Etude comparée de deux sarcophages pour femmes aristocratiques du Bible Lands Museum de Jérusalem : authenticité, provenance, datation

Mariana Bodnaruk – New Europe College, Institute of Advanced Studies, Bucarest.

Postdoctorante à l’Institute of Advanced Studies, au nouveau Collège de l’Europe (NEC), je travaille sur l’élite sénatoriale de l’Empire romain tardif du quatrième siècle de notre ère. Mon intérêt porte particulièrement sur la société aristocratique, les relations de pouvoir entre la noblesse et l’empereur, la façon dont les nobles contrôlent l’espace et rendent public leur auto-représentation. Au cours de mon séjour au Centre de Recherche Français de Jérusalem, dans le cadre d’une aide à la mobilité internationale (AMI), j’ai mené des études épigraphiques sur deux sarcophages exceptionnels conservés au Musée des pays de la Bible à Jérusalem. Ma recherche, qui s’inscrit dans le long terme, s’est nourrie notamment de nombreuses discussions avec des spécialistes au CRFJ, et en particulier avec Dr Estelle Ingrand-Varenne, que je tiens à remercier ici[1].

 

La provenance des deux sarcophages romains

En rédigeant ma thèse de doctorat sur l’aristocratie sénatoriale romaine tardive, j’ai trouvé deux inscriptions sénatoriales inédites sur des sarcophages de l’Antiquité tardive, dont l’authenticité avait été mise en doute. Ces deux sarcophages romains tardifs  font aujourd’hui partie de la collection permanente du Musée des pays de la Bible à Jérusalem. Ils provenaient de la collection d’Elie Borowski, marchand et collectionneur d’antiquités, au Royal Ontario Museum à Toronto, mais leur origine exacte est toujours incertaine. Ces sarcophages sont richement décorés. Les cuves, ainsi que leurs couvercles, massives et sculptées, sont bien conservées et appartiennent au type de sarcophages à strigiles (à ondulations). Tous les deux n’ont que leur face avant ornée et portent les tabulae inscriptionis sur leurs couvercles. En ce qui concerne l’affiliation religieuse, les deux sont des sarcophages chrétiens, selon les épitaphes, et ne sont pas donc antérieurs au quatrième siècle de notre ère. Les deux inscriptions sépulcrales commémorent des femmes décédées qui avaient le rang sénatorial (clarissimae). Ce sont donc des sarcophages de femmes aristocratiques du début de l’Empire romain tardif. L’un est le sarcophage de Iulia Latronilla et l’autre d’Octavia Baebiana, selon les inscriptions. Les deux femmes ne sont pas connues par d’autres sources.

Cependant, les chercheurs ont postulé, exclusivement sur la base de l’iconographie, que ces deux sarcophages pourraient être des pièces contrefaites fabriquées à l’époque moderne. Ils ont souligné que leur iconographie est plutôt irrégulière et ne correspond ni à celle des ateliers de Rome ni à celle des ateliers provinciaux[2]. De plus, leur datation est également problématique. Bien que les deux sarcophages aient été publiés précédemment, les inscriptions ne sont incluses dans aucun corpus épigraphique ni dans aucune base de données (EDCS, EDR, EDB, EDH). Par conséquent, ma recherche porte sur l’authenticité de ces sarcophages, leur provenance et leur datation.

Vers 1992, les deux sarcophages ont été transférés par Elie Borowski, de Toronto à Jérusalem, au Musée des pays de la Bible qu’il a fondé cette année-là pour accueillir sa collection privée. Ils sont actuellement présentés dans l’exposition principale (Galerie 18 : Rome et Judée). Nous avons des informations indiquant que les deux sarcophages ont été trouvés pendant la construction du métro à Rome à une date incertaine. Ensuite, ils ont été illégalement enlevés d’Italie, passés en contrebande à la frontière suisse, et sont entrés sur le marché de l’art. C’est en fait du marché des antiquités en Suisse que les sarcophages se sont retrouvés dans la collection de Borowski, qui mettait l’accent sur l’acquisition d’objets liés à la Bible. Au début des années 1980, ils ont déménagé à Toronto avec toute la collection de Borowski et ont été exposés au Royal Ontario Museum[3]. Il est donc impossible de déterminer de façon plus précise la provenance des sarcophages : il n’est plus possible de dire de quel cimetière de Rome ils proviennent.

