Bio-politics and Territoriality in The Old City of Jerusalem – emilio maria maroscia

Materials for an analysis of the Device
Lines of flight and cartographies

Je suis Emilio Maroscia. Je suis italien. De Janvier à Avril 2012, j’ai travaillé sur mon mémoire de Master en Médiation InterMéditerranéenne coordonné par l’Université Ca’ Foscari de Venise. Mon sujet de recherche était « Biopolitics and Territoriality in the Old City of Jerusalem. Materials for analysis of the Device. Lines of Flight and Cartographies ».

Mettre en place les outils nécessaires et construire le dispositif pour analyser le territoire de la vieille ville de Jérusalem et les interactions entre les différents éléments.

Réaliser les entretiens en utilisant le contexte et la terminologie du Playing Game (mode d’emploi, présentation des participants, premier match, et ainsi de suite).

Concevoir une carte interactive, disponible en ligne, avec les interviews et les photos du terrain. Il s’agit d’offrir la possibilité de participer à l’objet de l’étude non seulement par le texte mais aussi à travers le son et l’image.

J’ai loué une maison dans la vieille ville pendant toute la période de mes travaux de recherche, dans une zone située entre quartier musulman et quartier chrétien, ce qui me permettait de vivre quotidiennement au sein même du domaine de ma recherche afin que mon expérience d’observation et émotionnelle soit la plus participative possible. J’ai construit un réseau de personnes de confiance pour mener à bien les entretiens. Un document présentait les grandes lignes de ma recherche et les règles du jeu. J’ai continuellement enrichi ce document au fil des entretiens dans la vieille ville. Ce document était présenté à chaque protagoniste à titre purement indicatif lui laissant le choix d’utiliser à sa convenance les lignes directrices. Chacun d’eux pouvait soumettre des suggestions et impressions personnelles, ce qui s’est avéré essentiel pour le développement de l’aspect «participatif» de ce travail de recherche.

Les principaux entretiens ont été menés avec des sujets religieux et laïques, les représentants religieux et culturels officiels, des officiers de police israéliens et des médiateurs palestiniens, les représentants de certaines associations de la vielle ville et mes voisins.

Les entrevues ont été réalisées sous la forme d’audio-portraits. Les images ont été capturées en 24 mm dans l’environnement des personnes interviewées.

Parallèlement j’ai fait des photos et des prises de son dans le but de construire une carte interactive disponible en ligne qui met en évidence les lignes/les niveaux qui animent le territoire analysé.

J’ai utilisé la géographie psycho-cognitive que j’ai tenté de retranscrire de manière électronique afin de donner les éléments nécessaires à une lecture participative la plus synesthésique possible.

Les éléments sont organisés en lignes/chaînes pour respecter la terminologie Deleuzienne utilisés dans le texte et ma conviction personnelle qu’une présentation visuelle ainsi agencée suggère l’hétérogénéité de la réalité dans laquelle les phénomènes se produisent ou apparaissent.

Si cela avait été possible, j’aurais organisé les éléments sous la forme de courbes synesthésiques.

En comparant les cartes de la vieille ville, en particulier le plan fourni par l’office du tourisme situé porte de Jaffa avec celui fourni par le International Peace & Cooperation Center, j’ai construit/conçu ma propre carte. Sur cette carte, j’ai localisé les interviews, les sons, les photographies associées, les zones de troubles et de turbulence. Il est ainsi possible d’associer tous ces éléments à l’infini, d’extrapoler sur les lignes à venir, de cartographier les relations possibles entre les éléments, de saturer le dispositif, d’enrouler et de dérouler la bobine.

http://www.emiliomaroscia.com/visions/jerusalem.html

Michael Jasmin, L’alphabet du désert – Parcours Néguev, exposition photos

Du 25 octobre au 4 décembre 2012 à l’IFJ Romain Gary

« Pour réaliser cette série photographique j’ai parcouru le désert du Néguev en mêlant les approches archéologique et anthropologique pour faire parler le paysage, en observant le sol, les espaces urbains ou géologiques, à la recherche des traces des populations. Lieu de passage et de croyance, lieu de fuite et de camouflage, le paysage du Néguev est modelé par les strates historiques et inconscientes des hommes qui l’habitent et le parcourent depuis des siècles. Le Néguev est ici envisagé avec le Sinaï comme un haut-lieu culturel lié à l’apparition de l’alphabet : les lettres hébraïques guident le parcours. »

Michael Jasmin