L’empreinte matérielle des modèles chrétiens dans l’espace levantin du IVe au XIIIe siècle : pratiques et architectures (sept. – oct. 2021).

– Margot Hoffelt, Matthias Metzger (CNRS UMR 7298 LA3M / Aix-Marseille Université)

Cette mission de terrain (26 sept – 18 oct. 2021) a été organisée avec le concours et grâce à la curiosité scientifique d’Anne Mailloux, directrice du Laboratoire d’Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (LA3M), qui dès les prémices de cette initiative, a apporté un soutien indéfectible à ses instigateurs et a accepté d’en être la porteuse. Il s’agit d’un projet financé par la fondation A*Midex dans le cadre de l’action UMIFRE 2020 et orchestré en étroite collaboration avec le Centre de Recherche Français à Jérusalem (CRFJ), représenté par Vincent Lemire et Estelle Ingrand-Varenne, chevilles ouvrières de l’organisation administrative, logistique et scientifique de cette mobilité en cette période de pandémie pourtant peu propice aux mobilités internationales. Le gîte et le couvert ont par ailleurs été fournis par l’École Biblique et Archéologique Française de Jérusalem (EBAF). Les frères qui y séjournent ont apporté aide et conseils au quotidien et ont ouvert la porte de leur bibliothèque dont les fonds, d’une richesse remarquable, ont permis d’étayer les données récoltées sur le terrain. Nous tenons une fois de plus à remercier l’ensemble de ces personnes et les institutions auxquelles elles appartiennent pour avoir rendu cette aventure scientifique et humaine non seulement possible, mais également mémorable.

Ce projet s’est forgé au cours de longs entretiens menés entre doctorants au sein du LA3M : au fil des conversations, il s’est avéré que des thématiques en apparence très éloignées se rejoignaient à maints égards et se répondaient sur de nombreux plans (historiques, géographiques, archéologiques).

C’est ainsi qu’une volonté commune s’est développée de réunir ces thématiques afin de procéder à une recontextualisation des données récoltées sur les terrains de recherche préétablis (Chypre et la Provence, en l’occurrence) dans un champ d’étude élargi et ainsi afin de mieux cerner la circulation des modèles chrétiens en Méditerranée (plus précisément dans l’espace levantin). Pour ce faire, deux angles d’approche ont été retenus : les pratiques religieuses, d’une part, et les modèles architecturaux, d’autre part, au travers des deux focus que constituent le culte des reliques dans les basiliques paléochrétiennes et les formes adoptées par les ermitages/couvents carmélitains. En effet, les deux recherches doctorales intégrées dans cette mission traitent, pour la première, de l’expression du culte des reliques à Chypre (« Les reliques dans les basiliques de Chypre (IVe-Xe siècles) dans le contexte de la Méditerranée orientale », par M. Metzger sous la direction d’Andréas Nicolaïdès (MCF AMU, CNRS UMR 7298 LA3M) et de Maria Parani – Professeure associée à l’Université de Chypre) et, pour la seconde, de l’évolution architecturale des couvents carmélitains dans la province de Provence (« Les couvents carmélitains en Provence. Études archéologiques et historiques sur l’architecture d’un grand ordre mendiant du XIIIe siècle à la déconstruction postrévolutionnaire », par M. Hoffelt sous la direction d’Andréas Hartmann-Virnich, Pr. AMU, CNRS UMR 7298 LA3M).

Les ponts chronologiques et territoriaux, par le biais de la liturgie et des acteurs, s’avèrent, de fait, lisibles au travers de l’archéologie et l’objectif premier de cette mission était de les faire transparaître. Bien que plusieurs siècles séparent l’expansion architecturale de la Chrétienté et l’avènement des grands courants monastiques et notamment des communautés mendiantes, la géographie au cœur des deux sujets est commune : du Levant à Chypre en direction de l’Occident. Pourtant, le territoire n’est pas l’unique lien associant ces recherches, qui se rejoignent dans l’interprétation spirituelle du reliquaire en tant qu’objet, mais également en tant que lieu. Le fait est que le culte des reliques comporte une dimension indirecte en cela qu’il inclut la vénération de matériel ayant été touché par les saints ou d’endroits ayant été investis par eux. Les lieux rupestres associés à la naissance et à la passion du Christ sanctuarisés dans de somptueuses basiliques, les nombreux reliquaires contenant les restes de saints ou reliques de contacts disposés sous l’autel ainsi que dans les espaces latéraux des églises du Néguev ou encore l’établissement fondateur des Carmes, au cœur des grottes qui auraient été habitées par saint Élie, lui-même, en sont des exemples probants.