Cependant on peut être sûr de leur provenance de Rome[4]. Elie Borowski était l’un des principaux acteurs du trafic illicite d’antiquités sortant d’Italie[5]. Son nom figure sur un organigramme manuscrit du commerce illicites de biens culturels saisi par la police italienne en 1995. Le graphique montre une base de « tombaroli » (pilleurs de tombes) dans toute l’Italie, avec deux intermédiaires italiens clés, Giacomo Medici et Gianfranco Becchina. Les objets de ces intermédiaires étaient destinés aux marchands et collectionneurs européens qu’ils fournissaient, parmi lesquels se trouvait Elie Borowski[6]. Borowski figure également dans les mémoires du collectionneur d’antiquités américain Robert Hecht comme client du marchand d’art ancien Giacomo Medici (Rome et Genève),[7] qui a été jugé coupable en 2004 pour exportations illégales et trafic criminel d’antiquités grecques, romaines et étrusques au cours de la seconde moitié du XX e siècle. Peut-être Medici, connu pour ses liens avec le commerce illicite des antiquités de Rome, a acheté les objets et les a revendus à Borowski, le collectionneur qu’il a principalement fourni dans les années 1960 et 1970. Par ailleurs, Marion True, ancienne conservatrice des antiquités de Getty, a confirmé aux autorités italiennes que Borowski avait été un client de Becchina (Sicile et Bâle)[8]. Ces sarcophages ont donc pu être fournis à Borowski par Medici (ou Becchina), – les chaînes de Becchina et Medici étaient largement indépendantes l’une de l’autre –principalement responsable du trafic des antiquités de Rome vers la Suisse.

En 1992, avec le soutien du maire de Jérusalem et du collectionneur d’antiquités Teddy Kollek, Borowski a fondé le Musée des pays de la Bible à Jérusalem pour présenter sa collection d’objets anciens « sans provenance connue ». Le sarcophage de Iulia Latronilla a ensuite été publié dans le guide de la collection du musée[9]. En revanche, le sarcophage de Octavia Baebiana a reçu beaucoup moins d’attention et il n’est pas inclus dans le guide de la collection. Je passe maintenant à leur épigraphie et à leur iconographie.

Figure 1. Sarcophage de Iulia Latronilla. De Rome. 330-340. Bible Lands Museum de Jérusalem (Photo : auteur)

Figure 1. Sarcophage de Iulia Latronilla. De Rome. 330-340. Bible Lands Museum de Jérusalem (Photo : auteur)

Le sarcophage de Iulia Latronilla

Je commence avec le sarcophage de Iulia Latronilla [figure 1]. L’inscription se lit comme suit : « Iulia Latronilla, femme de mémoire sénatoriale, déposée en paix le douzième jour des Kalends de septembre (21 août), a vécu quarante-six ans, neuf mois et vingt-neuf jours »[10]. Publiée, avec des erreurs, uniquement comme partie des corpus des sarcophages[11], cette inscription funéraire n’a pas attiré l’attention des épigraphistes. Iulia Latronilla n’est connue d’aucune autre source et ne figure pas dans la prosopographie[12]. La datation de l’épitaphe au quatrième siècle reste imprécise. Le champ d’inscription conserve six lignes de lettres et de chiffres, y compris la ponctuation. L’inscription sur le couvercle n’est pas ciselée, mais grattée, et la tabula inscriptionis contient des cadres incisés et des indications pour le tailleur de pierre qui restent visibles. Cette inscription sépulcrale est assez typique. Nombre d’exemples d’épigraphie funéraire de ce type sont connus à Rome et dans la partie occidentale de l’Empire romain tardif.

