Le Centre de recherche français de Jérusalem en ses archives : un point sur les boursiers 

"Boursiers, chercheurs et professeurs réunis pour un atelier de recherche, 2005" (DSC01203).

“Boursiers, chercheurs et professeurs réunis pour un atelier de recherche, 2005” (DSC01203).

Eva Telkes-Klein (chercheuse associée au CRFJ),

juin 2021 

Au cours du printemps 2018, à l’initiative de son directeur François Bon, un premier inventaire des archives du CRFJ conservées à Jérusalem a été réalisé par Elise Wojszvzyk, qui était alors en mission dans le cadre du projet ERC « Open-Jerusalem » à l’occasion de son stage à l’Institut national du patrimoine. Suite à cette première description archivistique, un projet de recherche a été entamé sur l’histoire et l’évolution du Centre[1]. Le projet général n’envisage pas une histoire globale, mais tente de pointer les choix de politique scientifique qui se sont imposés au fil du temps.

L’ensemble du fonds, constitué de deux-cent-vingt « dossiers », représente plus de dix mètres linéaires. Le plus ancien dossier remonte à 1969, le plus récent date de 2014. Les documents postérieurs forment les archives vivantes, non encore versées dans le fonds que nous avons choisi de nommer « CRFJ /arch ».  Chaque dossier est identifié par cette cote suivie du numéro du dossier de l’inventaire.

Il convient d’abord de retracer dans ses grandes lignes l’évolution du Centre : l’article de Catherine Nicault offre un exposé éclairant de son évolution institutionnelle depuis les [3].

En 1990, avec le départ à la retraite de Jean Perrot, l’ouverture thématique de l’institution est confirmée. Elle consiste désormais à : « étudier l’origine et l’évolution de l’Homo sapiens au Proche-Orient, l’organisation des premiers habitats sédentaires et des structures proto-étatiques en Israël, les cultures et les sociétés des communautés juives dans l’histoire et la mutation de la société israélienne contemporaine »[4]. Dès lors, la recherche au CRFJ est organisée en trois grands axes : l’archéologie préhistorique (Axe 1), l’histoire et les études juives (Axe 2), les études contemporaines sur les sociétés israélienne et palestinienne (Axe 3).

En 2002, Yves Saint-Geours, sous-directeur des Sciences Humaines et Sociales au ministère des Affaires étrangères, se déclare favorable à l’intégration du CRFJ « dans le réseau des centres de recherche du MAE, insistant sur la nécessité du développement des études juives et d’Israël contemporain ». Il précise que « l’attribution des bourses et postes iront dans ce sens » [5]. En 2007, le CRFJ rejoint le réseau des Instituts français de recherche à l’étranger (UMIFRE).

L’étude de l’ensemble des boursiers accueillis au CRFJ à partir de sa diversification scientifique permet de cerner cette évolution. Il n’est pas question de présenter un travail exhaustif, mais plutôt d’esquisser des pistes d’analyse. Aussi ne sera-t-il question ici que du profil et du devenir des jeunes chercheurs accueillis à Jérusalem pour avancer leur thèse et qui s’ancrent ainsi dans leur spécialité et nouent des rapports étroits avec le Centre. Nous le verrons, cette tendance se vérifie dans tous les domaines scientifiques.

Enfin, pour avoir le recul nécessaire, cette étude se limite aux boursiers qui ont bénéficié du soutien du CRFJ entre 1990, date de la diversification des champs étudiés, et 2010.

L’aide accordée aux jeunes chercheurs a évolué au cours de cette période, passant de l’octroi d’allocations de recherche à celui de bourses[6] (du CNRS ou du MAE), elles-mêmes remplacées ensuite en partie par des « mois-chercheur[7] » en raison des contraintes budgétaires. Pour la période 2005-2006, le CRFJ a attribué deux bourses pleines, une troisième étant répartie en « mois-chercheurs » accordés à trois jeunes chercheurs pour 4 mois chacun[8].

Selon leur sujet de thèse, les boursiers étaient appelés à travailler dans différents lieux du pays, mais l’un des directeurs a imposé qu’ils soient régulièrement présents au laboratoire, ce qui a pu, parfois, entrer en concurrence avec leur temps de présence sur le terrain ; une boursière a néanmoins pu obtenir de s’installer à Tel-Aviv pour mener ses enquêtes[9].

De 1990 à 2010, 47 étudiants, répartis entre les trois axes de recherche du laboratoire, sont venus préparer leur thèse au CRFJ, soit pour étudier leur terrain, soit pour rassembler dans les bibliothèques et fonds d’archives les données nécessaires à leurs travaux[10]. À compter de 2006, ils prennent en charge l’organisation de rencontres doctorales[11].

Ceux qui relèvent de l’axe 3 sont les plus nombreux avec 22 étudiants, géographes, politologues, sociologues et anthropologues, tandis que 15 étudiants ont pour discipline la préhistoire et l’archéologie (Axe 1) alors que l’Axe 2 compte, pour sa part, 10 étudiants. Cette répartition se confirme sur toute la période, et même se renforce depuis l’intégration du Centre dans le cadre des UMIFRE.