Ces thématiques ont ainsi été explorées en gardant ces axes communs en tête, qui seront amenés à être développés plus avant dans le cadre des deux thèses concernées.

1. Les reliques dans les basiliques de Chypre (IVe-Xe siècles) dans le contexte de la Méditerranée orientale (M. Metzger)

1.1 Le culte des reliques

Le culte des reliques apparaît officiellement dans le deuxième quart du IVe siècle[1]. C’est Constantin Ier qui va en effet enchâsser dans de somptueux édifices les traces des évènements christologiques et en particulier le lieu de la crucifixion et le sépulcre vide du Christ à Jérusalem. En sus des vénérations in situ des lieux associés aux évènements bibliques ou autres sépultures de saints personnages (apôtres, martyrs, moines, évêques) le culte de ces restes saints va être diffusé par l’intermédiaire de reliques mobiles placées dans de luxueux contenants, les reliquaires. En effet, tout objet ayant été en contact avec un corps saint ou de minuscules fragments de corps portaient en eux la même grâce divine. De ces reliquaires ont pu être produites des reliques secondaires. Les morceaux de tissus ou liquides entrés en contact avec la sainte relique étaient distribués aux pèlerins. Ces réceptacles ont pu être déposés sous l’autel des églises ou exposés dans d’autres parties de l’édifice.

Cette enquête doctorale s’intéresse à l’expression de ce culte dans les basiliques de Chypre. Elle commence à la fin du IVe siècle, lorsque les premières grandes basiliques chrétiennes sont érigées à Paphos, Salamine, Soloi après une série de tremblements de terre. L’enquête s’achève en 965, date à laquelle l’île réintègre pleinement l’empire byzantin après une période de partage de souveraineté, condominium, avec le califat arabe. L’objectif est d’identifier et de commenter à l’aide des sources écrites et des indices architecturaux le développement du culte des reliques à Chypre. En contrepartie, malheureusement, le nombre des reliquaires est relativement faible. Les premières données semblent confirmer le fait que ce culte constituait un pôle secondaire de vénération dans les espaces latéraux des églises et que les reliques étaient accessibles pour des rites de contact. En outre des reliques translatées et conservées dans des reliquaires le grand nombre de saints locaux entraîna de fait de nombreuses vénérations in situ par l’intermédiaire de crypte. La forme des reliquaires, leurs emplacements dans l’église et la forme des sanctuaires qui les abritaient se rapprochent clairement des exemples levantis et une étude comparative approfondie s’avérait intéressante. C’est cet objectif qui a motivé le présent projet.

1.2 Étude comparative en Terre Sainte

Du fait de sa position au cœur du bassin levantin, l’île de Chypre partage des relations étroites avec la façade Proche-Orientale. Ce sont en particulier les similarités architecturales ainsi que les pratiques liturgiques associées au culte des reliques entre les églises de Chypre et les régions de Palestine à l’époque paléochrétienne qui ont été au centre du projet. En effet, plusieurs études ont déjà souligné la forme analogue de certains reliquaires chypriotes aux exemplaires identifiés dans les régions de Palestine, dits en « sarcophage miniature » et destinés à une vénération par le contact par l’intermédiaire de l’orifice percé dans leurs couvercles[2]. Très récemment une étude comparative centrée sur le chevet des basiliques paléochrétiennes a de nouveau mis en évidence la proximité évidente entre les édifices chypriotes et ceux de Terre Sainte et notamment Jérusalem[3]. La présente mission a permis d’approfondir ces lignes directrices et ainsi autorisé une contextualisation des données acquises à Chypre à l’échelle plus large du bassin levantin. En sus de la documentation publiée, visiter les sites peut se révéler intéressant dans le cas de fouilles anciennes mais s’avère également indispensable pour comprendre la situation géographique, les volumes ou encore les espaces de circulation dans ces édifices. L’un des principaux objectifs de la mobilité était donc de visiter des églises paléochrétiennes présentant des similitudes avec les basiliques chypriotes, d’observer certains des reliquaires conservés dans les musées et ainsi de mieux appréhender la circulation des modèles et des pratiques entre ces deux régions voisines.