Selon l’épitaphe, Iulia Latronilla, clarissima femina, est morte à l’âge de quarante-six ans. Elle a dû naître au début du règne de Dioclétien. On ne sait rien de sa situation familiale. L’épitaphe elle-même est dédiée par un commémorateur inconnu et ne fournit aucune information sur son mari, ses enfants ou ses parents. L’épitaphe est sans doute chrétienne car elle contient la date d’inhumation (21 août) nécessaire à la commémoration suivante. Aux IIIe et IVe siècles, le texte des inscriptions sépulcrales a été complété par l’âge de la défunte et la formule funéraire in pace deposita. Les commémorateurs n’avaient jamais choisi de sarcophages en marbre avec des reliefs chrétiens pour l’inhumation avant la fin du IIIe siècle. Ce sarcophage élaboré en deux zones de la femme de rang sénatorial souligne le fait qu’il n’a pas été produit avant le IVe siècle.

Pour confirmer l’authenticité du sarcophage, il faut une confirmation de l’authenticité de son épitaphe. Jutta Dresken-Weiland, dans sa revue de la monographie de Guntram Koch en 2002, a fait remarquer qu’elle avait en effet demandé à Antonio Ferrua de confirmer l’authenticité des épitaphes (à la fois de Latronilla et de Baebiana) et qu’elle avait reçu une réponse affirmative[13]. Cependant, Ferrua, qui est mort à l’âge de 102 ans en 2003, ne s’est certainement pas rendu à Jérusalem dans les dernières années de sa vie pour examiner ces inscriptions en personne. À cette fin, j’ai procédé à un examen autoptique de l’épitaphe de Latronilla. L’inscription est soigneusement disposée. Les lignes du cadre incisées sont réglées verticalement et horizontalement. Ces lignes et les lignes auxiliaires pour le tailleur de pierre sont clairement visibles autour du champ épigraphique. Il n’y a plus aucune trace de couleur rouge dans l’inscription. Sans aucune trace d’effacement ni de réinscription, l’épitaphe est originale. Une telle conclusion peut être donnée quand tous les aspects de l’inscription ont été analysés, à la fois les caractères externes et internes. Le cadre et les réglures sont incisés; les lettres ont été réalisées avec une broche qui a percuté la matière. On le voit grâce aux traces, en particulier les points devant le C de la ligne 2, les points dans le second A de la ligne 1. Le fond des lettres a ensuite été gratté, plus ou moins en V, comme on peut le voir pour le X de la troisième ligne. L’écriture correspond tout à fait à l’époque considérée.

En ce qui concerne l’iconographie du sarcophage, le tableau central d’inscription est supporté par deux victoires. Sur le couvercle du sarcophage, il y a une frise figurative, avec trois scènes de la Bible hébraïque et du Nouveau Testament de chaque côté de la tabula inscriptionis. À gauche se trouvent les trois scènes suivantes : l’entrée du Christ à Jérusalem (Mt 21, 1-11; Lc 19, 28-39), le sycomore de Zachée (Lc 19, 1-10) et la femme avec hémorragie (Mt 9, 20-22). À droite, sont sculptés la guérison d’un aveugle-né (Jn 9, 1-41), Pierre reniant le Christ (Mt 26, 30-35) et le sacrifice d’Isaac (Gn 22, 1-14). Les reliefs du couvercle ne sont pas parfaitement exécutés, mais c’est une situation assez courante.

Des sarcophages aux motifs similaires, représentant un certain nombre de scènes de la Bible hébraïque et du Nouveau Testament, ont été produits à partir de la seconde moitié du IVe siècle jusqu’au début du Ve siècle. Cet exemple ressemble aux sarcophages strigilés fabriqués à Rome à partir de la fin du deuxième siècle. Comme ses homologues romains, cette pièce se distingue par son clipeus central et ses deux panneaux latéraux à deux registres. Les coins du sarcophage sont décorés de quatre scènes : deux de chaque côté, une au-dessus de l’autre. Les scènes montrent certaines des plus anciennes images du Christ sur des sarcophages. Ces scènes secondaires guident le spectateur vers ce qui est placé au centre. À partir du milieu du IVe siècle, cet espace prestigieux sera de plus en plus utilisé pour exposer des images emblématiques qui véhiculent un message religieux chrétien essentiel[14].

