canaan: Evidence of Cultural Continuity? In: Lovell JL, Rowan YM (eds.) Culture, Chronology and the Chalcolithic. Theory and Transition. Oxford: Oxbow books, pp 84-96

Gopher A, Gophna R (1993) Cultures of the Eighth and Seventh Millennia BP in the Southern Levant: A Review for the 1990s. J. World. Prehist. 7(3): 297-353

Gopher A, Orrelle E (1989) The Flint Industry of Nahal Zehora I, a Wadi Rabah site in the Menashe Hills. Bull. Am. Schools Orient Res. 276: 67-76

Gopher A, Orrelle E (1995) New Data on Burials from the Pottery Neolithic Period (Sixth-Fifth Millennium BC) in Israel. In: Campbell S, Green A (eds.) The Archaeology of Death in the Ancient Near East. Oxbow Monograph, 51, pp 24-29

Gopher A, Eshed V (2012) Burials and human skeletal remains from Nahal Zehora II in PN perspective. In: Gopher A (ed.) Village Communities of the Pottery Neolithic Period in the Menashe Hills, Israel. Emert and Claire Yass Publications in Archaeology, Tel Aviv, pp 1389-1412

Hillson S (2001) Recording Dental Caries in Archaeological Human Remains. Int. J. Osteoarchaeol. 11: 249-289

Kaplan J (1958) Excavations at Wadi Rabah. Israël Exploration Journal. 8(3): 149-160

Kuperman T (2010) Burial Customs and Human Remains from Hagoshrim. In: Getzov N (ed.) Hagoshrim site. IAA Reports. In Press

Leigh RW (1925) Dental pathology of the Eskimo. Dental Cosmos. 67: 884-898

Levy TE (2012) Near East: The Neolithic and Chalcolithic Periods in the Near East. In: Silberman NE (ed.) The Oxford Companion to Archaeology. Second Edition, Vol. 2. Oxford University Press, pp 458-463

Lous GF (1970) The masticatory system used as tool. Dental Abstract. 15: 457-458

Lukacs JR, Pastor RF (1988) Activity induced patterns of dental abrasion in prehistoric Pakistan: Evidence from Mehrgarh and Harappa. Am. J. Phys. Anthropol. 76: 377-398

Lukacs JR (1989) Dental paleopathology: methods for reconstructing health status and dietary patterns in prehistory. In: Iscan MY, Kennedy KAR (eds.) Reconstructing Life from the Skeleton. New York: Alan R. Liss, pp 261-286

Milevski I (2012) The Transition from the Chalcolithic to the Early Bronze Age of the Southern Levant in socio-economic context. Paléorient. 39(1): 193-208

Milevski I, Liran R, Getzov N (2014) The Early Bronze Age town of Ein Zippori in the Galilee (Israel). Antiquity. 88(339): 2-5

Milevski I, Bocquentin F, Molist Montaña M (2016) Connections and disconnections between the Northern and Southern Levant in the Late Prehistory and Protohistory (12th-mid. 2nd mill. BC). Paléorient. 42(2). CNRS Editions. 215 p.

Murail P, Brůžek J, Houët F, Cunha E (2005) DSP: a tool for probabilistic sex diagnosis using worldwide variability in hip bone measurements. BMSAP. 17(3-4): 167-176

Nelson GC (2015) A Host of Other Dental Diseases and Disorders. In: Irish JD, Scott GR (eds.) A companion to dental anthropology. New-York: Wiley, pp 465-483

Orrelle E (2008) Infant Jar Burials: A ritual associated with early agriculture? In: Bŭchvarov K (ed.) Babies Reborn: Infant/Child Burials in Pre- and Protohistory. Oxford: Archaeopress, pp 71-78

Orrelle E (2011) Material Images of Humans from the Natufian to Pottery Neolithic Periods in the Levant. Thèse de Doctorat: University of East London

Ravy E, Clère J, Puech PF (1996) Traces d’activités humaines sur les dents du Chalcolithique ardéchois. L’Anthropologie. 100(4): 574-588

Rosenberg D, Getzov N, Assaf A (2010) New Light on Long-Distance Ties in the Late Neolithic/Early Chalcolithic Near East. Current Anthropology. 51(2): 281-293

Rowan YM, Golden J (2009) The Chalcolithic period of the Southern Levant: A synthetic review. J. World. Prehist. 22: 1-92

Ryan AS, Johanson DC (1989) Anterior dental microwear in Australopithecus afarensis: comparisons with human and non-human primates. Journal of Human Evolution. 18: 235-268

Sebag D (2005) The Early Bronze Age Dwellings in the Southern Levant. Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem. 16: 222-235

Streit K (2016) Protohistoric Infant Jar Burials of the Southern Levant in Context: Tracing Cultural Influences in the Late Sixth and Fifth Millennia BCE. In: Ganor S, Kreimerman I, Streit K et al. (eds.) From Sha‘ar Hagolan to Shaaraim. Essays in Honor of Prof. Yosef Garfinkel. Israël Exploration Society, pp 171-185

Waldron T (2008) Paleopathology. Cambridge: Cambridge University Press

Yaroshevich A (2016) Ein Zippori. Hadashot Arkheologiyot – Excavations and Surveys in Israel. 128

Yizraeli-Noy T (1999) The Human Figure in Prehistoric Art in the Land of Israel. Jerusalem: Israel Museum (Hebrew)

 

         


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.