Cette mobilité a été grandement facilitée par les conseils de plusieurs chercheurs locaux qui nous ont aiguillés et guidés. Ce fut le cas de Lihi Habas, que je tiens chaleureusement à remercier ici. Professeure à l’Université Hébraïque de Jérusalem et spécialiste de la période paléochrétienne, elle m’a dirigé vers les sites les plus intéressants. Elle m’a également permis de contacter d’autres archéologues, Joseph Patrich lui aussi professeur à l’Université Hébraïque ou encore le Dr. Tali Erickson-Gini et le Dr. Mordechaïm Aviam de l’ Autorité des Antiquités Israéliennes. Au sein de l’École Biblique et Archéologique Française de Jérusalem où nous résidions, outre l’ensemble de l’équipe qui nous a réservé un accueil enthousiaste, le frère et archéologue Dominique-Marie Cabaret a été d’une aide formidable. En plus des échanges féconds sur la question des reliques sur lesquels je reviendrai, il nous a emmenés et guidés sur plusieurs des sites en question ci-dessous, notamment ceux d’Elusa, Nitzana et Shivta. Ainsi, un autre accomplissement de cette mobilité fut la constitution d’un réseau scientifique impliquant différentes institutions. 

La première étape consista donc en des visites dans le désert du Néguev sur les sites de Avdat, Mamshit dans un premier temps puis Elusa, Nitzana et Shivta. Cette région semi-aride au sud de la ville actuelle de Beer Sheba constituait une partie de la région tardo-antique de Palaestina Tertia. Le déplacement dans cette région présentant de très nombreuses basiliques[4] trouvait sa pertinence dans les apparentes similarités dans l’architecture de ces églises, et notamment leur chevet, et dans le traitement réservé aux reliques avec les occurrences chypriotes[5]. Ces visites ont permis d’observer et de mieux comprendre les spécificités de ces édifices, notamment le dépôt des reliques dans les espaces latéraux. Que ce soit dans des pièces encadrant l’abside au nord et au sud du chevet comme à Mamshit ou bien dans des absides latérales pour les édifices plus tardifs comme ceux de Shivta, le culte des reliques semble avoir été ici un pôle de vénération secondaire dissocié de l’autel central comme c’est le cas à Chypre. En revanche, la transformation architecturale des pièces latérales en absides ouvertes dans ces églises du Néguev, probablement due à un changement dans la liturgie, n’est pas connue à Chypre[6]. Le déplacement ici était d’autant plus intéressant que les vestiges de certains des sites présentent un meilleur état de conservation que les vestiges chypriotes (fig 1 et fig 2).

Fig. 1 : Vue depuis le sud-ouest de l’intérieur du chevet à trois absides de la basilique nord de Shivta. (Matthias Metzger 2021)

Fig. 2 : L’intérieur de l’absidiole nord avec les restes d’un reliquaire. (Matthias Metzger 2021)

Dans un deuxième temps nous nous sommes rendus dans le nord d’Israël aux abords du Lac de Tibériade, dans la région tardo-antique de Palaestina Secunda. Les visites furent concentrées sur les sites de Kursi et surtout d’Hippos-Susita. Tout d’abord le monastère de Kursi, sur la rive est du lac, possédait l’une des plus grandes églises de la région. L’édifice construit en basalte noir local présentait un reliquaire de consécration sous l’autel (fig. 3 et fig. 4.). Un peu plus au sud, sur une colline se trouve la ville d’Hippos, l’un des sites de la Décapole antique. Ici, sur cinq églises, deux étaient associées à des reliques. Celle du nord-ouest possédait plusieurs reliquaires conservés dans des espaces différents et à différentes époques (d’abord dans une pièce sans abside au sud, puis dans une chapelle ajoutée contre le mur septentrional, puis finalement dans une nouvelle chapelle au sud). L’église du nord-est semble, quant à elle, avoir eu une fonction commémorative importante puisqu’on y a mis au jour plusieurs tombes associées à des systèmes de vénération par contact et circulation d’huile ainsi que des reliquaires. L’un d’entre eux se trouvait sous l’autel. L’ensemble de la partie orientale de l’église était séparé du reste de l’édifice par une barrière de chancel. À nouveau ces visites ont permis de constater certaines caractéristiques inconnues à Chypre, telles que la présence de reliquaires de consécration sous l’autel ou encore le grand nombre d’églises sur un même site (les églises d’Hippos ne sont distantes que de quelques dizaines de mètres). En revanche, la présence de tombes associées à des rituels de contact et la multiplicité des pôles de vénération dans un même édifice sont des pratiques communes à la tradition plutôt orientale dans laquelle s’inscrivent les basiliques chypriotes.