Figure 2. Sarcophage d'Adelfia. De Syracuse. Cuve : deuxième quart du IVe siècle après J.-C. Couvercle : probablement plus tardif. Museo Archeologico Regionale Paolo Orsi (Photo : auteur)

Figure 2. Sarcophage d’Adelfia. De Syracuse. Cuve : deuxième quart du IVe siècle après J.-C. Couvercle : probablement plus tardif. Museo Archeologico Regionale Paolo Orsi (Photo : auteur)

Le champ central est constitué d’un clipeus avec des portraits idéalisés d’un couple sur le registre supérieur et d’un christogramme en couronne sur le registre inférieur. Les sarcophages à strigiles avec un rondeau central avec un couple marié semblent avoir été particulièrement populaires. Par exemple, le sarcophage à double registre d’Adelfia à Syracuse [figure 2] montrant un portrait d’un couple a été choisi de la même manière pour l’enterrement d’une femme. Cependant, l’inscription mentionne le mari[15]. Ces deux sarcophages sont souvent comparés en raison de leur riche iconographie biblique et de leur dédicace aux femmes décédées.

Un symbole central de la résurrection est placé sous les portraits du clipeus. La composition comprend une scène de la crux invicta avec Sol et Luna, deux oiseaux flanquant un chi-rho en couronne, et des soldats endormis. Plusieurs de ces éléments chrétiens seront adoptés comme élément central dans le programme iconographique des sarcophages romains de la « Passion »[16] qui symbolisent le triomphe de la résurrection du Christ par sa passion, montrant la croix surmontée d’une couronne contenant un monogramme chi-rho, et avec deux soldats assis à sa base[17]. La bannière avec labarum a été conçue par l’empereur pour incorporer le signe céleste qu’il a vu après avoir prié pour l’aide divine, avant sa bataille contre Maxence au pont Milvius en 312. Après sa défaite de Licinius en 324, Constantin devient le seul souverain de l’empire et adopte le titre de victor. Le labarum devint alors un symbole officiel dans le répertoire de l’iconographie impériale. De l’imagerie impériale, le christogramme a été adopté dans l’iconographie sénatoriale. Le sarcophage de Latronilla est le premier exemple connu. Pour ces raisons iconographiques, le sarcophage est daté de la période Constantinienne, vers 330-340, bien que cette datation soit contestée.

Le sarcophage de Latronilla, bien que contenant des éléments de l’imagerie classique, est résolument chrétien. Son inscription et son clipeus, scènes de la vie du Christ et symbole de la résurrection, en font l’un des monuments funéraires les plus marquantes de son époque[18]. Le symbole de la résurrection, qui n’est pas non plus inhabituel sur les sarcophages de la seconde moitié du quatrième siècle représentant des épisodes de la passion du Christ ou des processions d’apôtres triomphants, est ici extraordinaire parce qu’il est entouré des miracles et des manifestations du Christ : le symbole du Christ victorieux et ressuscité apparaîtrait maintenant sur des sarcophages de miracle (Wunder). Les deux panneaux à strigiles, le panneau central avec le clipeus et le christogramme et les panneaux simples à deux zones suggèrent tous que le sarcophage provient de Rome. Il date pour ces raisons stylistiques de la dernière décennie du règne de Constantin ou des premières années du règne de ses fils.