L’analyse des trois groupes permet de suivre dans les grandes lignes le devenir des jeunes chercheurs. Ainsi, les boursiers archéologues de l’Axe 1 participent aux campagnes de fouilles israéliennes ou exploitent le matériau découvert sur site, que ce soient les vestiges osseux, humains ou animaux, les objets lithiques, les modes d’habitat ou de sépulture… Un tiers d’entre eux développent des travaux commencés en thèse et conservent un lien fort avec le CRFJ, éventuellement concrétisé par un séjour postdoctoral et une affectation à Jérusalem après leur intégration au CNRS. Six d’entre eux mènent leur carrière professionnelle au CNRS. L’enseignement et les institutions de prévention, conservation ou valorisation ont accueilli les autres boursiers, en France, en Israël ou au Canada, à l’exception d’une personne qui n’a pas poursuivi dans cette voie.

L’Axe 2, celui de l’histoire et des études juives, le moins fourni avec ses 10 boursiers, regroupe en grande majorité des hommes et des historiens, Seule parmi eux, une femme a été accueillie au CNRS. Lauréate de la médaille de bronze, elle a été rattachée au Centre et depuis, est toujours restée en rapport avec lui. La majorité des boursiers ont trouvé un poste dans l’enseignement, secondaire ou supérieur, dont un à l’Université de Tel-Aviv. Deux anciens boursiers, historiens d’origine, ont complètement changé d’activité : l’une dirige un groupe musical et un conservatoire municipal de musique ; l’autre a ouvert une librairie.

Enfin les 22 anciens boursiers de l’Axe 3, des femmes pour plus des trois quarts, présentent la plus grande diversité dans leurs choix professionnels : leur domaine de compétence leur ouvre d’autres débouchés que le CNRS ou l’Université. Sans doute est-ce la raison pour laquelle 3 d’entre eux restent introuvables ! Traditionnellement, après la soutenance de leur thèse, près de la moitié intègrent soit le CNRS, soit l’enseignement supérieur, en France, en Belgique ou à la Central European University ; seul un économiste a rejoint l’enseignement secondaire. Les organismes d’État ou privés accueille des géographes ou des politologues. Ces derniers s’orientent également vers le journalisme ou la recherche en freelance.

Parmi tous ces jeunes chercheurs, certains ont fait école en développant leurs travaux et leurs connaissances sur l’espace israélo-palestinien : ils dirigent à leur tour des équipes de jeunes chercheurs qui poursuivent cette voie. Depuis la fin de leur thèse, ils ont proposé et obtenu des programmes ANR ou ERC, occupé des postes de direction ou de conseil au CNRS et dans les instances d’évaluation, etc.

En conclusion, la remarque d’une ancienne boursière, lauréate de la médaille de bronze, apporte un éclairage intéressant sur les bénéfices d’un séjour à l’étranger : « On n’entre pas au CNRS parce qu’on est passé par le CRFJ, mais le fait de passer dans un laboratoire à l’étranger permet des contacts directs avec les autorités du MAE et du CNRS. De même que la proximité avec les chercheurs développe les facultés de recherche. Par ailleurs le caractère autonome d’un chercheur à l’étranger est important »[12].

[1] Les archives du CNRS à Gif-sur-Yvette ainsi que les archives du Ministère des Affaires étrangères contiennent d’autres fonds relatifs au CRFJ. Nous proposons ici un premier regard sur les archives du Centre de recherche français de Jérusalem conservées sur place. Leur dépouillement, nettement retardé par la pandémie et les contraintes qu’elle a imposées, n’est pas terminé.

[2] Catherine Nicault, « Le CNRS dans l’« Orient compliqué » Le Centre de recherche français de Jérusalem », la Revue pour l’histoire du CNRS, n° 5, 2001.

[3] CRFJ, Rapport d’activité, 1986-1989, pp. 997-110.

[4]  CRFJ /arch 48, F. Girard, compte-rendu de visite, 25-28 novembre 1991.

[5]  CRFJ /arch 48, TD diplomatie 48974, 10 avril 2002, Yves Saint-Geours.

[6] CRFJ /arch 37, télégrammes diplomatiques, rappelant les décisions de la DGRCST (28 octobre 1997 et 4 février 1998) de mettre fin aux régimes des allocataires, remplacés par des bourses d’aide à la recherche, 17 octobre 1998.

[7]  CRFJ /arch 7, Pierre de Miroschedji à Philippe Georgais et à Gérard Lenclud pour l’examen des dossiers présentés au Conseil scientifique le 29 juin 2005, 20 juin 2005.

[8]  CRFJ /arch 7, 19 juin 2005, Pierre de Miroschedji à Michel Wieviorka.

[9] Caroline Rozenholc, entretien 24 octobre 2018. Ultérieurement, l’ensemble des boursiers a retrouvé plus de souplesse dans l’organisation de leurs travaux.

[10] Les bénéficiaires d’un séjour réduit à un mois n’entrent pas dans cette analyse.

[11] Voir par exemple CRFJ /arch 8, journée doctorale, 24-25 avril 2006 : Mobilisation sociale et politique dans le contexte israélo-palestinien.

[12] Fanny Bocquentin, entretien 23 septembre 2019.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search