Fig. 3 : La basilique de Kursi vue depuis l’est. (Matthias Metzger 2021)                                                                 

Fig. 4 : L’abside centrale de l’église avec l’emplacement pour un reliquaire sous l’autel (Matthias Metzger 2021)

Cette excursion en Galilée a également été l’occasion d’une entrevue fructueuse avec le professeur J. Patrich de l’Université Hébraïque de Jérusalem. Ce dernier a notamment publié un article sur la transformation architecturale des églises de Terre Sainte au VIe siècle évoquée plus haut. La rencontre s’est déroulée sur le site archéologique d’El Araj dirigé par le Dr. Aviam où une basilique paléochrétienne est en cours de fouille. Un reliquaire inédit a d’ailleurs été découvert à proximité.

Cette mobilité a ainsi permis de constater la proximité et les différences dans l’expression du culte des reliques dans les églises levantines et à Chypre et de constituer un corpus photographique spécifique de comparaison. Un autre aspect intéressant de ces visites et rencontres fut la réflexion autour du changement architectural et liturgique qu’ont connu les basiliques du Néguev autour des Ve-VIe siècles. Cette évolution qui semble inconnue à Chypre et qui n’a pas fait l’objet d’investigations constitue une piste de travail intéressante. Il s’agira par exemple d’approfondir les recherches sur les liens liturgiques unissant l’église autocéphale de Chypre et les patriarcats d’Antioche et de Jérusalem.

1.3 Études bibliographiques et muséographiques.

La résidence à l’École Biblique et Archéologique Française de Jérusalem, en plus de l’accès privilégié à la bibliothèque et à des ouvrages spécifiques et des travaux récents, fut également enrichissante dans la mesure où l’église Saint-Étienne actuelle est construite sur les vestiges d’une église paléochrétienne ayant potentiellement abrité les reliques du protomartyr. En effet, c’est à nouveau grâce à Dominique-Marie Cabaret, qui travaille actuellement sur ce sujet, que nous avons pu découvrir les restes de l’église primitive. Il s’agissait entre autres de somptueuses mosaïques, des chapiteaux, des pièces de marbre et d’un imposant reliquaire. Les échanges réciproquement profitables sur la basilique et reliques de saint Étienne (elles aussi possiblement liées à Chypre[7]) ne demandent qu’à être poursuivis.

Des visites dans les musées archéologiques de Jérusalem étaient également prévues pour observer de visu certains reliquaires. De fait, il est souvent difficile de visualiser correctement un artefact par l’intermédiaire de descriptions, dessins ou même photographies. Trois coffrets reliquaires sont ainsi exposés au musée d’Israël, deux au musée Rockefeller et un couvercle au Terra Sancta Museum. La muséographie du musée d’Israël (disposition et éclairage) autorise une observation minutieuse des artefacts (fig. 5) alors que d’une autre manière la disposition des pièces du musée Rockefeller permet un accès presque direct au mobilier (fig. 6). Ces reliquaires sont très proches, voire identiques aux exemplaires chypriotes, en particulier le couvercle en bâtière à quatre acrotères et percé d’un orifice. La vénération par circulation d’huile attestée par le reliquaire d’Horvat Hesheq est une pratique plus rare en Palestine mais largement répandue en Syrie. La circulation d’huile est également attestée à Chypre avec le reliquaire de la Campanopetra mais aussi à Marseille dans la basilique Malaval témoignant à nouveau de la circulation de ces pratiques à travers la Méditerranée[8].

Fig. 5 : Le coffret reliquaire de Horvat Hesheq avec un tuyau en plomb pour la circulation d’huile. Musée d’Israël (Matthias Metzger 2021).