Figure 3. Sarcophage d'Octavia Baebiana. De Rome. Deuxième quart du IVe siècle après J.-C. Bible Lands Museum de Jérusalem (Photo : auteur)

Figure 3. Sarcophage d’Octavia Baebiana. De Rome. Deuxième quart du IVe siècle après J.-C. Bible Lands Museum de Jérusalem (Photo : auteur)

Le sarcophage d’Octavia Baebiana

Je passe maintenant au sarcophage d’Octavia Baebiana [figure 3][19]. Précédemment conservé au Royal Ontario Museum de Toronto, ce sarcophage décoré a été transféré au Bible Land Museum de Jérusalem en même temps que celui de Iulia Latronilla en 1992. Il est actuellement exposé dans l’exposition permanente du musée (Galerie 18 : Rome et Judée). La provenance est enregistrée comme étant Rome, où le sarcophage aurait été trouvé lors de la construction d’un métro. Comme le lieu de découverte original du sarcophage d’Octavia Baebiana ne peut plus être établi, on ne peut déterminer de quel coemeterium de Rome il provient.

L’inscription en cinq lignes sur le couvercle du sarcophage se lit comme suit : « Octavia Baebiana, une jeune fille (puella) de mémoire sénatoriale, déposée en paix le onzième jour des Kalendes d’octobre (21 septembre), a vécu quatorze ans et trente-trois jours ».[20] L’épitaphe est chrétienne sans ambiguïté en raison de ses formules. L’épitaphe d’Octavia ne fournit aucune information sur sa famille. Elle est représentée seule dans le clipeus. Selon son épitaphe, Octavia Baebiana, une enfant de rang sénatorial, avait quatorze ans au moment de sa mort. Elle est glorifiée comme une fille clarissimae memoriae. Octavia était presque en âge du mariage. Elle a donc hérité son rang sénatorial de son père. La forme des lettres de l’inscription suggère une date du IVe siècle. Elle doit être née sous le règne de Constantin. Elle n’est pas connue par d’autres sources[21].

Octavia Baebiana était désignée dans l’épitaphe par l’abréviation cmq, c(larissimae) m(emoriae) [q](uella). Il s’agit d’une abréviation romaine très typique dans l’épigraphie funéraire. Elle a été préparée à la hâte pour l’enterrement de la jeune fille, qui était morte prématurément. L’inscription n’est pas soignée, mais l’épitaphe ne contient pas d’erreurs. Son nom, B(a)ebiana, est mal orthographié en raison d’une prononciation contemporaine. Aucune trace d’effacement de l’inscription précédente n’est perceptible sur la tabula inscriptionis. Après avoir examiné l’épitaphe, il est possible d’affirmer avec certitude que l’inscription est authentique.

Octavia a été enterrée dans un sarcophage à strigiles d’un seul registre, avec un couvercle et une cuve décorés. Elle est représentée deux fois, sur le couvercle et sur la cuve du sarcophage, ce qui n’est pas rare pour la représentation des défunts. La jeune fille a été placée dans un sarcophage d’environ deux mètres de longueur. On ne connaît pas la longueur de la matière première originale du sarcophage. Une telle taille pour le sarcophage de l’enfant implique une possibilité d’une réutilisation de la cuve. Une mort inattendue et le choix limité sont les raisons probables de l’acquisition d’un sarcophage qui ne correspondait pas aux dimensions souhaitées[22].

Le sarcophage est sans iconographie chrétienne explicite, mais avec l’inscription chrétienne. Le couvercle contient une frise décorée d’une scène pastorale avec des arbres et des agneaux. La défunte, Octavia Baebiana, est représentée comme orans dans la scène à gauche de l’inscription. La scène est bucolique même si le geste de la figure peut être interprété comme chrétien avec les mains d’Octavia écartées dans un geste de prière. Elle peut également être considérée comme une représentation classique de pietas.

L’iconographie du sarcophage ne comporte pas d’éléments clairement chrétiens. La cuve du sarcophage comporte des colonnes aux angles et un panneau central travaillé en relief. Sur la cuve, la coquille centrale est soutenu par un jeune atlas, utilisé à la fois dans l’art romain païen et chrétien, placé entre deux piédestaux avec des individus debout. Les deux hommes avec des rouleaux, interprétés comme des philosophes ou même des apôtres, lèvent la main droite en signe d’acclamation vers la coquille qui se trouve entre eux et le portrait féminin en buste. La figure d’une défunte flanquée est un motif que l’on retrouve sur de nombreux sarcophages à l’époque de Constantin. D’un point de vue stylistique, on trouve des sarcophages similaires réalisés à Rome.

Dans le panneau central de la cuve, les parties supérieures de la coquille et la tête de la figure sont brisées. Le portrait central est donc fragmentaire. De plus, des traces de remaniement sont visibles dans le champ central. Cela a été considéré comme problématique. La réutilisation des sarcophages, bien qu’interdite par la loi, était très fréquente dans l’Antiquité tardive. Dans la coquille, Octavia est représentée seule et porte une toga contabulata, un vêtement d’homme. Comme les femmes ne portent pas de toge, cette ambiguïté iconographique nécessite une explication : il faut vérifier si le buste a été retravaillé. Octavia tient un rouleau à deux mains et porte un collier et un bracelet à la main droite. Jutta Dresken-Weiland affirme qu’elle porte une bague à l’annulaire de la main droite[23], mais l’examen autoptique n’en montre aucune trace.

Avec une longueur de deux mètres, la cuve n’est pas de la taille d’un enfant et aurait été plus que suffisante pour contenir le corps d’une jeune femme. Le couvercle et la cuve ne sont pas de la même taille, et ont manifestement été fabriqués séparément. Le portrait masculin de la cuve a été retravaillé pour s’adapter à la commande. Il a reçu des attributs féminins supplémentaires tels que le collier et le bracelet. Cependant la toge n’a pas pu être retravaillée en vêtement de femme. La couverture a été fabriquée spécifiquement pour Octavia et présente le portrait féminin non retravaillé d’une jeune fille. Le couvercle et la cuve sont contemporains, bien que cette dernière ait été achetée dans un stock déjà existant.

Pour conclure, les grands sarcophages sculptés de Iulia Latronilla et Octavia Baebiana, avec leurs inscriptions chrétiennes et leur iconographie exceptionnelle, ont été commandés par des familles sénatoriales de l’Antiquité tardive. Le sarcophage de Latronilla ainsi que celui de Baebiana ont donc été produits à Rome à un moment de la fin du règne de Constantin ou peu après sa mort. La provenance de Rome est enregistrée dans les deux cas. Les matériaux ils sont clairement originaires du marché des antiquités. Comme leurs inscriptions ne présentent ni effacement ni altération, l’authenticité de ces sarcophages ne doit pas être mise en question et ces pièces uniques devraient enfin recevoir l’attention qu’elles méritent. 

 

[1] Je suis reconnaissant au Dr Vincent Lemire de m’avoir donné l’occasion de présenter ma conférence “CLARISSIMAE MEMORIAE : Deux sarcophages sénatoriaux romains au Musée des pays de la Bible à Jérusalem” dans le cadre du séminaire CRFJ “Retour aux sources : Les inscriptions antiques et médiévales en Orient,” organisé par Dr Estelle Ingrand-Varenne (CRFJ – CESCM Poitiers) le 17 novembre 2020. La recherche épigraphique sur ces deux sarcophages sera développée dans un article scientifique à paraître en anglais.

[2] Voir Koch, Guntram. Frühchristliche sarkophage. Munich : Beck, 2000, 617, no. 53; Huskinson, Janet. Roman Strigillated Sarcophagi: Art and Social History. Oxford : Oxford University Press, 2015, 306.