Fig. 6 : Un coffret reliquaire en marbre avec son couvercle en bâtière percé d’un orifice pour une vénération par le contact. Musée Rockefeller (Matthias Metzger 2021).

Enfin, notre présence en Terre Sainte impliquait une visite des sanctuaires qui sont à l’origine du culte chrétien. De surcroît ces sites sont, on l’a vu, à l’origine du culte des reliques. C’est le cas de la basilique de la Nativité à Bethléem, construite sur la grotte présumée de la naissance du Christ. Elle constitue également un des rares exemples de basilique en élévation ayant conservé ses caractéristiques du VIe siècle (fig. 7). La rotonde de l’Anastasis, somptueux reliquaire architectural, qui surplombe l’édicule abritant la tombe vide du Christ constitue quant à elle le point focal des pèlerinages vers la Terre Sainte. Faire l’expérience de ces sites sacrés enrichira à ne pas douter ma thèse et permettra d’analyser concrètement les modalités d’enchâssement des premières reliques de la Chrétienté dans des édifices conçus pour cet usage.

Fig. 7 : Vue depuis l’ouest de la basilique de la Nativité à Bethléem (Matthias Metzger 2021)

2. Les couvents carmélitains en Provence. Études archéologiques et historiques sur l’architecture d’un grand ordre mendiant du XIIIe siècle à la déconstruction postrévolutionnaire (M. Hoffelt)

2.1. L’ordre des Carmes

L’ordre des Carmes voit le jour à la toute fin du XIIe siècle lorsqu’un petit groupe d’individus décide de s’établir au nord de la chaîne montagneuse du Mont Carmel pour y adopter un mode de vie érémitique sur les traces du prophète Élie. Pour ce faire, ils s’installent à proximité du Wadi ‘ain es-Siah au creux duquel se trouve une source régulièrement désignée comme « la source d’Élie », qui constitue ainsi un élément topographique fort, et investissent des grottes qui auraient été habitées par le prophète lui-même. En amont de ce vallon, ils créent alors, d’après la chronologie généralement admise, une église, puis un ensemble conventuel.

Suite aux troubles géopolitiques qui frappent l’Orient, les frères se trouvent néanmoins contraints de migrer en direction de l’Occident : ils s’arrêtent alors à Chypre et fondent un nouvel ermitage dont la localisation demeure, pour l’heure, incertaine, puis ils partent pour Messine et pour Marseille, où ils aménagent des cavités de tuf situées au nord de la ville. L’ermitage ainsi fondé (l’ermitage des Aygalades) constitue par la suite le point d’ancrage de la « colonisation » continentale de l’ordre.

L’origine des Carmes constitue une énigme qui demeure irrésolue. Certains auteurs indiquent que les frères sont parvenus en Terre Sainte par le biais des croisades et que leur fuite postérieure ne serait en réalité qu’un retour sur leur continent d’origine : F. Fausto Spinelli n’hésite pas, ainsi, à affirmer que « durant la période des Croisades, [le lieu] fut choisi par les ermites latins comme lieu où ils pourraient établir leur séjour »[9]. Aucun texte ne permet néanmoins de confirmer cette hypothèse. Pourtant, certains éléments architecturaux observés sur le site du Mont Carmel permettent d’alimenter le débat et l’intérêt de la confrontation avec les sources archéologiques se révèle pleinement : l’objectif de cette mission était de se rendre sur le premier couvent fondé par l’ordre afin d’y déceler les jeux d’influences architecturales bilatérales entre Orient et Occident, et de cette manière, de mieux cerner (et potentiellement expliquer) les premières fondations carmélitaines provençales, (semi)troglodytiques et structurellement atypiques à l’échelle régionale.

2.2. Le Mont Carmel

Fig. 8 – Le site du Mont Carmel (M. Hoffelt, 2021)

Plusieurs déplacements ont pu être réalisés sur le site de l’établissement primitif des carmes (fig. 8), grâce au concours du père Karol (Ordre des Carmes Déchaux du monastère Stella Maris à Haïfa), mais également d’Edna Stern (Israel Antiquities Authority/chercheuse associée, Laboratoire ArAr « Archéologie et Archéométrie », UMR 5138, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon) et de Fanny Vitto (Israel Antiquities Authority), en charge d’une vaste étude monographique de l’ensemble conventuel (à paraître). Leur future publication s’appuie sur un récolement de l’ensemble des données récoltées lors des fouilles archéologiques réalisées dans les années 1950/1960 par le frère franciscain Bellarmino Bagatti, puis à partir de la fin des années 1980 par la sœur Damienne de la Croix – fouilles qui n’avaient fait l’objet d’aucune publication à l’époque de leur réalisation. En tant que spécialistes du site, elles ont eu la gentillesse d’accorder de leur temps afin d’organiser une visite sur place.

Le travail sur le Mont Carmel, dans le cadre de la présente mission, a consisté en la réalisation d’une série d’observations topographiques, en premier lieu, complétées par un apprentissage du phasage de l’espace conventuel, ainsi que par la constitution d’un dossier photographique ; en somme, il a été question de créer un ensemble de documents de travail dont le degré de précision variait du croquis aux notes, en passant par la photographie de détails. Les données ainsi rassemblées permettront, en France, de remettre l’édifice en perspective avec l’installation carmélitaine marseillaise dans un souci, non pas d’étude monographique, mais d’analyse comparative et de compréhension formelle.

Dès les premiers pas dans le Wadi ‘ain es-Siah, une réelle similarité topographique et architecturale est en effet ressortie entre la fondation du Mont Carmel et celle de Marseille : isolement, proximité d’un point d’eau situé en contrebas de l’établissement, proximité de la côte, taille de la roche et multiplication des cellules troglodytes aux alentours du lieu de culte (quoique certaines aient probablement disparu sur le site éponyme en raison de la fragilité du substrat crayeux), emploi de matériaux locaux, volumes simplifiés de l’église… Néanmoins, l’influence de l’Orient sur l’Occident n’exclut pas pour autant une possible convergence de l’Occident vers l’Orient sous l’égide des croisades (cf. supra et la question de l’origine des Carmes) : la présence d’un chevet plat, relativement peu fréquente en Terre Sainte à cette époque mais conforme à bon nombre de créations monastiques occidentales interpelle. Ces données et ces problématiques constituent l’essence de la thèse en cours de rédaction, qui s’attachera à discuter ces problèmes.

2.3. Comparaison avec les ermitages environnants

L’étude de la fondation carmélitaine d’origine était indispensable, mais il convient de garder à l’esprit que cette dernière se positionne dans un contexte de fondations érémitiques bien plus ancien.

La notion d’ermitage et de « désert », aussi bien topographique que spirituel (les deux étant régulièrement liés), découle d’une longue tradition religieuse communément ramenée aux premiers ermitages coptes et aux Pères du désert. Ces derniers, innombrables dans la légende chrétienne comme en témoigne la fameuse Histoire lausiaque de Pallade d’Hélénopolis[10], ont vraisemblablement généré un héritage pluriséculaire qui se lit très bien au travers des récits de voyageurs (tels que l’Historia Orientalis de Jacques de Vitry[11]). Les Carmes se positionnent dans la continuité de ces figures emblématiques. Loin de renier leur influence, ils s’en servent régulièrement comme d’une ligne de conduite et d’un argument supplémentaire pour faire valoir leur légitimité.

Cette ascendance spirituelle invite inéluctablement à se tourner vers les ermitages du désert de Judée, qui accueille des centaines de grottes investies (parmi lesquelles on compte l’emblématique monastère du Spélaion et celui de Mar Saba – fig. 9 et 10). L’attention s’est ensuite portée sur le désert du Néguev où des prospections ont également pu être menées (fig. 11), orientées par les connaissances du frère Marie-Dominique Cabaret (EBAF). Enfin, une partie des ermitages isolés des anciennes provinces byzantines Palaestina Prima et Palaestina Secunda a été explorée (fig. 12) grâce à la précieuse base de données produite par l’Université hébraïque de Jérusalem[12], inventoriant les églises, monastères et ermitages chrétiens précoces de Terre Sainte.