[3] De 1959 à 1981, Borowski a résidé à Bâle, avant de déménager à Toronto début 1981. En 1976, Borowski penche pour le Musée royal de l’Ontario comme futur siège de sa collection privée, voir ses mémoires, Elie Borowski: Founder of the Bible Lands Museum Jerusalem. Jérusalem : Bible Lands Museum, 2017, 139. En 1976, il a créé la Lands of the Bible Archeology Foundation au Canada. En 1979, les deux sarcophages inédits ont été enregistrés dans le musée canadien qui abritait alors la collection d’antiquités de Borowski : Brenk, Beat. “The Imperial Heritage of Early Christian Art.” Dans : Kurt Weitzmann, éd. Age of Spirituality : A Symposium. New York : Metropolitan Museum of Art, 1980, 43, fig. 8 (sarcophage de Iulia Latronilla). Une grande partie de la collection de Borowski conservée à Toronto a été acquise avant 1976 et a été publiée pour la première fois dans « un catalogue de certains objets de la collection présenté par le Dr. Elie Borowski à la Lands of the Bible Archeology Foundation et exposé dans l’exposition “Ladders of Heaven: Our Judeo-Christian Heritage 5000 BC – AD 500” qui s’est tenue au Musée royal de l’Ontario du 23 juin au 28 octobre 1979 : Muscarella, Oscar White, éd. Ladders to Heaven. Art Treasures from Lands of the Bible. Toronto : McClelland and Stewart, 1981. En 1987, le sarcophage de Iulia Latronilla a été inclus dans le catalogue d’une exposition de sa collection qui s’est tenue au Musée de Tel-Aviv en Israël : voir Clamer, Christa. “Sarcophagus of Julia Latronilla.” Dans : Rivka Merhav, éd., Treasures of the Bible Lands: The Elie Borowski Collection. Tel Aviv : Modan, 1987, no. 150.

[4] Jutta Dresken-Weiland, éd. Repertorium der christlich-antiken Sarkophage, vol. 2 : Italien. Mit einem Nachtrag : Rom und Ostia, Dalmatien, Museen der Welt. Mainz : Verlag Philipp von Zabern, 1998, 32. Le sarcophage aurait fait son apparition pendant la construction du métro. La toute première ligne de métro de Rome (« Ferrovia dell’E42 », aujourd’hui “B”), reliant la gare centrale à la E42 (aujourd’hui EUR), l’ambitieuse capitale de Benito Mussolini, a été construite dans les années 1940 et au début des années 1950. Planifié par le gouvernement fasciste, le projet a débuté en 1939. La construction ayant été interrompue en raison de l’entrée de l’Italie dans la Seconde Guerre mondiale en 1940, certains des tunnels du côté centre ville du métro (entre Termini et Piramide Cestia) étaient déjà terminés (les travaux ont repris en 1948 et la ligne a été officiellement ouverte en 1955). Voir Gregory, Tullio, et al., éds. E42 : Utopia e scenario del regime. Venise : Marsilio, 1987, 177. Les sarcophages ont probablement été fouillés lors de la construction du métro dans les décennies suivantes.

[5] Borowski a dû acquérir ces deux sarcophages romains en Suisse avant 1976. Sa collection d’art a été commencée à Genève en 1943, où il terminait son doctorat et commençait à acquérir des objets d’art antique, en particulier ceux qui étaient liés à la Bible. En 1949, on lui a offert une bourse du Royal Ontario Museum à Toronto, où il a passé dix ans. Il rentre ensuite en Suisse avec sa collection d’objets anciens, toujours en expansion, et s’installe à Bâle, où il s’établit comme marchand d’art et y reste vingt-deux ans : voir Shanks, Hershel. “Elie Borowski Seeks a Home for His Collection.” Biblical Archaeology Review 11.2 (1985) : 18-25.

[6] Voir Watson, Peter, et Cecilia Todeschini. The Medici Conspiracy: The Illicit Journey of Looted Antiquities from Italy’s Tomb Raiders to the World’s Greatest Museums. New York : Public Affairs, 2007, 17-18; Mazur, Suzan. “Add NYT to Bob Hecht antiquities ring organigram?” Scoop. 17 août 2006, http://www.scoop.co.nz/stories/HL0608/S00171.htm (accédé le 17 décembre 2020) et https://traffickingculture.org/encyclopedia/case-studies/organigram/ (accédé le 17 décembre 2020). Les flèches de ces intermédiaires pointent vers les marchands et collectionneurs européens qu’ils ont fournis, dont Elie Borowski et George Ortiz. Peut-être que Médici, connu pour son lien avec le commerce illicite d’antiquités de Rome, a acheté ces deux objets et les a vendus à Borowski, le collectionneur qu’il a principalement fourni dans les années 1960 et 1970, voir Watson et Todeschini, The Medici Conspiracy, chapitre 12.