Fig. 9 – Le monastère du Spélaion et ses cellules troglodytes dans le désert de Judée (M. Hoffelt, 2021)

Fig. 10 – Les cellules troglodytes avoisinant le monastère de Mar Saba dans le désert de Judée (M. Hoffelt, 2021)

Fig. 11 – Cellule troglodyte partiellement obstruée sur le site d’Avdat, dans le désert du Néguev (D. Nouzeran, 2021)

Fig. 12 – Khirbet Zakhariya : el-Habis dans la province Palaestina Prima (M. Hoffelt, 2021)

Dans le désert, la distinction entre cavités naturelles et cavités anthropiques est parfois délicate ; pourtant, la présence humaine ne laisse aucun doute. L’étude des espaces troglodytes constitue une entreprise fastidieuse à plusieurs égards : en premier lieu, il est complexe de proposer une datation fiable pour ce type d’aménagements dans la mesure où contrairement à l’architecture des espaces bâtis, aucune véritable standardisation diachronique ne peut s’observer pour des espaces aussi tributaires de la topographie locale : les conceptions sont essentiellement adaptatives et ne répondent pas à de véritables schémas structurels prédéfinis. En outre, l’érosion régulière et souvent massive de la roche engendre une oblitération de la majorité des éléments structurants, notamment une disparition quasi intégrale des négatifs d’insertion (de solives, notamment), des encoches, des lits de pose ou des traces d’outils. L’étude de la conformation de ces espaces s’avère donc souvent spéculative. En outre, la stratigraphie liée aux premières occupations est souvent bouleversée par le réinvestissement de ces grottes a posteriori, souvent même jusqu’à l’époque contemporaine, comme le démontre l’une des cavités conservées à proximité du Mont Carmel. Il convient donc d’aborder leur analyse avec la plus grande prudence.

Quoi qu’il advienne, la profusion des aménagements troglodytes en Terre Sainte témoigne d’une conception bien ancrée et d’une perpétuation des gestes : c’est à travers le prisme de cette dimension éminemment humaine que l’inspiration des Carmes s’appréhende, tout autant qu’à travers celui des redondances architecturales.

Le trait d’union est tracé : l’époque paléochrétienne a elle aussi connu ses aménagements troglodytes. La Fabrika Hill Cave, à Paphos, en est un bel exemple. La route se poursuit donc logiquement à Chypre, là où les Carmes ont posé leurs bagages lors de leur fuite de la Terre Sainte (cf. supra). L’objectif sera, si possible, d’identifier le premier établissement insulaire des frères ; à défaut, les prospections chypriotes étaieront l’éventail des comparaisons troglodytes.

Conclusions

Les analyses comparatives réalisées dans le cadre du présent projet, tant d’un point de vue du mobilier (avec les reliquaires palestiniens) que de l’architecture (avec les basiliques paléochrétiennes, les ermitages judéens et le premier établissement carmélitain) ont permis de mettre en évidence de très nettes similitudes entre les modèles observés en Terre Sainte et ceux observés dans le bassin levantin (en particulier sur le territoire insulaire chypriote) et, à plus large échelle, en Occident (en témoignent les premières fondations carmélitaines provençales telles que celles des Aygalades, de Ménerbes ou de Saint-André d’Estoublon).

Ces corrélations, aussi bien dans les pratiques liturgiques que dans les réalisations architecturales (souvent intimement liées, au demeurant), invitent à s’interroger sur la géographie et sur l’impact des échanges réalisés par le biais des voies maritimes, qu’ils soient d’ordre spirituel, technique, culturel ou commercial.

De fait, il s’avère que ces circulations humaines, mais également ces circulations de biens et de savoirs sont régulièrement consubstantielles. Des figures importantes de la période paléochrétienne à Chypre comme Hilarion le Grand et Épiphane étaient originaires de Palestine et il semble certain que les Carmes se sont rendus dans le lieu-dit de « Fortami », également en territoire chypriote.

Certaines étapes se révèlent récurrentes et déterminent en grande partie les influences de modèles religieux. En ce sens, il y a tout intérêt à poursuivre les investigations sur tout le bassin levantin : l’entreprise est déjà projetée avec des voyages communs réalisés à Chypre, puis en Grèce, grâce à deux bourses octroyées par l’École Française d’Athènes.