[7] Voir Norman, Geraldine, éd. Bob Hecht by Bob Hecht. Burlington : Harvey/Severance, 2014.

[8] Voir Felch, Jason, et Ralph Frammolino. Chasing Aphrodite: The Hunt for Looted Antiquities at the World’s Richest Museum. Boston : HMH Books, 2011, 151.

[9]Dans : Lindsey Taylor-Guthartz, éd. Bible Lands Museum Jerusalem. Guide to the Collection. Première édition. Tel-Aviv: R. Sirkis, 1992, 116-117; Lindsey Taylor-Guthartz, éd. Bible Lands Museum Jerusalem. Guide to the Collection. Deuxième édition. Tel-Aviv: R. Sirkis, 1994, 116-117 ; et Lindsey Taylor-Guthartz, éd. Bible Lands Museum Jerusalem: Guide to the Collection, Troisième édition. Jérusalem : R. Sirkis, 2002, 135-136 (Sarcophage de Iulia Latronilla).

[10] Dresken-Weiland, Repertorium der christlich-antiken Sarkophage,no. 102.

[11] Muscarella, Ladders to Heaven.

[12] Aucune entrée dans : A. H. M. Jones et al., éds. The Prosopography of the Later Roman Empire, vol. 1: AD 260–395. Cambridge: Cambridge University Press, 1971.

[13] Dresken-Weiland, Jutta. “Rezension zu G. Koch, Fruehchristliche Sarkophage, Muenchen, 2000.” Göttingische Gelehrte Anzeigen 254 (2002): 45.

[14] Huskinson, Roman Strigillated Sarcophagi, 224.

[15]CIL 10 7123=ILCV 00174 (Syracusae): (H)ic Adelfia c(larissima) f(emina) / posita conpar / Baleri(!) comitis.

[16] Noga-Banai, Galit. Sacred Stimulus: Jerusalem in the Visual Christianization of Rome. Oxford et New York : Oxford University Press, 2018, 59-60, fig. 23.

[17] Huskinson, Roman Strigillated Sarcophagi, 224-225.

[18] Muscarella, Ladders to Heaven, 296. Un sarcophage à double frise dans le Museo Pio-Cristiano au Vatican présente la relation iconographique la plus étroite avec le sarcophage de Latronilla, voir Deichmann, Friedrich Wilhelm, et al., éds. Repertorium der christlich-antiken Sarkophage, vol. 1:Rom und Ostia. Wiesbaden: Franz Steiner Verlag, 1967, no. 49. Cependant, celui de Latronilla est le plus ancien et représente à la fois des scènes de résurrection avec le labarum et le christogramme dans une couronne de laurier ainsi que des représentations des miracles du Christ.

[19] Muscarella, Ladders to Heaven, 302-303.

[20] Dresken-Weiland, Repertorium der christlich-antiken Sarkophage,no. 105.

[21] Aucune entrée dans : A. H. M. Jones et al., éds. The Prosopography of the Later Roman Empire, vol. 1: AD 260–395. Cambridge: Cambridge University Press, 1971.

[22] Studer-Karlen, Manuela. “Quelques réflexions sur les sarcophages d’enfants (fin 3e siècle-debut 5e siècle).” Dans : Nasciturus, infans, puerulus vobis mater terra: la muerte en la infancia.Eds. Gusi Jener, Susanna Murielet Carmen Rosa Olaria Puyoles. Castello: Deputacion de Castello, 2008, 553.

[23] Dresken-Weiland, Repertorium der christlich-antiken Sarkophage, 33. Voir aussi Studer-Karlen, “Quelques réflexions sur les sarcophages d’enfants,” 563. Ni l’une ni l’autre n’ont vu le sarcophage ; elles n’ont travaillé qu’avec des photos du sarcophage en noir et blanc.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search