La route se poursuit donc pour parachever ces études doctorales. Il conviendra néanmoins de rappeler, pour finir, que ce voyage aura aussi été l’opportunité de découvrir les lieux saints à l’origine de la religion chrétienne. Or, il n’est sans doute rien de tel, pour les étudier, que de s’en imprégner/inspirer. Les productions scientifiques, les plans et les coupes, aussi complets soient-ils, offrent une idée précise d’un site, pourtant le cerveau a souvent du mal à la conceptualiser. Il est nécessaire de se rendre sur le terrain pour mieux appréhender les volumes et pour mieux comprendre la lecture d’un lieu, quel qu’il soit. Lire, comprendre, apprendre : cette mobilité aura porté ses fruits à bien des égards.

En outre, elle aura été l’occasion de requestionner la définition du « culte » des reliques, en tant que véritable spiritualité associée non seulement à des restes matériels, mais également à des lieux emblématiques, porteurs d’une « odeur de sainteté » : c’est donc la recherche d’une forme d’intangible qui se dessine au travers des modèles communs à ces études, et à la Chrétienté en général, la forme d’une « empreinte » que l’archéologie s’attache à objectiver, analyser et discerner.


[1]                Pour une introduction exhaustive et récente sur le culte des reliques voir : Wisniewski (R.). – The Beginnings of the Cult of Relics. Oxford: Oxford University Press, 2019.

[2]                Sur l’étude de ces reliquaires : Comte (M.-C.). – Les reliquaires du Proche-Orient et de Chypre à la période protobyzantine (IVe-VIIIe siècles): formes, emplacements, fonctions et cultes. Turnhout : Brepols, 2012.

[3]                Comte (M.-C.). – « Les chevets à trois absides des églises chypriotes et leur rapport avec le chevet du martyrium de Saint-Syméon (IVe-VIIe siècles) ». Syria. Archéologie, art et histoire, 96, 2019 : pp. 191-256.

[4]                Pour une synthèse sur les églises paléochrétiennes d’Israël voir : Ovadiah (A.) – Corpus of the Byzantine Churches in the Holy Land. Bonn : Peter Hanstein, 1970 et plus récemment la banque de données informatisées de l’Université Hébraïque : The Hebrew University of Jerusalem. A Digital corpus of Early Christian Churches and Monasteries in the Holy Land [en ligne]. URL : https://dig.corps-cmhl.huji.ac.il/.

[5]                La proximité architecturale entre le chevet des églises chypriotes et celui des églises levantines (et particulièrement la Palestine) a fait l’objet d’un récent article : Comte (M.-C.). « Les chevets à trois absides des églises chypriotes et leur rapport avec le chevet du martyrium de Saint-Syméon (IVe -VIIe siècles) », Syria, 96, 2019, pp. 191-256. 

[6]                Sur ce changement liturgique et architectural voir : Patrich (J.). « Archaeological and Literary Evidence for the Evolution of the “Great Entrance”, in Caseau-Chevallier (B.). et al. – Pélerinages et lieux saints dans l’Antiquité et le Moyen Âge. Mélanges offerts à Pierre Maraval, Paris : Association des Amis du Centre d’histoire et civilisation de Byzance, 2006 : pp. 341-393.

[7]                Sur l’éventuelle présence des reliques de saint Étienne à Chypre voir : Procopiou (E.). – « The Excavations at Akrotiri-Katalymata ton Plakoton 2007-2014 », in : Rogge (S.)., Grünbart (M.). (eds.). –  Medieval Cyprus. A Place of Cultural Encounter, Munster: Waxmann, 2015 : p. 207.

[8]          Pour le reliquaire de Chypre : Comte 2012 : 256-261. Pour Marseille : Moliner (M.). – « La Basilique funéraire de la rue Malaval à Marseille (Bouches-du-Rhône) », Gallia, 63, 2006 : pp. 131-136.

[9]                Giordano (S.). – Le Carmel en Terre Sainte : des origines à nos jours. Sherbrooke : Médiaspaul, 1995 : p. 63.

[10]              Lucot (A). – Palladius. Histoire lausiaque : vies d’ascètes et de Pères du désert. Paris : Librairie Alphonse Picard et fils, 1912. 425 p.

[11]              Vitry (J. de). – Histoire orientale. Historia orientalis. Introduction, édition critique et traduction par Jean Donnadieu. Turnhout : Brepols, 2008. 547 pages.

[12]              The Hebrew University of Jerusalem. A Digital corpus of Early Christian Churches and Monasteries in the Holy Land [en ligne]. URL : https://dig.corps-cmhl.huji.ac.il/ (consulté le 18/10/2021).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search